• Post last modified:15 décembre 2020
  • Post comments:3 commentaires
  • Post author:

Cette année, la Nouvelle Lune en Sagittaire a lieu le Lundi 14 décembre, à quelques jours seulement du solstice d’hiver, qui sera marqué par une grande conjonction entre Jupiter et Saturne, à 0° Verseau. Alors de quoi nous parle cette Nouvelle Lune ? Du vide, du silence, et de tout ce qu’on met en place pour le remplir, ce vide qui nous terrifie. Et devinez avec quoi on remplit ce vide qui nous terrifie ? Et bien avec notre histoire personnelle, nos certitudes sur JE et sur le monde et bien sûr avec nos terribles blessures qui sont le fondement de notre auto-contemplation.

Regardez la carte du ciel : la majorité des planètes sont au-dessus de l’horizon. Seule la conjonction Soleil-Lune-Mercure-Noeud Sud et Vénus sont en dessous de l’horizon, dans la Maison 6, qui fait la transition entre l’intérieur et l’extérieur.

Autre aspect majeur de ce thème astrologique : pour cette Nouvelle Lune en Sagittaire, toutes les planètes sont reliées entre elles par un paquet d’aspects, formant une espèce de toile d’araignée inextricable. Dans le genre agitation, ça se place là !

Et pourtant, au milieu de cette toile astrale, les Maisons 1 à 5, les fondations de notre JE, de ce qu’on est, sont totalement vides, vierges de toute histoire pré-tracée.

Lâchons-les, ces blessures qui n’existent plus. Toute l’énergie qu’on met à maintenir notre définition de nous et du monde, utilisons là pour aller écouter le brouhaha qui tourne en boucle en arrière-plan, sans qu’on en ait conscience. Débusquons notre dialogue intérieur. Voyons quel monde il assemble, et pour changer de monde, on a juste à baisser le volume de cette litanie intérieure.

Acceptons le silence, le vide, acceptons de ne pas savoir à l’avance où on va. Alors on pourra percevoir les signaux faibles, ces petits détails qui nous indiquent la route à suivre. Mais tant qu’on a le nez collé dans notre histoire, on ne voit pas les petits cailloux que l’Esprit sème sur notre route. 

Thème astrologique de la nouvelle lune en Sagittaire du 14 Décembre

La Nouvelle Lune en Sagittaire aura lieu le 14 Décembre 2020 à 17h17 à Avignon (16h17 TU). La carte du ciel de cette nouvelle lune est faire en maisons égales – Domaine Placidus.

Ouvrez la porte, faites un pas, sentez l’air froid sur votre visage. La nature est au ralenti, la sève ne circule plus dans les troncs, c’est la longue pause hivernale. Le silence, le vent, le sol gelé qui croustille sous vos pas. Vous êtes en vous, vous êtes chez vous, vous êtes vide.

Maison 1 à 5. Face au vide : La peur ou la liberté ?

Dans ce thème de Nouvelle Lune en Sagittaire, les 5 premières Maisons sont totalement vides. Ces  premières Maisons, ce sont les fondations de notre individualité, de notre JE.

Or, pour cette Nouvelle Lune en Sagittaire, ces 5 maisons sont entièrement vides ! Il n’y a rien ! Une terre vierge où on peut faire exister, où on peut inventer une individualité nouvelle au lieu de subir la personnalité qui nous a été greffée ! Oserons-nous réinventer nos JE SUIS ?

On croit que notre individualité est construite par notre histoire, par notre appartenance à une famille, un milieu socio-culturel, etc… Si notre personnalité découle bien de ces facteurs, ce n’est pas le cas de notre individualité. Notre personnalité, cette histoire de nous-même, s’est rajoutée, s’est superposée.

Mais de manière très pragmatique et biologique, ce qui prend le plus d’espace en nous, c’est le vide entre nos cellules, pas la matière, pas les faits ! Malgré tout ce que nous nous racontons comme histoires, nous sommes surtout constitués de vide, d’abstrait et d’énergie ! Trois éléments bien plus malléables que ce que nous nous autorisons à croire.

Le dialogue intérieur et l’auto-contemplation créent notre JE – mise en bouche

Toute cette définition de nous-même, qu’on élabore et qu’on consolide brique après brique, comble le vide qui nous terrifie tant. En permanence, comme un processeur en arrière-plan, on se susurre : je suis comme ci, je suis comme cela, je pense ceci, etc…. On se raconte à l’infini le souvenir partial et déformé de ce qu’on a déjà vécu. Sur ces fondations bancales on se projette, on bâtit le pire et le meilleur, en fonction de comment nous avons vécu et mémorisé le passé. Quand sommes-nous au présent ?

Cette voix qui nous rappelle ce qu’on a déjà vécu, ce dialogue intérieur permanent, crée et maintient la définition qu’on a de nous et du monde. Notre vision unique de ce qu’on a vécu, de ce qu’on vit et de ce qu’on vivra.

Si par hasard on baisse le volume de cette voix, alors la peur de disparaître surgit car le vide et le silence remettent en question cette histoire sur nous-même qu’on se raconte en boucle. Pour se rassurer, on monte le volume et on se fige encore un peu plus dans notre propre définition, rendant impossible l’idée que cela puisse être autrement. On fixe à coups de clous, plantés bien profondément, la position habituelle de notre point d’assemblage. 

symbole-CHIRON-asteroide-saturne-uranus

Chiron & Mars sur le milieu du ciel en Bélier : Agir sur notre histoire personnelle

Le symbole de Chiron, c’est la clé. Avec Chiron, on a l’occasion soit de renforcer notre histoire personnelle, soit de transmuter nos blessures en forces et de faire de la “fatalité” un cadeau.

Pour cette Nouvelle Lune en Sagittaire de Décembre 2020, Chiron en Maison 10 dans le Bélier va nous donner l’occasion de voir sans fard les fameuses blessures sur lesquelles on a construit notre mythe personnel et avec lesquelles on se définit en permanence. Mais Chiron n’est pas tout seul, car Mars est aussi en Maison 10, et vu qu’il est en domicile dans le Bélier, il va y avoir de l’action et de l’intensité. Mais pour aller dans quel sens ? Comme toujours, ça dépend de nous.

  • Définir notre personnalité par nos blessures. On va renforcer notre sentiment de frustration et d’injustice, et solidifier un peu plus le miroir de notre auto-contemplation. D’autant plus que la Cuspide en Poissons vient apporter l’énergie nécessaire à notre apitoiement pour nous dissoudre dans notre terrible blessure et justifier tous nos ouin ouin et nos colères.
  • Faire face à tous les points de vue avec lucidité. Chiron et Mars peuvent aussi nous permettre de nous voir avec honnêteté. De percevoir les trames sur lesquelles on s’est construit. De voir qu’on est tout sauf des victimes. La ténacité et la persévérance de Mars se mettent au service de la mise en lumière de notre blessure. Et les 3° en Poissons vont donner de la profondeur et du sentiment à cette quête pour pouvoir nous décoller de l’identification à notre auto-contemplation.

Notre dialogue intérieur ne se montre pas facilement, malgré son volume sonore assourdissant. On y est tellement habitué qu’on ne l’entend plus. Alors observez-vous comme si vous étiez un autre, servez-vous de l’énergie de Mars pour ne pas vous lâcher et affronter votre dialogue intérieur.

Oui, on a bien dit “affronter” car ce qu’il nous raconte, on n’a pas forcément envie de l’entendre clairement, tout comme on n’a pas forcément envie de se voir en plein jour, et de voir comment on tord le monde pour le faire coller à notre définition. Mais ne vous lâchez pas. Entendez les mots que vous vous répétez inlassablement. Alors vous allez capter les trames sur lesquelles vous avez bâti votre personnalité. 

Peu à peu, à force de persévérance, vous allez voir que votre dialogue intérieur a un bouton de volume sonore. Et vous allez pouvoir le baisser.

detail-toile-araignee-goutte

Les signaux faibles de cette Nouvelle Lune en Sagittaire

En baissant le volume de notre dialogue intérieur, en décollant le nez du miroir de notre auto-contemplation, on va pouvoir capter des petits détails, les cailloux que sèment l’Esprit sur notre route. Les signaux faibles, c’est l’Intention cachée derrière chaque chose. Les fameux possibles dont les théoriciens de la 4D / 5D / 6D nous rabâchent les oreilles.

Une fois qu’on a enfin débusqué le thème de cette Nouvelle Lune en Sagittaire, on a pu voir l’Intention cachée derrière le gros boxon. Et ce sont les détails auxquels personne ne fait attention qui nous ont montré le chemin. 

