Temps de lecture : 3 min

La Gentillesse, on se croit gentil, on veut être de « bonnes gens », la plus part du temps on ne fait que camoufler notre médiocrité derrière du fard en attendant que la bête puisse se déchainer. Mais aujourd’hui pas de grande leçon théorique, pas d’explication plus ou moins tortueuse, juste un témoignage, celui d’un cadeau qu’on m’a fait et que pour une fois j’ai su accepter, non sans mal, mais j’ai su l’accepter. Un cadeau tout simple, tellement simple qu’il n’en est que plus rare et plus précieux …

Je mapel silence é je sui Gentil !

Certains se mettront à rire : « Lol larune un mec super virulent parlant de la gentillesse laissez moi rire ma chère, un gars qui écoute encore les béru à 40 piges et engueule ses patients pour les booster, je me gausse, un gars qui n’arrive pas à sortir de sa propre auto-destruction et qui va m’expliquer à môa ce qu’est la gentillesse … »

C’est vrai que dans les apparences je ne suis pas le mieux placé pour parler de la gentillesse. Un de mes outils thérapeutiques est effectivement de faire rugir mes patients pour leur faire sortir leur instinct de vie. Il y en a qui ont théorisé ca sous le label Thérapie Agressive, c’est vrai en plus.

Accepter Le cadeau de la gentillesse

Même si je suis convaincu que parfois une tarte dans la figure solutionne plus radicalement un souci que des heures de discussions stériles. Je sais aussi que la délicatesse peut avoir du bon dans un monde super agressif.

Tout est une question de dosage. Entre le pousseur obtus et le bisounours complaisant il y a un monde et celui ci s’appelle LA VIE.

Et pourtant voilà quelque temps un « ange » a posé ses mains sur mes épaules et m’a juste dit

« je t’aime, tout va bien, tu n’as commis aucun péché, je t’aime ».

Entendez vous cette phrase au plus profond de vous ? Répétez là ! Encore ! Encore ! Jusqu’à ce que tout craque devant la douceur de cette phrase.

Entendez là non pas dite par quelqu’un de chair et d’os mais par une Ame qui n’est pas la vôtre.

Entendez cette voie qui vient de partout en vous. Cette voix qui vous a toujours accompagné et que vous n’avez jamais voulu entendre.

Vous êtes las, pleurant toutes les larmes de votre corps, en sang, en eau et en fureur face à un sentiment d’isolement terrible. Vous la.le croyiez muet, indifférent.e à votre vie… Vous avez pris votre surdité pour du silence de sa part et pourtant. Un silence, notre surdité nécessaire peut être, mais peut être seulement …

Ce cadeau ne change rien et pourtant il change tout.

Il n’y a plus la sensation d’être séparé, votre corps, vos résistances sont exacerbés, tout dans votre ancien vous résiste et lutte et pourtant au fond de vous ce sentiment demeure, vous ne risquez plus rien, il n’y a plus de peur, il n’y a plus de mots (maux) non plus pour décrire ce sentiment.

Ce n’est pas la plénitude, ce n’est pas l’extase c’est juste la Paix.

Juste la fin d’un combat, d’une lutte acharnée à l’intérieur de nous même qui était là depuis presque toujours.

Et pourtant je continue à râler et pourtant je continue à pleurer, à avoir mal au dos, à moucher, pourtant je continue à avoir faim et à ne pas vouloir bosser quand je suis au soleil tranquille (bon en ce moment il se fait rare).

Rien n’a changé dans la forme, et pourtant dans cette même forme je sais maintenant que plus personne sur cette terre ne peut me faire quoi que ce soit que je ne veuille pas.

Etre gentil, finir de lutter

Fin de la peur, fin de la guerre, fin de l’asservissement, fin de la servitude. FIN !

Pour moi c’est la BD SILENCE de Comes qui résume le mieux cette profonde gentilesse. Comme souvent, l’art du trait, l’évocation poétique d’un trait d’encre raconte bien mieux que mille mots couché sur un écran.

Si vous aussi vous voulez pleurer devant notre bêtise abjecte. Hurler face à l’ignominie et la crasse émotionnelle que nous trimballons sous notre soulier. Celle qui nous fais prendre, arracher, tuer, et meurtrir ce qu’il y a de plus pur en nous je vous conseille de lire, relire SILENCE mais aussi l’Arbre Coeur, Eva et La Belette.

Renaud

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans. J'anime des conférences / rencontres en essayant d'amener chaque fois un autre regard, une autre manière d'être et de vivre le monde qui nous entoure. Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l'harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.

Cet article a 2 commentaires

    1. Lol , je suis née avec la gentillesse , née avec l’espoir d’un monde meilleur , je sais tout ce qui a pu se dire sur moi , ma naïveté , ma bêtise , ma fausseté peut être ; pourtant non je pardonne à tous ceux qui m’ont fait du mal , j’oublie et je recommence tous les jours à dire un bon mot à celui ou celle qui en a besoin , un sourire , un morceau de pain , une pièce , un peu de moi que je distribue en anonyme , bien sur j’ai compris qu’il fallait aussi que je m’occupe de moi même , de mes propres failles . Mais la gentillesse n’est pas une tare , c’est de l’amour défini pour un amour infini .
      Fin

Laisser un commentaire

trois × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier