Un foie n’a pas de costume cette semaine on retombe sur l’attachement au passé avec à ses coté l’arcane majeur numéro 20, au delà de l’illusion. Et ouais encore l’attachement au passé ! C’est triste mais c’est pas vraiment surprenant non ? Vous croyez vraiment qu’on est dans une période progressiste ? Vous avez vraiment l’impression que nous nous dégageons individuellement et collectivement de nos anciens schéma de fonctionnement ? On se remonte les manches et on arrête de flipper du pas qu’il y a à faire

Allez JUMP !

Objectiver notre passé pour s’en libérer

On va essayer cette semaine de ce servir d’un truc qui est un peu oublié à savoir notre lobe frontal antérieur, siège d’un truc assez exclusif de l’humanité à savoir LA RAISON !

On va essayer de REFLECHIR, je sais c’est pas facile, on a perdu l’habitude et bien peu de gens nous ont appris à nous en servir. Pourtant on a la capacité de le faire.

Donc réfléchir, analyser, froidement, sans émotionnel.

Attention on parle pas de décortiquer notre passé mais plus l’étape d’après qui est l’analyse, et il n’y a pas forcément de connotation sexuelle dans cette anal lyse. Ok elle est facile.

Donc à nous de porter un regard froid, objectif et à 360 ° sur les événements qui composent notre histoire personnelle et que nous choisissons de définir comme des événement blessants / valorisants / discriminants / intégrants

Ce papa / maman qui ne nous a pas aidé… Mais peut être l’a-t’il fait mais à sa manière, pas forcément comme nous l’espérions.

Ce (vous cochez les cases qui vous arrangent) frère / soeur / parent / médecin / prof en tout genre

qui c’est montré trop / pas assez

gentil / directif / présent / absent / actif / passif 

Avons nous réellement vu l’histoire dans son ensemble ? L’avons nous vraiment analyser sous toute ces facettes ? Avons nous vraiment pris conscience de TOUT les liens, répercussions et impacts que la disparition de notre chat pendant les vacance a eu sur nous ?

Il est temps je crois de sortir des liens émotionnels pour réellement changer et faire / devenir ce qui doit être… Même si cela ne nous plait pas ! Même si ça nous fais grave flipper notre mère ! 

Notre passé n’est pas le souci

Ce passé, cool ou pas cool, est notre structure de départ. Il y a en lui TOUT les outils nécessaires à notre construction. Mais peut être que nous avons encore à apprendre à utiliser ces outils !

Mais dans tout les cas rendre le marteau responsable du coup qu’on s’est mis sur la main ou de la magnificence de la maison qu’on a construite me semble relever du plus haut niveau de l’imbécilité !

Le seul souci est l’attachement que nous portons à notre histoire personnelle ! 

Le souci c’est 20, 30, 40 ans plus tard continuer à mépriser les femmes / hommes parce que 20,30,40 ans plus tôt on a subi un trauma avec un.e con.ne et non pas avec un homme ou une femme.

Le hic c’est de ne pas pouvoir aller au resto parce que votre père / mère a été exploité quand vous étiez jeune. Ou encore d’être obliger d’amasser de la tune à foison suite à une saisi par les huissiers enfants ou une avarice érigée en tradition familiale

Bien sur que nous héritons des comportements familiaux, mais ce n’est pas parce que ma famille a volé sa fortune que je suis obligé de continuer à voler avec cet héritage.

Je peux devenir agent de sécurité par exemple, ou mercière et repriser les vêtements troués pourquoi pas !

Alors vous n’en avez pas ras la casquette de continuer à valider les murs de sottise que vous tenez de vos parents, grands parents, tonton et tantines ? 

Vous trouvez vraiment qu’un drapeau, un gilet ou le moindre linceul vaut vraiment le coup d’oublier de VOIR, d’oublier de réfléchir ?

Il serait peut être bon de tenir nos comportements de peur pour enfin nous servir de ce lobe frontal.

Analyser, objectiver les faits, qui restent les faits, pour voir au delà des illusions, au delà de l’illusion de ce qu’on a appris et qu’on tient pour « la vérité ». 

Et ces valables à titre personnel, social, sociétal ou mondial !

Il est temps de changer nos vérités et d’en accepter le coté tout relatif !

La vérité c’est un plat de carbonara !

Il y a autant d’aspect de la vérité que de pâtes dans une assiette ! Et pour la sauce ? Chacun à sa recette qui est forcément meilleure que celle du voisin !

« Les événement d’Algérie » ne sont pas racontés de la même manière d’un coté ou de l’autre de la mare nostrum par exemple.

Votre enfance si elle est narré par votre mère, votre père, votre frère/ soeur ou par vous même prend des tournures souvent inattendues ! « Oui mais il / elle déforme tout ! » Et vous non ? Non vous vous êtes hyper objectif c’est connu ! D’ailleurs dieu c’est vous …. aussi !

Les fait sont les fait ! Par contre le traitement de l’information, les conséquences, les jugements définitifs que nous en tirons eux sont à notre charge et eux sont modifiables. C’est notre responsabilité de faire avec ce qui nous est donné !

Actuellement je vois surtout des gens pleurer, résister, casser leur vie et La Vie autour d’eux parce qu’ils n’ont pas ce à quoi ils estiment avoir droit. Je vois un peu moins de 7 milliards (vous voyez que je suis optimiste) de petits enfants capricieux qui au lieu de faire ce qui a à faire veulent soit rien changer et préserver, soit avoir plus et être comme le (gros) voisin à coté … un gros con !

Conte pour enfants qui veulent se tenir debout

En 1979 un enfant de 7 ans perd l’usage de ses jambes suite à un vaccin DTPolio « mal conçu ». Les enfants ne sont pas tendres et le bannissement par la moquerie est toujours plus facile que la solidarité.

Les années passent, la fin de l’enfance, l’adolescence, les boutons, les filles… heu pardon les filles des journaux scandaleux, les autres ne voulaient être que des copines.

Vient le jeune adulte toujours en lutte contre lui, contre ses parents, contre la société rendu responsable, contre la vie, cette pute qui ne lui avait pas donné son dû.

Adulte en colère, il se casse, se brise, pour au final se dépasser et s’arracher de ces complexes, disparaitre pour essayer d’être.

L’hiver arrive et un matin durant sa 39 éme année incarné il tourna la tête, regarda loin derrière lui. Il y vu les 33 années qui venaient de passer.

Il retrouva les gens qui l’avaient marqués, humiliés, aimés, tour à tour et parfois en même temps. Il revit les humains qui l’ont animés, motivés, ceux qui l’ont aidés et qu’il a aidé, aimé, appuyé.

Il a vu que son entrave, son ancre était en fait une catapulte, une structure formidable pour sauter dans son inconnu.

Depuis le marcheur s’est relevé et il ne s’est plus jamais retourné.

Je suis sur que vous aussi vous avez des contes et des belles histoires tristes de ce genre là ! Si vous n’en avez pas regardez mieux VOTRE vie au lieu de vous occupez de celles des autres et de celle, hautement improbable, que vous auriez « dû » avoir .

Mot clé: LIBERTE ! RENAISSANCE !

Renaud

Chapitre 2 du Défi

Je passe le relais à Dame Laurence avec un superbe morceau du Beau Jacques qui est allé voir ailleurs si les Humains ont des bras pour embrasser plutôt que des poings pour s’enrager et frapper !

Ce mois de Novembre a le mérite d’être clair! Entre déchirer l’hymen du voile de sa conscience, la nouvelle vision, l’attachement au passé et maintenant au delà de l’illusion, si on ne veut pas VOIR le message, on peut s’en prendre qu’à nous même!

Et si ça tourne là dessus, c’est bien que ça résiste, qu’il y a quelque chose en nous qui ne veut pas prendre la totale responsabilité de notre vie. Et oui, on a fait la fête, on a participé, mais quelque chose a encore les glandes d’admettre que si on s’en remet à la Raison, on a jamais vraiment raison…

Entre la vie qui est une boîte de chocolat et la vérité un plat de carbonara (non ceci n’est pas un blog de gourmands invétérés), à quelle sauce allons nous manger notre histoire personnelle? 