Le vide, dont on vous a parlé au-dessus, mais également les 3 petits degrés de fin de signe, au début de chaque Maison.

Si vous voulez rester englué dans votre dialogue intérieur, ne pas avoir de discipline sur vos pensées, ne lisez pas la suite, elle ne vous servira à rien.

 3° pour nous voir autrement, pour éclairer un autre chemin

Chaque Maison commence à 27° d’un signe. La Maison est donc marquée par ce signe. Pourtant, la quasi totalité de la Maison est dans le signe suivant. On peut, par facilité, zapper ces 3° qui nous emmerdent et viennent nous compliquer la vie.

C’est un peu ce qu’on fait dans nos vies, on vire les parties qui ne nous arrangent pas et qui pourraient nous donner une vision différente de l’histoire qu’on se raconte.

Ces trois petits degrés au début de chaque Maison nous montrent qu’on peut écouter autre chose que notre dialogue intérieur sans surprise. Ils amènent du déséquilibre, la disharmonie apparente qui vient donner de la profondeur à une note, le sel sur le chocolat. Ils nous donnent accès à la profondeur et à la multiplicité. On sort du dessin plat pour vivre en volume.

Au lieu de rester englué dans la toile du connu, servons-nous de ces 3° pour nous décaler et voir une autre facette de nous, de nos actes, nos pensées, nos relations, etc.. On peut sortir des ornières qu’on a creusées.

Cadran Ouest – maison 6 / 7 / 8 et 9

  • Maison 6 avec 3° en Scorpion + 27° Sagittaire : Seul le rappel de notre mort imminente nous permettra de nous guider dans l’immensité ouverte par le Sagittaire, sans peur de se tromper ni volonté de réussir. Soyons, au lieu de nous demander où, quand, comment.
  • Maison 7 avec 3° en Sagittaire + 27° Capricorne : Le relationnel (M7) est âpre (Capricorne), il s’agit de traiter avec le monde et avec nous-même (Pluton) mais on peut le faire avec noblesse d’âme et bienveillance (Sagittaire). 
  • Maison 8 avec 3° en Capricorne + 27° Verseau : Seul le rappel de notre mort prochaine (M8) peut driver notre volonté d’absolu et d’idéal (Verseau). Ancrons cette réalité de notre disparition imminente dans notre quotidien (Saturne) car on peut vite l’oublier et s’emballer (Jupiter). Engageons-nous totalement, en nous rappelant que rien n’a d’importance.
  • Maison 9 avec 3° en Verseau + 27 ° Poissons :  Nous pouvons nous étendre à l’infini (Poissons), nous pouvons transformer notre réalité (M9). Mais nous pouvons aussi nous perdre dans les infinités de possibles (Neptune). Gardons la boussole de notre Intention de départ (Verseau).

Cadran Est – maison 10 / 11 /12

  • Maison 10 avec 3° en Poissons + 27 ° Bélier : L’action (Mars en Bélier) se nourrit du sentiment et de la conscience (Poissons). Seule l’action consciente permettra la transformation de notre blessure en enseignement (Chiron).
  • Maison 11 avec 3° en Bélier + 27 ° Taureau : Avec un Uranus freiné par le Taureau et une Lilith qui pousse à faire sans attente de résultat, on peut vite tomber dans une résignation morne. Les 3° Bélier (pétillement, envie) nous font passer de la résignation à l’acceptation. En se résignant, on subit. En acceptant, on fait un choix conscient.
  • Maison 12 avec 3° en Taureau + 27 ° Gémeaux : Les 3° en Taureau vont permettre d’ancrer dans nos actes quotidiens le détachement auquel nous invite le Noeud Nord en Gémeaux. Donc, j’ai le mental au taquet ? Quelle action concrète je peux faire pour le détendre ? Je veux que la réalité aille dans telle direction ? Ok, alors je déroule l’imaginaire jusqu’au bout, je teste la faisabilité de ce que je projette pour pouvoir m’en détacher et agir au quotidien.

Ces signaux faibles sont essentiels, ils nous donnent la trame cachée derrière le dessin grossier, les subtilités qui permettent de changer le fond des choses, pas que la surface. En captant les signaux faibles, on peut gagner en rapidité. C’est comme coller son oreille sur le rail pour prévoir l’arrivée du train plutôt que de se le prendre dans la tronche.

