• Post last modified:18 mars 2021
  • Post comments:5 commentaires
  • Post author:
  • Reading time:11 mins read

La vie des humains a créé la ligne droite pourtant la Nature ne serait ce qu’à travers le cycle des saisons et le recyclage naturel qu’elle fait de tout ce qu’elle engendre nous montre que la structure commune à quasiment tout le vivant est UN CERCLE et non pas la ligne droite, et encore moins les échelles de valeurs et pyramides qui en découlent et que nous avons mis en place pour, systématiquement déclarer un vainqueur et un vaincu, un “bien et un mal”.

Alors que nous n’envisageons le monde et le vivant qu’à travers le prisme super réducteur du plus fort vs le plus faible, du chef et de ses subalternes tous eux-mêmes petits chefs de petits subalternes et ainsi de suite. La Nature et les sages, les druides, chamans, moines Taoïstes débonnaires de l’ancien temps nous démontre que tout est une chaine, lié et relié sans aucune différence hiérarchique entre les différents points qui composent la chaine du vivant.

SI la structure du vivant était verticale, en échelle, comme on aime se la représenter (avec nous au dessus bien sur) le sommet de la pyramide ne serait pas affecté par la base… La période actuelle, à travers la crise climatique ou pour les plus égocentré le COVID, nous montre à quel point ce n’est pas le cas. Et que toucher, enlever, manquer de respect à un des maillons de la chaine engendre des conséquences hallucinantes sur tout le cercle.

Ce changement de structure, le passage de la ligne droite au cercle a commencé il y a quelques temps. Mais ce que je note, malgré les réticences de nos névroses individuelles et collectives, c’est que petit à petit le changement de structure qui au départ ne s’exprimait que dans la structure énergétique du monde commence à se manifester de plus en plus dans les structures plus matérielles de nos vies.

Notre vie personnelle bien sûr mais aussi au niveau social, sociétal, économique et dans les fondements même de la hiérarchisation des valeurs du monde humain. Nous vivons encore dans les restes de l’ancien monde, pour ne pas dire ses ruines, mais pour combien de temps ?

Changement de structure : l’ancienne ligne DROITE

Un monde en ligne droite avec une échelle de valeur verticale. Avant, dans le monde où nous avons grandi, appris, que nous croyons être la réalité, les valeurs étaient simples, simplistes en fait.

Il y avait le Bien en haut, le Mal en bas. Ce qui était bon pour nous en haut, ce qui était mauvais pour nous en bas, les buts à atteindre en haut de l’échelle, les fautes à éviter tout en bas de l’échelle. Les métiers qu’il fallait faire en haut, les métiers pour les parias en bas, les relations affectives bienfaisantes, les relations affectives malfaisantes … vous voyez l’idée générale.

Le Bien vs le Mal. De là découlait toute une vision du monde et de la vie, toute une structure de jugement qui se plaquait sur notre perception et induisait notre relation au monde.

L’illusion de notre place, de notre valeur puisque illusion du monde.

Bien sûr sur cette échelle et cette représentation du monde l’Homme était au sommet de cette échelle et la nature en bas de l’échelle. Dans sa propre lignée l’Humain fait d’ailleurs la même chose l’homme blanc est au dessus de tout et la la femme noire handicapée pute en dessous de tout peut-être même en dessous de son clébard. La logique globale sur cette représentation du monde avec une échelle de valeur est très bien résumé dans un texte de loi qu’il dit “divine” :

“croissez et multipliez vous, remplissez la terre et assujettissez la …”

Gen. 1, 28.

Partant de ce point de vue et si en plus les “maîtres” de l’époque (l’autorité, les puissants, ceux qui savent…) vous disent que ça vient de la bouche de dieu … rien d’étonnant à ce que notre relation au monde soit devenue ce qu’elle est, pour le moins bizarre.

Comme je vous le disais cette vision du monde allait même très loin puisque jusqu’à il y a peu de temps le mâle était en haut de l’échelle, la femelle en bas de l’échelle (pour rappel l’église de Rome a longtemps considéré le féminin comme l’incarnation du malin et n’avait pas plus d’âme qu’un cheval ou une vache … le droit de vote des femmes … le droit à disposer de votre corps …) je vous parle même pas de l’homosexualité qui est encore un délit dans certains états des USA et dans bien d’autres pays du monde …

Changement de structure : Émergence du CERCLE

Un monde courbe, une ligne droite qui se boucle, un cercle. Sur cette nouvelle structure qui pointe le bout de son nez, parfois très discrètement, il n’y a plus de haut et de bas, plus de notion de bien et de mal, de malédiction, bénédiction.

le-cercle-rouge-film-polar

Tout est en mouvement permanent, la bénédiction du jeudi peut être la malédiction du mardi.

Chacun des éléments du cercle étant équidistant du centre, de la source, l’un n’est pas plus important que l’autre. Si un des points du cercle disparaît, le cercle est rompu pour un temps, pour un temps seulement, la dynamique du cercle va soit le remplacer, soit se resserrer.

