Selon, R. Gombrich « les premiers missionnaires chrétiens envoyés en Asie n’ont pu s’empêcher, lorsqu’ils eurent une connaissance intime de la religion, de ses pratiques et de ses « virtuoses », de constater à quel point les moines bouddhistes étaient peu enclins au militantisme ».

extrait de Bouddhisme et Occident, de Lionel Obadia, éditions L’Harmattan
Photo by Jerry Kiesewetter on Unsplash
Photo by Jerry Kiesewetter on Unsplash

Allez, quelques définitions, histoire de savoir de quoi on parle.

  • militantisme : de militant, avec le suffixe -isme. Activisme, prosélytisme, zèle dont une personne fait preuve en vue de rallier des personnes à une cause.
  • militant : du latin militare, être soldat, faire son service militaire. Qui lutte, qui attaque, qui défend une cause ou idéologie, qui paie de sa personne. D’origine guerrière, le terme est issu de la théologie, puisque, longtemps, l’adjectif militant a qualifié l’Église qui combat ou qui lutte, ou les membres de la milice du Christ.
Ecouter le podcast

C’est la lutte finale !

Se battre pour la Liberté ! Entrer en guerre pour un monde meilleur ! 

Comme dit mon beau-père, quelle est la différence entre un char de droite et un char de gauche ?

Après 1789, la grande révolution française, est venue La Terreur !!! Où on guillotinait à bras raccourcis !

Soit tu es avec nous, soit tu es contre. Pas de juste milieu. La raison a foutu le camp, il n’y a plus que l’émotionnel, qui par essence n’est jamais rationnel. Il y a La Vérité, et tu dois t’y plier !

Car le -isme mène au dogme et à la rigidité. Derrière chaque -isme se cache un extrémisme.

  • -isme : suffixe utilisé pour former un nom correspondant à une doctrine, un dogme, une idéologie ou une théorie, qu’elle soit religieuse, politique ou scientifique.

Ce sont des militantes pour le droit des femmes qui ont oeuvré pour la loi de pénalisation du client, rendant les conditions de travail de tous les travailleuses et travailleurs du sexe encore plus précaires et dangereuses.

Ce sont des militants bouddhistes qui exterminent des musulmans au nom de leur croyance. Tout comme les chrétiens, les musulmans, les hindouistes ont massacré, pour répandre leur bonne parole.

Méfiez vous des -ismes, quels qu’ils soient. Féminisme, syndicalisme, socialisme, capitalisme, anarchisme, jaunisme.

Ça part souvent d’une bonne idée, d’un sentiment juste. Mais peu à peu le point de départ disparaît, et il ne reste plus que le dogme, que les il faut, on doit, à cause de.

Photo by Tom Roberts on Unsplash

Si on arrêtait la lutte ?

Et si, enfin, on arrêtait la lutte ? Si, avant de taper sur la tronche de tous ceux qui sont pas d’accord avec nous, on se mettait d’accord avec nous-mêmes, toutes les parties de nous mêmes. Si on changeait, nous, parce que c’est notre choix, et si le voisin veut pas changer, ben c’est comme ça. 

La liberté implique de s’occuper de son cul. La liberté implique de prendre la responsabilités de SES actes. Et être libre en obligeant les autres à adhérer à notre vérité, ben c’est pas être libre !

On se quitte avec quelques petites phrases de Castaneda, qu’on peut répéter à l’infini, comme un mantra.

J’ai déjà reçu le pouvoir qui gouverne ma destinée.

Je ne m’attache à rien pour n’avoir rien à défendre.

Je n’ai pas de pensées pour pouvoir VOIR.

Je ne crains rien pour pouvoir me souvenir de moi-même.

L’Aigle me laissera passer, serein et détaché, jusqu’à la Liberté.

Carlos Castaneda
Photo by Dallas Reedy on Unsplash

Et en supplément, je vous invite à écouter le podcast de l’émission L’heure Bleue sur des lectures du texte Autocritique d’Edgard Morin, sur les Fétiches.

Au hasard Balthazar, un nouveau rendez vous sur la passerelle. Chaque semaine, je vous lis un extrait choisi au hasard d’un livre pris au hasard. Il n’y a pas de hasard, tout est magie, tout est enseignement.

Cet article a 1 commentaire

  1. Merci Charlie, c’est fort à propos….
    C’est si facile de résister, de lutter, de s’insurger, y a qu’à se laisser glisser.
    C’est une autre affaire pour arrêter la lutte, sans pour autant se laisser-aller. Là il faut remonter la pente, voir même aller à contrecourant de la marée de nos revendications qui repose sur notre immense manque de tout. Y a du taf !
    Encore merci Bella !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier