haha-agora-forums-la-passerelle

En tant que « visiteur » vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Forum autour de la spiritualité incarnable

Une fois votre inscription / connexion faite si vous avez toujours une phrase du type « il faut vous inscrire pour pouvoir …. blablabla n’hésitez pas à « rafraichir » la page.

Le jugement de valeur (BIEN / MAL & co) en plus d’être très peu constructif n’est pas forcément apprécié ici. Toute position moraliste sera châtié avec la plus grande fermeté sauf pour celles et ceux qui aiment ça.

On peut donner son avis sans pour autant juger… Il nous semble plus sain de dire « vas te faire foutre je suis pas d’accord » suivi d’un argumentaire au petits oignons qu’un « c’est maaaaaaal » ou pire « on ne peut pas dire / penser / faire ceci ou cela » d’après des lois morales conjoncturelles donc insuffisantes et impropres à la voie de la Liberté.

Nous sommes censés être entre gens de bonne compagnie et de bonnes intentions donc soyez clément sur les lacunes orthographiques de certaines. Rappelez vous que si la forme aide le fond elle n’est qu’une émergence de celui-ci. Les nuls en orthographes n’oubliez pas que la forme permet au fond d’être plus accessible même au psychopathes de la « grand-mère ». Faites des efforts.

Il est plaisant d’aérer et de valoriser vos propos via des couleurs, des espaces, du texte en gras, des « à la ligne » … Toujours dans la même idée qu’une forme plaisante aide un fond déconcertant à être mieux apprécié.

Notifications
Retirer tout

Le temps du pèlerin : le maîtriser ou accepter sa contrainteLe temps du Pèlerin, une notion de géographie & autres réflexions

2 Posts
2 Utilisateurs
0 Likes
80 Vu
Renaud
Posts: 215
Admin
Début du sujet
(@renaud13)
Reputable Member
Inscription: Il y a 4 ans
wpf-cross-image

Tic tac, tic tac, aujourd’hui je vais vous parler du temps dans la vie d’un Pèlerin. Le temps qui passe et nous ramène presque inlassablement dans les même situations jusqu’à ce qu’on comprenne, jusqu’à ce qu’on l’évite sans léviter. Le temps qu’il fait, celui qu’on se fait, le temps du mourons et du gris dans nos coeurs. En gros je vais digresser sans rien dégraisser sur la notion de temps. Chronos mon ami prend garde à toi car me voilà !

Blague à part je mets un bon morceau d’électro klezmer (MEZERG je vous recommande) et je laisse la transe scribouillarde s’emparer de moi. Aujourd’hui on va prendre le temps d’accepter le Temps, d’accepter la contrainte temporelle liée à notre incarnation dans ce continuum espace/temps, tout en essayant de trouver des outils pour nous affranchir du temps social, cette invention de l’humain moderne.

Table des matières

Répondre
Étiquettes du sujet
1 Réponse
Arnau
Posts: 60
(@lecureuildesboisgmail-com)
Trusted Member
Inscription: Il y a 3 ans

Comme disait un gars, ce n'est pas la longueur de ma vie qui m'intéresse, mais sa largeur !

Un autre a titré son bouquin "la Roue du Temps" !

Le Zen consisterait à réduire le temps entre l'intention et l'action.

Après avoir lu le concept d'assemblage que réalise la conscience pour percevoir, il y a 21 ans et qq vies en arrière, je n'ai jamais vécu aussi consciemment la fixité de mon point d'assemblage, l'effort et moultes tribulations qu'il faut pour le déloger, l'énergie qui se libère, et ce que signifie maintenant pour moi assembler un autre monde.

Le rapport avec le temps me direz-vous ? J'ai senti comment parcourir une ligne du temps pouvait mener à terme à une fixité de plus en plus rigide de mon pt d'assemblage, avec cette sensation que le "temps" se ferme devant moi, que je m'englue sur cette ligne, qu'il n'y a plus "d'à-venir" à la parcourir. Comme si les couloirs du temps s'étaient fermés devant moi ; comme si tout était devenu trop réel. Puis ce sentiment d'urgence, d'être pris dans la toile, que je m'assoupis doucement... Ce que coûte de s'arracher à la toile, pourquoi pas perdre ses ailes, l'énergie qui petit à petit réafflue, trancher, se rendre compte que la toile n'existait pas... Retournement ! et un autre monde s'assemble.

Tout à coup, les couloirs se réouvrent, le temps se redilate, l'intensité revient, ce qui était rigide devient fluide et les années réapparaissent devant soi. D'autres lignes apparaissent. Pourtant seul le pt d'assemblage s'est déplacé !

Répondre

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Sélectionner une ou plusieurs listes :
Rechercher sur ce site
×
×

Panier