Le Maire d’une ville n’est donc pas mieux ou moins bien que l’éboueur, le clochard comme l’ingénieur ont accès à une partie de la réalité, l’une n’étant pas mieux que l’autre. Le parent enseigne autant que l’enfant, le vieillard peut nourrir la jeunesse et inversement. Seul notre attachement à la structure verticale et l’apitoiement qui en découle fait encore une différence, plaignant une vie alors qu’elle en envie une autre.

La vie perçue d’après la structure du CERCLE est une Chimère ? Pas vraiment regardez autour de vous : L’économie circulaire par exemple mais aussi les réseaux de proximité, les circuits courts, les re découvertes des agronomes (et oui vous savez on aide les coccinelles à vivre elles nous aident à manger les pucerons qui eux mangent les moisissures …), les maisons solidaires où vieux sages et jeunes chiens se rencontrent et échangent leur vision du monde et leurs capacités.

Alors oui ça reste marginal. Mais même l’univers à commencer en étant marginal ! Mais jour après jour le mouvement s’étale, je le vois dans ma vie de tous les jours de manière très simple, il y a encore quelques années un handicap physique générait soit de la pitié, soit de la distance curieuse, de plus en plus il ne génère plus rien à part “vous avez besoin d’aide pour porter vos courses ?” Un changement est déjà fait dans le coeur des hommes, cette “crise” si on sort de l’apitoiement peut être un des plus beaux outils pour sortir de notre illusion de toute puissance. Les humains sont en train de re découvrir le principe d’incertitude, de re découvrir leur mortalité.

Bien sur il y aura des crises, des aller-retours. A l’intérieur de nous tous le combat fait rage. Nous aimerions mais nous n’osons pas encore acter ce changement. Nous n’osons pas encore simplement EXISTER, donner sans rien attendre, faire pour faire sans espérer un retour sur investissement.

Mais à travers la parole des femmes et des minorités qui se libèrent, à travers la nudité qui ose s’afficher aux yeux de tous, sans parler du mouvement des polyamoureux qui sans rien dire gagne de plus en plus de coeur et de cul, remplaçant la vie de couple avec un.e unique détentrice/teur du saint Graal de notre joie par une multitude d’individus tous porteurs de leur message, désir, folie. A travers ces changements structurel de la société humaines des fondamentaux de la structure morale et patriarcale justification morale des lois de possessions bougent. Ca bouge tellement que ça dérange et crée de la résistance et même des lois.

Le CERCLE, la base de la vie : le changement permanent

Un monde sans règles fixes. La première règle c’est qu’il n’y a pas de règle. Vous voyez maintenant où est le souci pour notre mental, comment faire pour stabiliser, fixer et définir un monde en continuel mouvement ?

Comment faire des projets si demain n’existe pas ?

Car demain existe (dans notre conception classique) uniquement par notre projection d’énergie, d’intention, d’attention sur le pas suivant. Pour projeter de l’énergie ou de l’attention il faut un support, si ce support fait défaut …

La notion même du temps dans ce changement de structure est remise en compte, si tous les éléments qui constituent le cercle sont d’égale valeur, un arbre, une fourmi, un humain, une amibe, un caillou sont équidistants, sont de même valeur, leur temps respectif coexistent donc sur le cercle.

En théorie libre à nous de nous rattacher à un temps plutôt qu’à un autre. Ce qui est clair c’est que ce n’est pas un effet de mode. Nous pouvons regretter, pleurer et trépigner de rage sur l’ancien monde vertical rempli de certitudes, cet ancien monde où tout était clair et défini, le bien le mal, les gentils, les méchants … etc. Ce monde là est en train de disparaître, son temps est déjà fini, il continue à coexister par pure gentillesse pour que nous vivions une transition souple (vite dit ça).

Vouloir le maintenir à tout crin comme nous le faisons tous avec plus ou moins de force me fait penser à l’image d’un ange aux ailes déployées qui continue à s’agripper à une falaise en barbe à papa … friable donc 🙂

PLUTON une aide pour accepter le cercle en nous :

Accepter le flux et le reflux. Accepter les cycles de la vie, accepter que tout finit sans jamais finir, que tout commence sans jamais vraiment commencer, c’est accepter le paradoxe, c’est accepter d’aimer sans être avec la personne qu’on aime, c’est accepter d’être ni plus ni moins qu’un point sur le cercle, c’est accepter la fuite des repères, accepter le doute, le principe d’incertitude et juste vivre vraiment ici et maintenant.

Les anciens écrits, les anciens maîtres ont fait ce chemin avant nous pour nous dire “you can do it”. Sur le CERCLE il n’y a plus de différence entre eux et nous, nous sommes tous des maîtres, tous des enseignants, à nous de choisir de nous considérer comme tel, ce faisant nous sortons illico du système vertical et vivons le cercle en nous.

Acceptons d’être le Monde en nous et le Monde est nous. Yin et Yang en nous et autour de nous. L’un émergeant de l’autre, unis par la dynamique de cet uni-vert

Remarque pour les passeurs de lumière et autres empathes.

