En tant que “visiteur” vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

Nos forums sont tous modérés c’est donc normal que vos publications n’apparaissent pas instantanément.

Le jugement de valeur est plus que mal venu sur notre site et nos forums. D’ailleurs toute position morale sera châtié avec la plus grande fermeté. On peut donner son avis sans pour autant juger…

Lachez vous ! Vous utilisez un pseudo !

Soyez fou : exprimez vous !

Posez vos questions, exposez vos points de vues.

Notifications
Clear all

Le petit tyran, l'aide pour s'affranchir de sa complaisance.


HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 6
Admin
Topic starter
(@projetla)
Jeune padawan
Inscription: Il y a 3 ans

C'est assez complexe d'écrire en 2021 un article sur la notion de petit tyran et par voie de conséquence sur la complaisance. Première mise en garde, on ne va pas parler de la tyrannie mais de ce que, à travers mon expérience d'individu, j'ai compris et vécu de la notion du petit tyran tel que le conçoit Don Juan Matus dans les livres de Castaneda. Un article complexe car dans le monde occidental riche, blanc, chrétien, hétéronormé et physionormé de 2021 les tyrans n'ont certes pas disparu, loin de là, mais ils sont devenus très rares et très très commun tellement notre complaisance et le culte du JE est sur-dimensionné.

Seconde mise en garde le but n'est pas d'excuser ou de donner une justification à une malveillance ou un comportement destructeur. D'ailleurs je ne vais pas m'occuper des petits tyrans mais plus de l'impact de leurs actions sur notre complaisance et notre suffisance. En somme comment changer mon regard sur ceux / ce qui m'ont "offensé" et les utiliser pour intégrer plus de facette de mon énergie et comment les souffrances vécus sont devenu au final le cadeau le plus réel de ma vie. Au passage je ne vais pas non plus m'occuper des victimes de leurs actes. Le terme de victime n'est valable que dans le monde des gens ordinaires. Dans mon monde il n'y a que ce qui est, un monde ou chasseurs et proies inversent et alternent en permanence leur place.

Au final si vous vous limitez à lire cet article dans le sens ordinaire ou si votre cuirasse et vos croyances dans la réussite ou l'échec, le vice & la vertu ou le bien versus le mal, sont encore trop prégnantes je vous conseille largement d'aller voir des photos de chatons sur facebook.

Mais d'ailleurs le petit tyran est il mauvais ?

"il ne fait pas le mal par le seul plaisir de le faire ; mais le mal ne lui coûte rien, toutes les fois qu'il le croit utile à l'accroissement de sa grandeur"

Fénelon (religieux & écrivain du XVII éme)

Le petit tyran, un summun du narcissisme ?

C'est ce que laisse entendre Fénelon en tout cas. Alors bien sur c'était un religieux, donc on retrouve dans sa formulation la notion de bien et de mal mais, même lui, nous encourage à ne pas considérer le tyran comme mauvais. Il retrouve le sens antique du mot c'est à dire celui qui s'empare d'un pouvoir qui ne lui appartient pas grâce à son autorité ou par la force. L'autorité du tyran est absolue, libre à lui de l'exercer avec bienveillance ou pas, de commettre des atrocités ou pas (les grecs se nommaient eux-même tyrans).

Maintenant, comme l'a fait avec brio Don Juan Matus dans "le feu du dedans", il est très important de distinguer les tyrans et de les ranger en classe et niveau d'intensité. En effet entre le Tyran de grande classe jusqu'au microscopique ridicule petite chiure de tyran il y a un monde de permissivité qu'il n'est pas donné à tous de franchir.

J'ai eu la chance de voir que je subissait les volontés d'un tyran, de trois petits tyrans et d'un nombre phénoménales de minuscules petits tyrans et je trouve la phrase de Fénelon très juste "il ne fait pas le mal par le seul plaisir de le faire ; mais le mal ne lui coûte rien, toutes les fois qu'il le croit utile à l'accroissement de sa grandeur". C'est important si on veut se dégager de notre auto-contemplation et profiter du cadeau fabuleux que nous offre, malgré lui, le petit tyran de ne pas oublier cette phrase.

Le petit tyran ne pense qu'à lui il n'a donc rien, strictement rien contre vous spécifiquement. Il est le chasseur, vous êtes la proie, mais il n'a rien contre vous hors mis le fait qu'il veut vous chasser pour nourrir son ego et rassurer ses peurs.

HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle

Le petit tyran, les 3 grandes familles.

Le tyran de grande classe

C'est LE TYRAN, le consquistador, ou plus proche de nous le tyran à la Fassbinder ou version Misery. C'est celui/celle qui à un pouvoir complet sur votre destinée et qui va en user et en abuser pour vous torturer en faisant durée le supplice mais n'ayant qu'une seule intention votre annihilation.

Le but est de régner totalement pour se protéger de leur peur de la souffrance en satisfaisant tout leurs désirs. On peut retrouver un très joli portrait dans les oeuvres de Sade avec la figure du marquis lui même.

Soyons clair en occident depuis la seconde guerre mondiale et les SS Totenkopf, exception faite de quelques rares individus (dont ceux ayant vécu les génocides d'Europe de l'Est) nous ne rencontrerons vraisemblablement jamais dans nos vies des tyrans de cet acabit (et perso j'aime autant). Même s'il existe des crimes odieux, des boucheries sans nom, c'est plus de la cruauté que de la tyrannie. Le tyran a un but, une intention, et c'est ni plus ni moins qu'anéantir votre JE depuis l'âme jusqu'à sa présence physique.

Le petit tyran proprement dit

Lui, par contre reste assez fréquent. C'est le.a petit chef despotique, le pervers.e narcissique (pas au sens clinique). C'est votre parent, enfant, partenaire, qui va te plier, te menacer, ruiner les espoirs, rêves et attentes que ton JE avais pour toi sur ta vie. Il peut passer par une violence verbale, physique mais aussi par la violence du sanglot, la violence de la culpabilité. La mort de l'autre pour ce petit tyran ne survient que par "échec" (désolé du terme) de sa tyrannie.

Le but est toujours de combler sa peur de la fin mais en il se "contente" de nous plier, nous manipuler, nous chosifier. C'est l'égocentrisme pathologique qui use et abuse de son pouvoir mais qui ne dépasse les bornes de la lois que par erreur ou échec.

Au passage c'est intéressant de savoir qu'il existe un courant du BDSM relativement développée (la formiphilie) et qui a pour but de se transformer VOLONTAIREMENT en meuble (si si). Le hic dans cette pratique comme dans le BDSM en général c'est justement le mot volontairement.

Le minuscule petit tyran

Le minuscule petit tyran c'est la race de petit tyran la plus commune. On va pas dire que c'est tout le monde m'enfin...C'est ton/ta chef de rayon, ton/ta DRH, le gourou-thérapeute-psychotruc-prof manipulateur, c'est l'enfant "roitelet", le parent abuseur ou le vieillard dominateur. Ils ont plus un ascendant sur nous qu'un réel pouvoir. C'est notre "peur de ..." qui leur permet d'exister et d'avoir du contrôle sur nos vies.

C'est clairement leur "peur de..." qui écrase notre propre "peur de...". Leur but n'est même pas de nous faire souffrir mais juste de, eux, ne pas souffrir en se rassurant à travers une illusion de domination et de contrôle. En général ils sont complétement soumis à un tyran plus costaud que eux mais ils ne vont pas te le montrer, il faudra le trouver.

Si vous avez des questions, des remarques, des passages ou vous voulez plus de détail : n'hésitez pas ! Si je veux tout détailler je doit faire 10 articles et j'ai carrément la flemme !

Partagez cet article.

Articles sur ce thème

Je, tu, il, nous... les microscopiques résidu de petit tyran du quotidien

C'est la famille la plus nombreuse, la plus aberrante aussi. Elle est directement issue de la sur valorisation du JE de notre culture romaine et de notre époque. C'est tous les esclaves volontaires du quotidien, ceux sur qui repose les trois autres familles. Les victimes / bourreaux qui sont "les gens de la terrasse".

Ils sont les acteurs-soumis de la prison sociétale dont il ne cherche même plus à s'extirper. Au contraire ils oeuvrent H24 à la maintenir avec une maximisation du rapport effort/réconfort. Et peu importe si leur basket et leur iphone est fait sur la tête des plus pauvres qu'eux.