Dans son histoire Renaud dit qu’il a regardé une dernière fois derrière lui et qu’il ne s’est plus jamais retourné. On tente l’aventure cette semaine? On abandonne enfin le doudou de notre histoire personnelle? De notre vérité tellement subjective? 

Le défi de la semaine si vous êtes joueur va être au quotidien:

  • Lundi: je choisi un évènement qui m’a énormément blessé dans ma vie et j’écris l’histoire du point de vues de différents protagonistes (Soi, la ou les personnes concernées, une personne qui observait l’histoire, quelqu’un qui a pris votre parti, quelqu’un qui était « contre » vous et un enfant).
  • Mardi: Je choisi un évènement qui selon moi a eu un impact positif sur ma vie et idem.
  • Mercredi: Je choisi un évènement de ma journée qui m’a fortement énervé ou blessé ou ennuyé et Idem.
  • Jeudi: Je choisi un évènement de ma journée qui m’a rendu joyeux, content, satisfait et Idem.
  • Vendredi: je choisi un évènement futur qui me fait peur et Idem
  • Samedi: je choisi un évènement futur que j’espère et Idem
  • Dimanche: je relis tout et je brûle tout pour symboliser que ce n’est qu’une partie infime des vérités de tous ces évènements.

Vous pouvez vous faire aider d’un ami/conjoint/conseiller ou encore mieux le faire à 2 ou plusieurs. Et bien sur ne soyons pas complaisants, il faut allé au bout de la démarche, et oser raconter les vérités qui nous dérangent le plus. 

Dimanche revenez au point de départ de ce défi: regarder une dernière fois derrière pour ne plus se retourner. Si je vous fait faire le défi dans le passé, présent, futur c’est pour vous faire capter comment nos vérités plus que partielles sur notre passé ont un impact sur notre présent et nos projections de l’avenir. Croisez les histoires et voyez les points communs. C’est un cadeau à vous faire pour comprendre l’angle de vue de votre fausse vérité, de vos illusions. Et peut être que quand vous mangerez votre prochaine assiette de pâtes carbo, vous en arriverez à vous demander si vous mangez vraiment des pâtes (clin d’oeil à : »tu crois vraiment respirer de l’air » de matrix si je dis pas de conneries).

Car au delà d’une infinité de vérités, l’essentiel est surtout que tout est illusion, perception, interprétation. Donc aller au delà… N’est ce pas simplement d’arrêter de chercher la vérité dehors pour simplement aller à la source dedans? Je vous laisse méditer là-dessus!

Kiss for the week! Et bon défi!

Laurence

Petite song inspirée par le défi

avatar laurence

Enseignante de Yoga, praticienne en soins énergétiques. j’apprend à chaque pas comment devenir le Canard Blanc ou le Cygne Noir… en somme « j’aide la science et c’est ma Joie… »
Bon en même temps si la science a rien à me demander ça m’arrange je donne un cours de Yoga à 15 heures !

Au delà de nos illusions, se liberer du passé
Photo by DESIGNECOLOGIST on Unsplash

Cet article a 1 commentaire

  1. Farpaitement !
    notez ça c’est important dans ce que vous propose Laurence

    C EST UN CADEAU A VOUS FAIRE

    c’est pour vous que vous le faites !
    Alors ok des fois le cadeau semble indigeste mais avouez que ça serait ballot de s’en priver !
    Vous avez demandé la pluie ne pleurez pas parce qu’elle mouille !
    Vous n’avez rien demandé ? Oui mais il pleut et vous rouler par terre pendant 30 ans n’y changera strictement rien la pluie continuera de mouiller !
    Vous avez envie qu’il fasse sec ?
    Vous mettez des bâches, des radiateurs et des cris de mouettes pour vous croire au Seychelles sur la plage de Berk ?
    Ok pas de souci …
    mais il faudra quand même allez chercher de l’eau pour arroser votre jardin…
    c’est ballot … il pleut et vous êtes du coup de corvée d’eau !
    Et oui tout à un prix même la liberté
    son prix c’est juste de ne plus avoir de certitude

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier