Les 5 SAISONS DE L’ÉNERGIE :L'ETE, le SUD, la Terre chamanique. Le point de la RAISON, pas celui de la rationalité. "savoir raison garder". Le pèlerin n'est pas un mystique, ni un rationaliste, il chemine entre deux mondes. C'est la période idéale pour s'affranchir de nos croyances et points de vue pour revenir au réel. Celui de la matière MAIS AUSSI celui de l'abstrait. L'ART DU TRAQUEUR . PRÉSENCE, détermination et honnêteté avec soi pour pouvoir l'appliquer dans le monde.
  • Post last modified:14 avril 2021
  • Post comments:4 commentaires
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :10 min de lecture

5ème et dernier volet du podcast consacré au point d’assemblage : ÊTRE UN CANAL DE L’ESPRIT. On change de livre, on quitte Le Feu du Dedans pour faire une rapide embardée dans La Force du Silence (excellent livre de Castaneda axé sur les noyaux abstraits, je vous le conseille, si vous ne l’avez pas lu !). On parle encore du déplacement du point d’assemblage, avec une info essentielle : c’est l’Esprit, pas nous, qui déplace le point d’assemblage. La seule chose que nous puissions faire, c’est être le plus impeccable et le plus implacable possible, nettoyer et affiner notre lien de communication pour pouvoir devenir un canal de l’Esprit. Simple ? Non, et l’implacabilité a un prix : notre apitoiement !

PODCAST : être un canal de l’Esprit – 5

Chasser le doute, devenir implacable

Dans cet extrait de La Force du Silence, Don Juan offre une nouvelle leçon à Castaneda sur le déplacement du point d’assemblage. C’est l’Esprit qui déplace le point d’assemblage. Quand un nagual déplace le point d’assemblage d’un de ses apprentis, c’est l’Esprit, à travers le nagual, qui déplace son point d’assemblage. Le nagual ne fait rien, mais par son impeccabilité et son implacabilité, il devient un canal de l’Esprit.

Comprenons bien ce que ça implique. Ca implique que le véritable pouvoir du guerrier, sorcier, chaman… c’est son impeccabilité et son implacabilité.

C’est l’implacabilité et l’impeccabilité du Guerrier qui lui permettent de nettoyer et de fluidifier son lien de communication avec l’Intention et avec l’Esprit, et donc de devenir un canal de l’Esprit.

Le guerrier impeccable remplace son brouhaha interne, son apitoiement et sa suffisance par de l’impeccabilité et de l’implacabilité. Ainsi, l’Esprit a la place de circuler à travers lui. Et le guerrier accepte de se laisser guider par l’Esprit. Se laisser guider, ça veut dire se laisser manipuler par l’Esprit. Il n’a pas le contrôle, il suit les mouvements de l’Intention, il s’en remet totalement à l’Esprit.

Le seul pouvoir du guerrier, c’est son impeccabilité et son implacabilité. Gardez toujours ça en tête.

Ce n’est pas vous qui déplacez votre point ou celui du voisin, ce n’est pas vous qui influez sur le monde, vous n’êtes que le canal par lequel l’Esprit se manifeste. Et la seule chose que vous ayez, c’est votre impeccabilité. Bien des gourous, des érudits, ou sorciers sont tombés dans le traquenard du pouvoir. Ils ont cru que le pouvoir de l’Esprit était le leur. Ils ont cru qu’ils étaient l’Esprit. Croyez-moi, quand on tombe dans ce travers, à un moment l’Esprit se retire, et la chute est rude !

sabre-kendo-enfant-implaccabilite
Photo by Krys Amon

Implacabilité et impeccabilité, les deux piliers du sorcier

  • L’impeccabilité, c’est faire de son mieux, en fonction de l’énergie qu’on a à disposition.
  • L’implacabilité, c’est atteindre, par un déplacement du point d’assemblage, le lieu sans pitié, la position opposée à l’apitoiement. L’implacabilité n’est pas de la méchanceté.

C’est simplement faire avec impeccabilité ce qu’il y a à faire, sans qu’une once de pitié ni d’apitoiement ne rentre en compte.

C’est énorme comme changement ! Enfin, je suppose, car je dois vous avouer que je m’apitoie encore comme une grosse tanche. Sur moi, et donc sur le monde. Car ne nous leurrons pas. Si on éprouve le moindre sentiment d’apitoiement pour l’extérieur, c’est qu’on s’apitoie sur nous. On se trouve des excuses, des circonstances atténuantes, on se ménage, on a besoin d’être cajolé et rassuré car c’est tellement difficile ce qu’on vit ! Et on pleure sur le sort des pauvres gens qui souffrent, de la misère, de la maladie, de la violence.

Ce que l’implacabilité implique :

Plus aucune pitié. Plus aucun apitoiement. Donc, plus aucune victime. De rien. Plus d’injustice. Plus d’abus. Plus de plainte.

Oui, l’implacabilité implique vraiment un déplacement du point d’assemblage. Car atteindre le lieu sans pitié, c’est sortir de l’emplacement ordinaire de notre point d’assemblage. Et c’est changer de monde, c’est voir et vivre le monde et chaque évènement de notre vie d’une manière totalement nouvelle, où tout est un cadeau et une occasion. Je dis bien TOUT. Honnêtement, qui autour de vous est implacable ? Vraiment implacable ? Seuls sont implacables les guerriers impeccables, et ça court pas les rues !

Réflexion autour du fait d’être un canal de l’Esprit impeccable

Note pour moi-même (qui servira peut-être à d’autres)

Si l’implacabilité correspond à une position du point d’assemblage, ça signifie donc que l’apitoiement, le doute, le brouhaha, c’est aussi une position du point d’assemblage. Quand, comme c’est mon cas, votre point alterne entre moments d’implacabilité et grandes plages d’apitoiement, c’est que le point retourne à sa position d’origine.