Ces microscopiques résidu de petit tyran que nous sommes commettons des meurtres invisibles quotidiennement à travers notre style de vie, nos excès normalisés, la sur valorisation du JE et la sollicitation nerveuse et émotionnelle permanente via des préoccupations fantasques. Les réseaux sociaux n'en sont que le furoncle mais représente bien ce JE, une personne non "individuisé" *, qui sait mieux que quiconque et qui a LA vérité et utilise les autres JE pour justifier ou infirmer sa vérité en écrasant les JE adverse.

* L'individuation selon Jung, la création d'un individu en accord avec toute les partie de lui même

Dans notre monde "riche" tout obstacle, personne, objet ou même concept, s'opposant à la volonté de notre JE est perçu ou vécu comme un tyran. Nous sommes tous des Mr Jourdain de la tyrannie, notre JE débordant, exigeant, suffisant et peureux fait de nous tous des parfaits petits tyrans qui s'ignorent. Des petits tyrans qui se tyrannise eux-même par leur propre perception de ce que "les autres vont en penser".

Ca se manifeste notamment par le refus de toute autorité et notre illusion/désir de tout contrôler dans nos vies. Summum du délire actuel cette tyrannie qu'on s'impose va jusqu'à choisir les rides qu'on aura ou pas, le génome de notre progéniture en passant par la manière de vieillir de nos parents, le salaire qu'on exige, le nombre d'heures qu'on accepte de faire, les conditions de travail, les vacances et les pathologies qu'il est acceptable d'avoir sous peine de doliprane magique pour faire tenir cette carcasse esclave qu'il y a peu on appelait encore notre corps.

Le microscopique résidu de petit tyran de tous les jours

En somme le microscopique résidu de petit tyran en nous s'exprime chaque fois que notre besoin de controle et de définition sur un pouvoir qu'on ne possède pas; non on ne possède pas notre vie, c'est elle qui nous possède; chaque fois donc que ce besoin de sécurité et de contrôle absolue s'exerce pour assujettir, chosifier les autres, nous même et d'une manière générale chaque fois qu'on plie le monde à notre sacro-saint JE VEUX

... quand "on" taille les arbres parce qu'ils nous gênent (on se pose pas la question inverse), quand "on" bute les cigales qui chantent trop tôt, les moustiques qui piquent trop fort, les ronces qui gênent la vue, la maladie qui gène mon week-end, les grévistes qui gênent mes affaires, les pédé qui gênent ma vision du monde...

De mémoire c'est dans "le feu du dedans" que Don Juan Matus explique et détaille la notion de petit tyran. En gros il explique ce celui ou celle qui n'a pas trouvé et accepté le cadeau d'un petit tyran pour l'aider à maitriser sa suffisance voit son ego se gonfler comme un crapaud et prendre toute la place dans sa vie. Cette "infatuosité" de son JE non régulé le transforme lui même en petit tyran. Je vous encourage à (re)lire ce passage et surtout à l'intégrer dans vos vies.

Ce petit tyran qui nous aide

Voilà pour la mise en contexte et l'explicitation du terme générique de "petit tyran". Maintenant récapitulons. Quelque soit sa catégorie, un petit tyran doit avoir un contrôle, un pouvoir sur nos vies. Depuis le droit de vie et de mort d'un tortionnaire ou d'un parent sur son nouveau né (et oui l'oublions pas) jusqu'à notre égocentrisme sur vitaminé de petit riche cajolé par la vie simplement par le fait d'habiter en France en 2021.

Le petit tyran doit avoir du pouvoir et s'en servir en allant à l'encontre du propre tyran qu'est notre auto contemplation et la prédominance de La Peur dans nos vies. Un petit tyran est sans pitié à notre encontre. Il ne peut pas avoir de pitié envers nous puisque notre JE n'existe pas, ou, au mieux, il y est indifférent. Le petit tyran n'est ni bon ni mauvais mais simplement plus puissant et plus peureux que nous. C'est cette peur qui le rend redoutable et lui donne la force de sortir de la médiocrité du commun et de devenir ce qu'on attend de lui : une force implacable qui s'abat sur notre suffisance.

A ce sujet un bon "chef", un bon "nagual" ou coach ce doit d'être un petit tyran. Il n'est pas là pour vous faire plaisir, au contraire, il est la pour vous pousser à bout. Donc votre JE pourri, gaté ne va pas l'aimer et c'est ça qui est bon !

Si on se cantonne à vouloir une vie longue, paisible, confortable, sans excès et sans douleur physique, émotionnelle, mentale ou spirituelle il faut à tout prix écraser, interdire, punir tous les comportement tyranniques depuis le plus petit jusqu'aux plus flagrants. Rappelez vous de ça quand vous mangerez un poulet, taillerez un arbre, imposerai à votre enfant d'aller se faire punir à l'école ou quand vous prendrez un doliprane pour aller bosser ou mettrez mémé à l'hospice.

Par contre si vous voulez dépasser les limites de votre JE, devenir un ad-ulte au lieu de vous cantonner à une personne alors la rencontre avec la folie d'un petit tyran digne de ce nom devient réellement une chance. Une chance désagréable pour votre ego mais une chance pour l'Humain neutre et ouvert en vous.

Pour ce qui est de choisir un petit tyran, en général la Vie elle même se charge du boulot. Les maladies, les accidents, les handicaps sont des petits tyrans formidables qui nous choisissent et qu'on ne peut que subir même si on croit le contraire.

Mais le fait de trouver un petit tyran ne suffit pas faut il encore le subir et tenir bon jusqu'à ce que le JE du soumis cède vraiment. Une fois cette construction aberrante démonté et trié alors on pourra reconstruire, avec les mêmes pierres, un édifice qui tient stable, fiable et qui pourra encaisser le choc de l'Abstrait et la création du TROIS en nous.

despote-petit-tyran-maitre-esclave

JE veux trouver un petit tyran

Attention, roulement de tambour, je vais citer à la louche Krishnamurti, c'est rare, profitez-en "la lutte contre l'égo devient une quête de l'ego". Et on aboutit aux "vertueux", à ceux qui savent, à l'ego spiritualiste qui est juste devenu un super petit caporal avec lui même, il a tellement bien appris à se tyranniser lui même qu'il peut faire croire aux autres que lui il a compris, lui il est sage.

En général c'est les pires des tortionnaires, ceux qui t'écrasent de leur "bonté" et de leur lumière intérieure branché sur du 220v avec 3600 led de qualité chinoise.

Plus haut je parlais du BDSM et des jeux de soumission/domination volontaire, c'est bien le hic. Mis à part quelques rares cas quand on choisit un petit tyran, en général on fait preuve d'énormément de complaisance inconsciente. On choisit toujours ce/celui qui va le moins nous déplaire et faire le moins mal à notre suffisance. Ca sera pas forcément agréable mais ça le sera moins que l'autre option.

J'ai en mémoire quelqu'un qui se créait des "soucis" sur sa sexualité et qui a du choisir entre 9 semaines de sexe quotidien obligatoire ou 9 semaines de ceinture de chasteté (une vrai avec la clé et tout) et qui a choisi les 9 semaines de sexe parce que 9 semaines de chasteté (elle avait un partenaire à l'époque) l'obligeait à s'exposer et à refuser. Ce qui, pour elle, était bien pire que subir et être "normale" aux yeux d'un mec.

L'Aigle subviendra à tes besoins

En gros, la vie vous propose des défis, accepter la vie avec un petit tyran est un défi, le seul choix véritable que nous ayons sera de l'accepter TOTALEMENT ou de faire semblant, le truc qu'adore faire l'ego spiritualiste, en disant oui tant que c'est pas trop inconfortable, ou, troisième option de totalement le refuser/succomber (oui c'est pareil).

D'expérience on ne s’aperçoit qu'on est en présence du bon petit tyran qu'une fois qu'il est trop tard. D'un coup notre ego est acculé dans ses derniers retranchement et là il se rebiffe et s'oppose (fuite et/ou combat) – soit il tente la négociation, il essaye de manipuler le manipulateur (l'ego spiritualiste) – soit il cède et accepte l’inacceptable pour le JE à savoir sans mourir, accepter totalement les injonctions du petit tyran et trouver au fond de sa prison la Liberté et la force pour se soumettre au maitre sans pour autant disparaitre.

Il va s'en suivre un renversement total de nos valeurs et l'affranchissement de notre perception diminué du monde. Le champs des possibles englobe TOUT/TOUS bien au delà de ce qu'on s'autorise ou de ce qui est "con-venable". C'est la voie du pèlerin et elle est antinomique avec toute volonté d'être "normal" et d'appartenance, c'est bien pour ça qu'elle exige des petits tyrans digne de ce nom et de leur succomber avec détachement !

C'est dans ce détachement qu'est la clé. ATTENTION je dis bien détachement, surtout pas la fuite du JE dans un recoin et qui va attendre sa revanche sur "le maitre" ou sur un esclave plus petit que lui.