Certains d’entre nous plus sensibles et plus fluides sont en amont de ce changement. D’autres suivent simplement leurs pas qui les conduisent à entreprendre et à entrevoir la Vie et leur Vie sous une autre forme. Et puis une grande partie d’entre nous, plus engluée dans le contrôle que veut imposer le mental, lutte contre ce changement inexorable.

Cette résistance au changement de structure entraîne toute une série de dysharmonies pouvant générer des formes de dépression, la sensation d’être vide, de ne plus avoir d’objectif, l’impression de flotter, de ne plus avoir de repères … Les manifestations physiques qui en découlent comme des maux de tête, des problèmes de peau, digestifs et autres, chaque fois en relation avec le jugement ou la culpabilité que vous ressentez envers ce changement ou résistance. Les localisations et manifestations physiques dépendant des zones plus sensibles de chacun.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 5 commentaires

  1. Les-pieds Sur-Terre

    Excellent, j’adore cette vision en cercle, ça colle parfaitement à ce que je ressens en ce moment, mais je n’avais pas mis de mots dessus, alors merci mille fois, ça pose de le voir exprimé en mots ! Ça fait du bien 🙂 !!!! Des bisous l’ami et c’est vraiment un post brillant, merci !

  2. Jul

    En effet, je plussois avec ce concept car depuis longtemps, voir depuis toujours, je sens que tout étant fais de “molécules” et d’énergie, tout est vivant comme une table, un caillou, un paquet de chips … et doivent être traité avec autant de respect que nous voudrions qu’on nous respect. La violence faite à n’importe quel objet (je ne parles que des objets car malheureusement ils sont pour la plupart d’entre nous en bas de l’échelle pour nous servir) ne fait que transmettre cette onde de suffisance qu’on porte en nous et projette sur le reste des “êtres” vivant (même les objets!! 😉 ) cette onde qui n’est pas pour la construction, mais qui engendre l’autodestruction. Je ne pense pas que taper dans sac de frappe provoque cette énergie, même si on est très énervé, car si on le fait en conscience, comme tu le dit, le sac n’est pas le bouc émissaire mais l’objet qui est là à cet instant pour libérer les tension et ne pas les propager. Je prendrais un dernière exemple que je connais bien, la batterie, rien ne m’énerve plus d’entendre des parents dirent qu’ils veulent que leur enfants fasse de la batterie pour “déverser” leur “trop plein” d’énergie (ou de violence) peut être que cet instrument n’est là que pour aider la personne à faire résonner sa créativité!! On ne tape pas dessus pour faire du mal à l’objet, mais pour qu’il résonne et soit en harmonie avec soi-même, d’autres musiciens, ou la vie elle même.
    Désolé pour avoir été un peu long mais ce que tu dis résonne souvent en moi et j’en ai des caisse à dire alors voilà
    Merci Larune de ce que tu fait, de ce que tu est.
    Bise mon poulet. 😉

    1. Renaud

      🙂 Merci 😀 Jul n’ai pas peur d’être long t as vu les tartines que je vous mets chaque x 🙂 et véridique chaque x je me dis allez fait court et simple mais bon une fois lancé …
      Je crois qu’on a tous des camions et même des super tanker de trucs à dire à exprimer, plein de façons de l’exprimer existe, pour moi le verbe est simple, je sais que pour toi c’est la rythmique, pour la Sido c’est les doigts de fée, d’autres la danse, le rire, le cul, la bouffe, un est pas mieux que l’autre .
      Entièrement d’accord avec toi sur la batterie et puis ca serait faire disparaitre tout un pan de la musique que de limiter cette percu à ce rôle défoulateur, quid des batteurs plein de sensibilité, de tendresse et d’emotions qui permettent de créer le fond sur lequels les guiguitariste les chanteurs, et autres viennent se poser.
      Après peut être que pour tel ou tel autres personnes la porte d’accès à lui même, à son instrument va se faire par la porte du défoulement, c’est un point d’entrée pas plus mauvais qu’un autre le seul soucis c’est de se rappeler que ce n’est qu’un point d’entrée et pas un point d’arriver… pour vivre dans ma maison (toute les complexites d’une forme d’expression) je ne me contente pas de passer la porte d’entrée et de rester sur le paillasson … ou alors c’est que c’est vraiment petit chez moi 😀
      oups dsl d avoir ete si long 🙂
      Des bisous à toi Jul see you one day and be want you ‘re be want you want 😀

      1. Jul

        Héhé! Biensur que chaque personne à son chemin et je voulais juste faire la différence entre défoulement comme tu le dis et violence gratuite comme beaucoup de gens font envers des choses extérieur et en fait envers elle même, mais je pense qu’on parle de la même chose!! 😉 Aucun jugement dans tout ça, juste une constatation. 🙂
        J’ai pas fait long cette fois ci!!! 😀

        1. Larune treiz (Renaud)

          🙂 je sais bien rintintin (la rime toujours la rime) je le confesse .. biiiiip … je me suis servi de ton commentaire pour faire un clin d’oeil à quelqu’un qui se reconnaitra 🙂 …

Changement de structure : L’échelle de valeur devient CERCLE
×
×

Panier