• Post last modified:27 avril 2020
  • Post comments:2 commentaires
  • Post author:

Discussion “au coin du Feu” abordant LA TRANSE CHAMANIQUE et le rôle du cercle de tambours ainsi que les pièges liés aux notions de pouvoir et de puissance dans le cadre du travail sur les énergies subtiles. Pour le premier épisode de ce nouveau type d’article nous effleurons aussi des thèmes qui nous sont chers comme LE POINT D’ASSEMBLAGE issue de la tradition de Don Juan Matus transmise par Castaneda.

Les articles “AU COIN DU FEU” sont des discussions qui ont eu lieu pendant nos cercles de travail mensuel pendant les moments de “pause”. L’ambiance est légère, conviviale, les langues se délient et les cerveaux s’ouvrent à d’autres formes de pensées que celles qui nous conditionnent jour après jour. Chaque fois nous aborderons des thèmes majeurs du travail chamanique et des voies de conscience méta-newtonienne ou des courants de l’antique Sagesse.

Cet article n’a pas encore, sic, subi la normalisation orthographique. Mille pardon aux grammairiens sensibles

La transe chamanique & le cercle de tambours

Sans rentrer dans le détail résumons la TRANSE CHAMANIQUE comme étant la capacité non-mentale et non-personnelle, de suivre une impulsion extérieure, une pulsation, pour découvrir des zones non-connues (inconnues) par notre champ de conscience.

On pourrait croire que la transe chamanique est une forme de laissé-aller alors que dans les fait c’est tout à fait autre chose. L’ABANDON demande énormément de présence pour, justement, ne pas devenir du laisser aller et de pas devenir une fuite.

C’est le rôle majeur du MC et du cercle de tambours. Le cercle de tambours va à la fois donner la structure, le socle, pour permettre à l’opérateur de commencer le voyage via la transe.

Puis l’action du cercle tambour et des autres officiants va devenir celle de porter les pas du Pèlerin. La pulsation des tambours / chanteurs / danseurs va elle aussi suivre le chemin dessiné par le duo TRANSE / PELERIN et va encourager ce dernier à faire chaque pas suivant vers la fin du chemin de TRANSE.

Pendant toute la durée du voyage chamanique le cercle de tambours et tous les officiants de ce moment sont aussi là pour protéger et veiller sur le Pèlerin.

Les tambours sont aussi la pour veiller sur le Pèlerin pour ne pas qu’il succombe à la peur mais aussi pour le maintenir dans le cadre de l’Inconnu et qu’il ne brûle pas les ailes de sa Conscience et son énergie vitale en sombrant dans l’Inconnaissable ou dans des zones qui pour lui ne sont pas utiles.

Que devient l’énergie redéployée ?

L’énergie redéployée par la transe chamanique, ou une autre forme de travail énergétique, est, notamment, utilisé par la personne qui a vécu la transe (l’opérateur), pour réagencer ses structures énergétiques internes. Si ce n’est pas la conscience qui utilise ce redéploiement d’énergies qui étaient jusqu’alors cristallisé c’est une autre facette de JE qui va le faire. Nous nommerons, pour l’instant, cette autre facette : LA CUIRASSE.

Derrière, les pièges classiques liées à la peur, prennent le commandement de la cuirasse. Elle, la cuirasse, va se gaver et se délecter d’une illusion de puissance et va rapidement croire que Le Pouvoir qui lui est confié et devenu “son pouvoir”, son bien personnel.

De fait le moindre germe de cette croyance place l’Humain et en particulier le “chaman” au dessus de la Nature, au dessus de l’Aigle / Esprit / Dieu / Cacahuète. L’égo spiritualiste se met en place et si la personne par malchance a des “adeptes” dociles qui le flattent pour récupérer ses miettes de lumières / ombres ça va devenir très très difficile pour lui de faire volte face et de retrouver son chemin. Mais heureusement … la Mort veille au grain 😉

Quelques liens autour de ce sujet

N’oubliez jamais que les musiques traditionnelles, dites folkloriques, sont les premières bases, les vestiges des transes anciennes. Écoutez les avec une autre oreille. Laissez vous embarquer par une gigue, un bagadoù , une gavotte ou un rondo.

Lire aussi :   Les liens d'attachements, j'aime croire que je suis

La gazette d'ici même*

Abonnez-vous à notre billet d'information

Cet article a 2 commentaires

  1. Avatar
    Elodie

    Merci pour ce partage et pour ces bouts d’informations. Vos propos sur les gourou et les chamans de pacotilles m’ont bien fait rire et ils sont loin d’être erronées, j’en ai fait l’expérience.
    Elodie

  2. Avatar
    Gérôme G

    Merci beaucoup pour ces clés précieuses. Je crois avoir compris pourquoi malgré plein de stages et d’actes forts je restais coincé dans une partie de moi-même que je n’aimais pas.

    L’énergie redéployée par la transe chamanique, ou une autre forme de travail énergétique, est, notamment, utilisé par la personne qui a vécu la transe (l’opérateur), pour réagencer ses structures énergétiques internes. Si ce n’est pas la conscience qui utilise ce redéploiement d’énergies qui étaient jusqu’alors cristallisé c’est une autre facette de JE qui va le faire. 

    Si je vous comprend bien tant que je n’ai pas solutionné cet aspect au plus je gagne de l’énergie au plus je le nourri ? Mais du coup pour m’en débarrasser je suis obligé de passer par une psychothérapie ? Ou est-ce que je peux trouver une autre solution ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Transe chamanique, cercle de tambours &  le piège du pouvoir
Photo by Nick Karvounis
×
×

Panier