L'acceptation pleine et entière du petit tyran comme son maitre absolue tant que c'est nécessaire va déclencher en nous la véritable transmutation. Au lieu de nous opposer à la vie avec nos petits egos zumains nous allons apprendre à trouver le plaisir, la liberté, la Joie dans les espaces disponibles.

Je vous conseille un podcast pour illustrer cette soumission totale au petit tyran que La Vie vous a permis de rencontrer. Attention c'est un roman érotique et c'est extrêmement intense autant dans la charge sexuelle que dans l'implication émotionnelle. Rassurez vous, seul les plus violent et endurant parmi nous auront à vivre ce genre d'expérience. Libre à vous de résister un max pour y avoir droit.


Stop ou encore ?

Le hic c'est de savoir quand arrêter. Je n'ai pas de recette miracle. Pour moi le déclic a été intérieur. Après une mise à distance intérieure de l'importance de mes petits tyrans d'un coup quelque chose a cassé et j'ai pu faire un pas de coté et m'extraire en un éclair. Les trois fois ou j'ai eu à le vivre je n'avais plus rien à gagner ni à perdre, j'étais libre, vraiment libre. Je pouvais donc simplement disparaitre.

Je crois qu'au final c'est ça la grande leçon des petits tyrans : nous apprendre à disparaitre vraiment. Répondre sans hésitation à la question "COMMENT S'APPELLE CETTE FILLE ?" - Arya Stark dans Game of Throne

On retrouve dans la notion de petit tyran le rituel de fin de l'apprentissage du jeune chaman qui existe dans beaucoup de culture et qui en gros se termine par l'humiliation, le bastonnage pur et simple de l'apprenti par les anciens. Si l'apprenti ne succombe pas à la colère ou à la mort il est alors un chaman. Les autres doivent poursuivre. Pour tous, la route est longue et doit se faire seul avec sa mort comme seul témoin et compagnon.

Ho'oponopono JE comprend, pardon, merci et surtout JE t'aime

En essayant de sortir du bordel new age de cette pratique vieille comme les aborigènes c'est une belle ligne de vie sur le chemin qu'il y a à faire avec les petits tyrans quel que soit leur niveau d'intensité. Il va être notre baton de pèlerin et notre jauge.

Pour que ca soit valable il faudra faire preuve de sincérité et d’honnêteté avec notre coeur. Accepter de ne pas être du tout vertueux, de pas y arriver du tout par moment et d'ouvrir grand le chakra du coeur – qui n'a rien à voir avec l'amour romantique ou spiritualiste qu'on s'invente – pour embrasser la totalité de l'existence et contempler le mystère au delà des limites de notre JE. Contempler le mystère du vivant et s'inclure dedans car nous, JE y compris, fait partie intégrante de ce mystère !

Le piège ici encore est de VOULOIR Ho'oponoponiser sans passer par la case apitoiement, colère, souffrance, revanche etc, etc... Si votre petit tyran est supérieur à la tyrannie de votre ego c'est facile sinon... on recommence depuis le début. C'est pas pour rien que je me suis frappé 3 petits tyrans digne de ce nom et un quatrième qui est un Tyran absolue. J'ai un ego de cathédrale (Lion ascendant Scorpion tu crois quoi) !

A oui c'est qui ce tyran absolue ? Ben la vie tiens. Comment ça ? Par le biais d'un handicap qui est mon garde chiourne (garde tempo et garde prison) depuis 42 ans maintenant. Jamais il ne faillit, jamais il ne lâche, jamais il ne plie et passe chaque minute à tirer sur ma longe.

J'aurais pu fuir et m'assoir dans un fauteuil roulant ou me faire opérer mais hélas pour mon JE le premier de mes petits tyrans s'appelle MA CHERE MERE pour qui un enfant handicapé était inconcevable aux yeux de son égocentrisme et de la vie révé qu'elle c'est fantasmé. C'était donc marche ou crève, j'ai marché

J'aurais pu lutter, me révolter. Ben vous croyez quoi ?! Je l'ai fait et de belle manière ! J'ai passé 30 ans de ma vie à me battre vraiment contre le monde, son injustice, contre la stupidité, les racismes du quotidien, l'exclusion, risquant ma vie, ma liberté physique et ma santé pour écraser cette incarnation carcérale. Mais le monde n'a pas changé et moi je me suis essoufflé

J'aurais pu négocier, j'ai essayé aussi... mais on ne négocie pas avecl a vie, on l'aime ou on la quitte (ouais elel fait partie du FN). J'ai essayé aussi, 13 fois pour être exact, manque de bol même quand tu fais 4 tonneau tu en réchappes sans rien mis à part 22 point de suture en forme de YOD...

J'ai donc simplement accepté ce que le TYRAN absolue qu'est l'Aigle a décidé pour moi. Je ne sais pas ce que c'est, des fois j'ai peur, souvent je m'abandonne à lui tremblant, la plus part du temps souriant. Je ne sais pas ce que dans 10 minutes sera, je m'en fout. J'ai accepté d'avoir perdu face à mon Maitre. JE comprend que JE n'y arriverai jamais, je demande pardon d'avoir autant résisté, d'avoir offensé l'Esprit en lui demandant des actes et en refusant de les voir. Je remercie platement mon maitre de me donner la chance de respirer, aimer, baiser, m’enivrer et suer dans ce paradis qu'est ICI et Maintenant. JE t'Aime puisque tu es la Totalité que JE ne pourra saisir qu'en musique et encore... JE AIME TYRAN

Renaud

Si vous avez des questions, des remarques, des passages ou vous voulez plus de détail : n'hésitez pas ! Si je veux tout détailler je doit faire 10 articles et j'ai carrément la flemme !

Répondre
3 Replies
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 22
 Jane G
Anonyme
(@Jane G)
Inscription: Il y a 7 ans

Merci pour ce décorticage des différents tyrans ! Je n'avais pas capté cette notion de se protéger de la peur de la fin comme but des tyrans. Et je sens que je ne comprends pas totalement, tu pourrais le dire avec d'autres mots ?

Je trouve excellent que tu aies écrit cet article sir les tyrans au moment de la Vierge. Traditionnellement on dit que c'est la Maison 6, Maison de la Vierge, c'est la Maison des serviteurs. Je pense que le choix ultime de la Vierge c'est accepter pleinement l'incarnation (signe de Terre). Tant qu'on n'accepte pas la totalité de notre incarnation on se bat contre la vie. Le moment où on l'accepte, où "je aime tyran", on se met au service de la vie.

Encore merci msieur Renaud

Répondre
Laurent
Posts: 14
Auteur
(@laurent)
Jeune padawan
Inscription: Il y a 3 ans

Merci, je trouve l'article stimulant. Il résonne avec d'autres expériences et lectures que j'ai eu et qui disent sensiblement la même chose : on peut avoir une vie tranquille sans jamais être mis à l'épreuve mais on ressemble de plus en plus à un ficus qui orne le salon. J'en connais qui accepte l'idée des tyrans mais à dose homeo, faut quand même avoir des vacances ! Curieux parce que ces personnes adhèrent à l'enseignement de quelqu'un qui dit à un moment : j'ai eu 10 jours de tranquillité dans ma vie, j'ai supplié pour avoir des épreuves!

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 109
Admin
(@renaud13)
Vénérable maître
Inscription: Il y a 3 ans

J'avais pas du tout capté la maison 6 celle des serviteurs ! EXCELLENT ! Si vous avez l'occasion d'ailleurs je vous conseille de discuter avec un maitre ( avec des gens ou un maitre dans le bdsm) qui croit vraiment en son pouvoir, c'est très rigolo de lui montrer qu'en fait celui qui a le pouvoir très souvent c'est son esclave / soumis / gens de maison
Alors comment le dire avec d'autres mots ...
Pose toi juste la question de qu'est ce qui motive un être vivant à vouloir en assujettir un autre ?
Le besoin d'argent ? oui mais pourquoi
Le besoin de contrôle ? Oui mais pourquoi
Le besoin de faire souffrir ? Oui mais la on est plus dans de la tyrannie au sens de Fénelon mais dans de la cruauté
Le besoin d'affirmer une vérité ? Oui mais pourquoi
Chaque fois, si tu creuses un peu tu arrives sur le doute, la peur et le besoin de se rassurer face au sentiment de sa propre nullité et à tous ses impossibles
C'est mieux dit comme ça ?
Lolo... voilà comme tu balances ! Mr Fifi serait fier de toi 😂😘

Répondre

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

×
×

Panier