Mais le principe de ces signaux, c’est qu’ils sont faibles. Si on ne baisse pas le volume de notre dialogue intérieur, si on ne se désintéresse pas de cette putain d’histoire qu’on se raconte depuis qu’on a 5 ans, on ne peut ni ne veut les entendre. On va simplement continuer à tordre le monde pour qu’il colle à notre histoire, on va continuer à être manipulé par notre auto-contemplation, plutôt que d’amener une Intention claire et consciente dans chaque pan de notre vie.

Conjonction Saturne Jupiter à 0° Verseau : Une nouvelle ère approche

Le 21 décembre, Saturne et Jupiter seront en conjonction parfaite à 0° du Verseau. Pour beaucoup d’astrologues, c’est un changement d’ère, un tournant marquant dans l’énergie qui porte le monde. Les conjonctions Saturne/Jupiter ont lieu environ tous les 20 ans (en gros, à chaque génération) mais là, en plus, il y a un changement de signe.

  • Saturne c’est la structure, la ténacité, l’endurance. Mais c’est aussi la répression, l’autorité, le conservatisme, le respect des traditions, le refus du changement, le contrôle, la rigidité et la dureté.
  • Jupiter, c’est le protecteur bienveillant, la foi et la confiance. Et c’est aussi le laisser-aller, la démesure, l’ego surdimensionné, l’entêtement, la velléité attentiste, le “tout m’est dû”.
  • Quant au Verseau, certes, c’est le génie et le visionnaire, mais c’est aussi le révolté, le “seul contre tous car vous êtes tous trop cons pour savoir ce qui est bon pour vous, et moi je sais ce qu’il vous faut”.
bd-comes-silence

Au vu de l’ambiance actuelle, la route est franchement glissante et le tournant risque d’être dur à négocier pour ne pas voler dans le décor.

La seule chose à faire, la seule chose qu’on puisse réellement transformer, c’est nous-même. Saturne et Jupiter en Verseau vont nous offrir l’occasion de concrétiser notre Intention au quotidien, de ré-évoluer dans nos vies de tous les jours.

Subir ou servir ?

Nous sommes à l’orée du solstice d’hiver, la nuit la plus longue, le maximum du Yin. Dans la tradition chamanique, nous sommes dans l’élément Air, c’est la période idéale pour se recentrer, accéder au vide. 

On peut choisir de se caler sur la partie faible de l’Air, et augmenter encore un peu plus le dialogue intérieur, solidifier le miroir de notre auto contemplation pour rassurer notre peur du vide.

Mais l’énergie est là pour, au contraire, débusquer cette incessante ritournelle et voir la trame de nos croyances et de notre conditionnement. Affrontons cette peur du vide, la seule chose qui peut disparaître, c’est la fable qu’on se raconte. Car c’est dans ce vide et ce silence qu’on accèdera à l’Intention. La nôtre, et celle du monde autour de nous.

Voulons-nous continuer à subir notre histoire personnelle ? Voulons-nous être les esclaves dociles de notre auto-contemplation ? Ou oserons-nous être au service de l’Esprit en nous ?

Le choix nous appartient. Bonne lunaison à toutes et tous.

Charlie et Sidonie

Une histoire de pouvoir ou comment plier la réalité

On va vous raconter la petite histoire de ce thème. Figurez-vous qu’il a joué à cache-cache avec nous. On n’arrivait pas à l’attraper, on trouvait juste des bribes mais pas la trame principale. On n’arrivait à écrire ni l’une ni l’autre. Ça nous a forcé à attendre, à ne pas presser pour extraire de force une ligne directrice. 

Et c’est là qu’on s’est rendu compte que notre logiciel astro nous avait squizzé plein d’aspects. On avait une carte incomplète, déformée, d’où l’impossibilité de trouver la trame de cette analyse. Car en supprimant cette grosse toile complexe d’aspects entremêlés et en n’en faisant apparaître que quelques-uns, on passait à côté de l’essentiel : le vide des 5 premières maisons, et les 3 petits degrés de fin de signe, au début de chaque Maison.

Captez ce qui s’est passé, comment le thème s’est d’abord caché, nous emmenant sur des fausses pistes, nous racontant une histoire qui n’était qu’un reflet de la réalité.

C’est un bel exemple de ce qu’on fait tous au quotidien : on tord la réalité pour la faire rentrer dans le cadre de notre définition. On met tout en place pour obtenir le résultat escompté qui validera notre magnifique névrose.

On a chacun nos schémas préférés mais ils se ressemblent tous. Pour la plupart des gens, il peut se résumer à ceci “le monde est contre moi”. Triste, non ?!

Observez-vous sans relâche

Observez votre dialogue intérieur, car c’est lui qui vous montrera de quelle manière vous tordez le monde. Démasquez ce qu’il vous susurre sans cesse à l’oreille, en vérité. Et voyez à quel point il hurle fort dans vos têtes, superposant à votre regard une vision erronée de la réalité mais qui valide votre auto-contemplation, c’est-à-dire la définition qu’on vous a appris de vous et du monde, et que vous avez fait vôtre.

Voyez comme la grosse claque que vous voulez mettre à votre voisin se transforme en une gentille caresse parce que vous ne pouvez pas sortir de l’histoire qui dit que vous êtes un “gentil garçon” ou une “gentille fille”. Voyez comme le “Je t’aime” se transforme en gros taquet dans la tronche parce que l’histoire que vous vous racontez n’a pas cette option dans son logiciel. Pour votre conditionnement aimer veut dire tout perdre ou se retrouver esclave, etc…

Ce ne sont que des exemples pour que vous puissiez connecter avec vos propres mécanismes. Pour pouvoir mener votre propre enquête sur la manière dont vous pliez la réalité pour la faire coller à votre névrose, afin de valider l’histoire que vous vous racontez.

Vu comme le thème s’est caché au départ, il y a de la résistance en ce moment à se voir, à débusquer nos mécanismes pour mettre à jour ce dialogue intérieur, cette histoire qu’on se raconte. C’est normal, nous sommes tellement persuadés que c’est la vérité !

(et puis on est un peu aidés à le croire mais ça, c’est une autre histoire)

Liens & infos complémentaires sur la Nouvelle Lune en Sagittaire

  1. En savoir plus sur le signe du SAGITTAIRE – les vidéos du père Castor
  2. A propos de la conjonction JUPITER / SATURNE à 0° Verseau du 21 Décembre > SUR ASTROTHEME
  3. Voir Saturne autrement, comment un sparring partner céleste par exemple

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Cet article a 3 commentaires

  1. Renaud
    Renaud

    COOL ! Au passage j’en profites pour faire une remarque sur les maisons 1 / 2 / 3 / 4 et la maison 5
    Les maisons de 1 à 4 c’est dans notre système les 4 maisons liés à la cuirasse. La cuirasse ne reçoit donc aucune influence, elle est donc vide et potentiellement remplissable par ce qu’on veut. Notre auto-contemplation ou la détermination du Pèlerin à nous de choisir
    La maison 5 c’est la première maison de l’incarné, le chakra racine … le berceau de toute vie organique. Lui aussi libre de tout influence.
    HEUREUSEMENT on va en profiter pour y installer encore plus de morale, et d’émotions externes. Le gros Hack va bien se gaver et Grézillo se marre !
    (oui la fin de mon commentaire est mystérieuse)

  2. Avatar
    Marie-Claire Dupré

    Merci, votre analyse du thème confirme ce que je viens de comprendre.
    Les blessures profondes qui sont le ferment de notre dialogue intérieur, et que nous ravivons régulièrement par notre interprétation des évènements du quotidien, nous empêchent de nous tourner vers l’extérieur. Nous passons notre temps centré sur nous même à nous juger, culpabiliser, pleurnicher.
    La vie nous propose des occasions magnifiques de voir notre distorsion, et à tous les coups on retombe dans le piège.
    J’ai enfin compris une des origines de cette distorsion, et c’est validé par plusieurs événements.
    Pourtant cette nuit j’étais au bord du vide, totalement paniquée, et puis j’ai plongé dedans, et je vais bien.
    Merci , Merci.
    Marie Claire

  3. Avatar
    olvfran

    Bravo les filles c’est du lourd! Pertinent, précis et inspirant 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle Lune en Sagittaire – Voir nos trames invisibles
Photo by Thomas Bishop on Unsplash
×
×

Panier