Pour aider le point d’assemblage à s’attacher fermement à sa nouvelle position, celle du lieu sans pitié, il faut donc accumuler de l’énergie. Comment on fait ? On arrête d’en perdre, déjà. Une des plus merveilleuses pertes d’énergie, c’est le doute, et l’apitoiement. En général, on est attaché émotionnellement à notre apitoiement et au doute, ça justifie qui on est, et surtout ça permet de bien fixer le point sur sa position d’origine, celle que Papa et Maman nous ont appris, et on veut pas trahir Papa et Maman, alors on continue gentiment à maintenir notre point d’assemblage fixé !

Pour que la magie puisse s’emparer de nous, il faut chasser le doute de notre esprit. Une fois que les doutes ont disparu, tout devient possible.

Don Juan Matus, La Force du Silence

Prenons la décision ferme et définitive d’atteindre le lieu sans pitié. Ayons l’intention de déplacer notre point. Osons de pas être complaisant, ne nous laissons pas le choix. Du moins, si on veut déplacer notre point d’assemblage sur la position de l’implacabilité. Joli programme, non ?

Charlie

Lire aussi

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 4 commentaires

  1. Duende

    Charlie je vous aime !

    Je vous aime parce que vous faites revivre les enseignements de Don Juan avec intensité et intelligence . Vos écrits et vos lectures ( faites avec un talent remarquable ) sur le sujet me mettent vraiment en joie , je n ‘ imaginais pas que l ‘ on puisse s ‘ intéresser encore aujourd’hui à Carlos Castaneda . J ‘ ai connu ses livres il y a une quarantaine d ‘ années et je les relis tjs de temps à autre . Je me suis bcp documenté sur le chamanisme et tout ce qui touche à la spiritualité mais je n ‘ ai jamais trouvé quelque chose d ‘ aussi fort et d ‘ aussi novateur que les livres de Castaneda , me donnant mille réponses aux questions que je m ‘ étais posées depuis mon enfance me permettant de mettre en pratique certaines des si nombreuses techniques décrites dans ses ouvrages .
    Si vous pouviez faire un jour un podcast sur le livre de Taïcha Abelar  » Le passage des sorciers  » , je serai comblé .

    Je vous salue et vous remercie pour tout ces beaux partages .

    1. Renaud

      Merci déjà à vous aussi de continuer à guetter cette voie. Merci aussi d’avoir ressorti Taisha ABelar du trou dans lequel je l’avais mis. je sais dans quoi me replonger !

  2. Charlie

    Woow, ben merci, dites donc !
    Ca c’est du commentaire qui fait rudement plaisir ! (oui, j’adore les déclarations d’amour, c’est mon fromage à moi – cf castaneda )

    Blague à part, je suis carrément d’accord, il y a quelque chose dans les livres de Castaneda de vraiment précieux, et essentiel. Je crois qu’il y a tout, sans faire de fan attitude.
    Parce que les enseignements de Don Juan sont à la fois abstraits et hyper concrets, parce que la vision qui est proposée n’est pas simplement une vue de l’esprit, il y a des implications tonales réelles, et qui peuvent vraiment transformer nos vies.

    Et puis parce qu’il n’y a pas de recette miracle qui est proposée. Ce qui est proposé, c’est de se reconditionner, et ça passe par de la répétition d’actes super mega concrets.
    Il n’y a pas non plus de super pouvoir, si ce n’est se réapproprier le sien, à savoir choisir, assumer la responsabilité de nos vies, et le super pouvoir de pouvoir défoncer son auto contemplation pour, enfin, rire, de soi, de la folle importance qu’on s’accorde sans rien pour le justifier, et pouvoir juste contempler et savourer ce qui nous est offert, la Vie !

    Bref.
    Merci, pour votre commentaire. Mais aussi pour votre écoute, pour oser commenter (rigolez pas, le pourcentage de gens, tous sites confondus, qui osent commenter et donc donner leur avis, est lamentablement bas !), et bienvenue sur la passerelle 🙂

    Je prends bonne note de la suggestion de faire un podcast sur Taicha Abelar

  3. Renaud
    Posté par: @charlie

    Parce que les enseignements de Don Juan sont à la fois abstraits et hyper concrets, parce que la vision qui est proposée n’est pas simplement une vue de l’esprit

    Ca c’est un des trucs qui me fait souvent rigoler chez les spiritualistes ou celles et ceux qui veulent s’éveiller.
    Ils adorent les concepts mais pas du tout les mettre en pratique ou alors que quand c’est « le moment » c’est à dire le temps d’un stage, un vikend ou on va frissonner dans une tente ou en fumant un truc « comme les vrais »

    Posté par: @charlie

    Ce qui est proposé, c’est de se reconditionner, et ça passe par de la répétition d’actes super mega concrets.

    J’en parlais à une amie kiné / ostéo et ou je luis disais que ce boulot au final c’est comme une giga grosse réeducation. Comme si on c’était tordu au fils des années et des manipulatiosn que nous avons (consciemment ou pas) accepté de faire notre.
    Toute les personnes qui ce sont cassés une jambe peuvent comprendre que ça va être long, difficile et qu’il y a un tempo à respecter. Si vous en avez chier pour 2 mois de plâtre imaginez ce que ça va donner pour 40 ans de moule moral et conformiste …
    alors toujours envie de vous éveiller en fumant le calumé dans une sweet lodge en bois de cerisier ?

podcast-sur-le-point-d-assemblage-castaneda-5
×
×

Panier