Le reste, il me le raconte le jour suivant, alors que dehors il pleut tant d’eau qui se gaspille, de l’eau bonne et propre qui finit en mer sans que personne ne sorte une casserole pour y faire cuire des pâtes. Donna Speranza, la concierge, recueille celle de mai, elle dit qu’elle fait du bien aux yeux.

extrait de Montedidio, de Erri De Luca

Rien que de l’eau, de l’eau de là-haut

Ecouter podcast de cette réflexion

C’est drôle de tomber sur cet extrait. Juste avant, je venais de recevoir ma facture d’eau et je me disais qu’il fallait vraiment que j’appelle le plombier pour changer un robinet qui a une fâcheuse tendance à fuir. On gaspille l’eau sans avoir conscience que c’est l’un de nos biens les plus précieux.

L’eau est la source de la vie. A votre avis, pourquoi on cherche désespérément de l’eau sur Mars ? Sans eau, point de vie.

Rappelons nous aussi que le corps humain est constitué de quasi 60% d’eau…

L’eau, c’est aussi notre émotionnel. On peut le contenir, ne rien exprimer, et se retrouver aussi joyeux qu’un marais stagnant et croupissant.

Ou on peut choisir de le laisser s’exprimer à travers nous, le laisser nous traverser comme une onde fraîche et ondoyante.
Le laisser nous traverser, pas s’accrocher à lui comme un arapède. Essayer de retenir de l’eau dans vos mains, vous verrez c’est pas hyper efficace.

Au coeur de l’hiver, l’élément eau en énergétique chinoise, embrassons la fluidité de l’eau au lieu de nous cristalliser et de nous glacer.

Soyons aussi fluides que l’eau fraîche d’un torrent. Le mouvement de nos émotions est permanent à l’intérieur de nous. Laissons le vivre, et laissons l’eau laver nos coeurs.

Laissons jaillir nos larmes. Larmes de joie, de tristesse, de colère, d’émerveillement, de désespoir. Peu importe. Laissons couler nos pleurs pour sans cesse nous renouveler, pour renaître à l’intérieur de nous.

Laissons l’eau faire vaciller nos certitudes, fracturer nos murs intérieurs. Laissons se déverser la Vie, fluide et vive comme un ruisseau.

Très belle fin d’année à tous !

Au hasard Balthazar, un nouveau rendez vous sur la passerelle. Chaque semaine, je vous lis un extrait choisi au hasard d’un livre pris au hasard. Il n’y a pas de hasard, tout est magie, tout est enseignement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’eau, ce bien précieux -Montedidio
×

Panier