Harmonie, Autonomie, Respiration, Action

HARa aGORA, le forum de La passerelle

haha-agora-forums-la-passerelle

En tant que “visiteur” vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Forum autour de la spiritualité incarnable

Une fois votre inscription / connexion faite si vous avez toujours une phrase du type “il faut vous inscrire pour pouvoir …. blablabla n’hésitez pas à “rafraichir” la page.

Le jugement de valeur (BIEN / MAL & co) en plus d’être très peu constructif n’est pas forcément apprécié ici. Toute position moraliste sera châtié avec la plus grande fermeté sauf pour celles et ceux qui aiment ça.

On peut donner son avis sans pour autant juger… Il nous semble plus sain de dire “vas te faire foutre je suis pas d’accord” suivi d’un argumentaire au petits oignons qu’un “c’est maaaaaaal” ou pire “on ne peut pas dire / penser / faire ceci ou cela” d’après des lois morales conjoncturelles donc insuffisantes et impropres à la voie de la Liberté.

Nous sommes censés être entre gens de bonne compagnie et de bonnes intentions donc soyez clément sur les lacunes orthographiques de certaines. Rappelez vous que si la forme aide le fond elle n’est qu’une émergence de celui-ci. Les nuls en orthographes n’oubliez pas que la forme permet au fond d’être plus accessible même au psychopathes de la “grand-mère”. Faites des efforts.

Il est plaisant d’aérer et de valoriser vos propos via des couleurs, des espaces, du texte en gras, des “à la ligne” … Toujours dans la même idée qu’une forme plaisante aide un fond déconcertant à être mieux apprécié.

Notifications
Retirer tout

Quels sont les signes d'une récapitulation complète?

33 Posts
7 Utilisateurs
23 Reactions
2,298 Vu
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 2
Début du sujet
(@Anonyme 5113)
New Member
Inscription: Il y a 2 ans

 Je récapitule, il se passe pleins de choses, je baille, je pleure, je sens des choses dans mon ventre. Mais comment savoir si j'ai complètement récapitulé un évênement. Clara disait à Taisha, ton corps te le dira, oui mais comment? J'arrive jamais à savoir. Quest-ce que vous ressentez vous lorsque un évênement est pleinement récapitulé? Je pense que ça doit être différent d'une personne à une autre mais ça me donnera des indices.

Répondre
32 Réponses
1 Réponse
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 6 ans

Reputable Member
Posts: 260

@meryloutier2 Déjà merci d'ouvrir ce sujet ensuite je vais vous faire une réponse "à la con" mais qui me semble la plus correcte

si vous ne savez pas qu'un événement est totalement récapitulé c'est qu'il n'est pas totalement récapitulé...

un peu comme en amour, si tu doutes d'être amoureux c'est que tu ne l'est pas

ou à la dgse, si tu demandes à savoir c'est que tu n'as pas à savoir

voilà pour la blague qui en vrai n'en est pas une

maintenant je vais vous dire ce que moi je cherche dans une récapitulation : le détachement, le neutre, une forme d'absence. En gros quand je contemple l'événement et qu'aucun détail ne me touche, ne crée de tension dans mon corps ma tête ou mon coeur c'est que je suis pas loin de l'avoir bouclé et de pouvoir le ranger au musée de "l'Autre a vécu ça"

Pour moi le but de la récapitulation n'est pas d'oublier un événement mais de récupérer toute l'énergie qui y est liée. Que cette énergie soit agréable (joie, emphase, plaisir) ou désagréable, qu'elle soit physique, nerveuse, intelectuelle, émotionnelle ou autre.

Au final la sensation finale, POUR MOI, c'est d'être dans une salle de cinéma en train de regarder un documentaire moyennement intéressant.

Encore un avis perso la récapitulation même si elle peut passer par des phases de turbulence est surtout très calme, pausé et apporte énormément de détachement

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 102
 Jane
(@jane)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Posté par: @renaud13

je suis moyennement d'accord avec "la récapitulation n'a pas de but" elle en a un même s'il nous échappe, ou comme je te connais, il n'est pas si important de le comprendre. Car @jane connaissant bien les tracas de nos cerveaux malades elle sait que si elle vous donne le but vous allez vous tendre comme des enculés qui s'assume mal pour arriver à ce but 

Oui c'est fort mal dit quand je dis qu'elle n'a pas de but, mais en effet, c'est pour enlever notre irrésistible envie de bien faire et d'aller vers un but très concrêt qui est  "aller mieux". Si on fait de la récap pour aller mieux, à mon sens, on pisse dans un violon. Mais c'est sans doute mon extrémisme gémeauïtal et le monde dans lequel on vit qui demande du résultat permanent, qui me font un léger rejet du but concrêt "aller mieux" ou de tout autre but concrêt qui nous permet de monter sur des échelles de valeur et de se sentir mieux ou moins bien que.

Alors du coup, oui, faire pour faire, sans savoir ce que ça nous apporte ou non, ça me fait du bien, dans ce monde où tout est tendu vers un résultat.

Et en même temps je ne peux qu'être d'accord avec le fait que la récap permet de récupérer de l'énergie dispersée sur la piste du temps.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 102
 Jane
(@jane)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Suite à ton message, Florita, sur les centrages et les centrages inversés qui t'ont permis d'entrer dans la récapitulation, j'ai eu envie de partager ce qui, pour moi, m'aide à entrer dans la récapitulation. 

On a souvent tendance à avoir une idée préconçue de ce que DOIT être la récapitulation,  en tout cas pour moi , je m'en faisais une image très précise qui du coup ne correspondait pas à ce que j'experimentais.

Du coup, pour moi, la première étape a été de faire les mouvements de la tête et la respiration synchronisé et de me fixer comme sujet du jour, par exemple, une personne et tous les souvenirs qui s'y rattachent. J'ai beaucoup expérimenté comme ça, sans qu'il n'y ait vraiment d'accès au sentiment, à la sensation, sans vraiment revivre le moment. Mais j'ai continué. Il y a eu des périodes où j'y ai passé beaucoup de temps, sans jamais avoir la sensation que j'y arrivais. Ça a peut-être été ça la clé pour moi, faire sans qu'il n'y ait de "résultat", sans qu'il n'y ait le feu d'artifice auquel je m'attendais. 

Je ne saurais pas dire si c'est indiqué dans les Castaneda, mais pour moi, ce qui m'aide à entrer dans la récapitulation, mis à part la ténacité sans recherche de résultat, c'est les matières. Par exemple la matière d'un pull, la sensation de sa texture sur le bout de mes doigts. Pour moi, sentir la texture crée comme une entrée pour être projetée dans le souvenir. Ça fait ça aussi avec le goût ou l'odorat, mais pour moi ça le fait plus fort avec les trames des matières, comme si la strucure des matières m'aidaient à entrer dans la strucure des choses vécues. 

Et pour vous ? C'est quoi qui vous aide à entrer dans la récapitulation ?

Répondre
12 Réponses
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@loulou0626)
Inscription: Il y a 9 mois

Eminent Member
Posts: 38

@jane Merci, c'est très intéressant. J'essaierai de voir si les textures m'aident à entrer dans la récap. Pour le moment je ne peux pas bien répondre à ta question car j'ai trop peu récapitulé mais je me souviens que plusieurs fois les odeurs me sont venues, comme si j'y étais, c'est peut-être alors la piste à suivre pour moi.

Répondre
lorenzo
(@laurent)
Inscription: Il y a 6 ans

Trusted Member
Posts: 48

@jane 

J'ai souvent choisi un sujet pour la recap en fonction de ce que j'expérimentais le jour même. Par exemple : les circonstances, événement ou discussion du jour faisaient apparaître le thème de la fratrie alors du coup je choisissais de faire une recap d'une situation du passé avec mon frère. Mais j'ai voulu trop souvent remonter dans le passé comme s'il s'agissait d'un film à rembobiner. Comme si je voulais aller réparer une étape de mon histoire. J'en faisais trop une affaire d'images à revisiter. Comme un cinéaste qui retourne à sa table de montage pour en sortir un énième final cut. Peu à peu, en vous lisant et vous écoutant, j'ai commencé à explorer dans la recap des aspects moins visuels : odeurs, sensation physique de chaud, de froid, d'humidité. Des sons ou un tube de la radio de telle époque qui fait replonger dans une sensation physique. Un truc qui fonctionne bien pour moi c'est de remonter en souvenir vers un livre qui m'avait marqué. En retrouvant d'abord le visuel de tel livre ouvert il y a dix, vingt, quarante ans je retrouve les sensations corporelles mises en branle au moment où les yeux parcouraient les lignes du livre. Je peux partir de la situation où je lisais et la recap fait son taf de faire émerger ce qui doit émerger.

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@julian)
Inscription: Il y a 4 ans

Estimable Member
Posts: 82

@laurent 

L'histoire personnelle est un mirage dans lequel miroite des tas d'histoires imaginées, vécues ou non, construites sur les interprétations produites par le mental de l'époque (infantile, adolescent...) et que l'on re-interpréte en ajoutant les enjeux et intérêts de l'instant.

La récapitulation joue essentiellement sur les émotions (sensation du mouvement) puisque énergétiquement elles sont liées aux mémoires qui ont façonnés le corps, il n'est pourtant pas nécessaire d'avoir les détails des évènements (notre cerveau est capable de fabriquer des faux souvenirs). Comme pratiquement tout dans le domaine de la connaissance silencieuse c'est une affaire de sensation. Les sensations sont des positions du point d'assemblage.

Je ne dis pas pour autant que l'image, le scénario, le bio-film ne fait pas partie de l'expérience. Juste que la récapitulation consiste en une remémoration sensitive des évènements avant tout. D'ailleurs, le cinéma peut tout autant être un outils de récapitulation. Un schéma narratif bien mis en scène peut porter une signification affective dans notre inventaire émotionnelle et rappeler les sensations.

Si seulement nous avions cette perspective en achetant notre ticket pour les salles obscures et si nous ne nous laisserions pas submerger, nous pourrions récapituler en permanence. Pour bien "sentir" il faut être un bon témoin, serein et détaché.

Hey Lorenzo,

mon frère,

j'apprécie toujours tes interventions, discrètes et justes.

Dis-moi,

quel effet ont eu ces derniers mots sur toi ?

🙂

Répondre
lorenzo
(@laurent)
Inscription: Il y a 6 ans

Trusted Member
Posts: 48

@julian 

Comment te dire si tes mots ont un effet sur moi ?

Ils ont cet effet : envie de te répondre aujourd'hui.

Je retiens ce que tu dis en début de message sur le fait que l'histoire personnelle est un mirage. Et je me demande si c'est un effet d'avoir trop lu de biographie mais j'ai fini par croire que j'avais une vie réelle vécue et perçue  par moi et les autres de la même manière grosse modo.

Déjà c'est toujours très décalé ce qu'on croit de sa réalité et ce qui est réellement vécu. On a trop peu l'occasion dans notre vie sociale de confronter les perceptions que nous avons les uns des autres. Les rares fois où ça m'est arrivé j'ai été surpris.

Là où je me croyais fantaisiste on me disait que j'étais rigoureux. Là où je pensais m'exprimer clairement on me répond que je parle étrangement.

Alors je me dis que ma perception de ce qu'est mon existence est fausse et vraie. Faussement vraie et vraiment fausse. Et ni vrai ni fausse. Je crois volontiers avoir déformé. Enlevé. Detourné. Ajouté de la couleur ou du sombre. Des personnages fictifs. Des lieux irréels.

Mais comme la sensation nous est plus proche que le souvenir visuel, je comprends ton message où tu rappelles justement la place centrale de notre sensation. Sensation et non pas mental. Sensation et non positionnement à adopter pour obéir aux circonstances. Cette sensation est notre fil conducteur. C'est donc elle qui nous guide pour une recap. C'est bien cela?

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@julian)
Inscription: Il y a 4 ans

Estimable Member
Posts: 82

@laurent 

Tout à fait.

Je souhaitais également illustrer le fait que nous pourrions récapituler en permanence. Lorsque tu lis ces deux expressions qui te sont personnellement adressées: 

"Lorenzo, mon frère"

ou

"Lorenzo, pauvre petite merde,

cela suscite peut-être deux réactions différentes. Et si je l'écris en gras et en gros caractère cela pourrait encore accentué l'impact. Ou pas, parce que tu es un guerrier aguerri 🙂 (l’émoticône aussi est inductrice)

Bref ! Nous sommes la nature sauvage et ça grouille là dedans à la moindre secousse. Face à chaque situation nous pouvons atteindre la sensation que cela produit dans notre système perceptif et entrer dedans. Comme tu dis c'est le fil conducteur.

Répondre
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 6 ans

Reputable Member
Posts: 260

@julian TOUTAFAIT par Toutatis (et Belenos aussi) pour celà il faut être à l'écoute (coute que coute) ce qui implique paradoxalement un dégagement, une distance face au brouhaha effarant engendré par notre propre importance dont découle nos "je veux, j'ai peur, je dois, il faut que je".

Et pour ceux qui veulent savoir comment qu on fait le détachement ben ... ON BOSSE FORT ! ou alors y a bien la solution de la trépanation, de la perceuse, visseuse dévisseuse mais ça enlève la capacité de dire des conneries et ça c'est fort handicapant en société

et sinon vous pouvez regarder La Merveilleuse histoire d'Henry Sugar de Wes Anderson pour capter la ténacité indispensable

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@emma-wasi21)
Inscription: Il y a 1 an

New Member
Posts: 4

@julian 

Bonjour Julian,

Quand tu écris "pour bien sentir il faut être un bon témoin", tu veux dire pour bien sentir "l'autre" ou "l’évènement"etc...il faut être un bon témoin " de sa propre vie"?

Merci 🙂

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@julian)
Inscription: Il y a 4 ans

Estimable Member
Posts: 82

@emma-wasi21 

c'est aussi la création d'une distance permettant un regard sur celui qui (est) agit. Un regard par "devers soi" disait un ami. Cette distance t'offre la possibilité de voir les évènements qui surgissent dans le lieu de ton é-moi, étroit ou élargi. Après c'est une question de profondeur, tu connais peut-être dans la philosophie yogique, ces deux visages de la conscience que sont Purusha et prakriti !?

Le témoin ne pense pas, il voit. Il s'est libéré un peu (ou beaucoup) du flot psycho-affectif dans lequel est noyé celui qui s'est pris les pieds dans le tapis. Cette distance est ouverture d'un espace en soi, disponible, présent. Prêt à la sensation.

La rencontre de l'autre, tout "Autre" à toujours était au-dedans.

 

 

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@emma-wasi21)
Inscription: Il y a 1 an

New Member
Posts: 4

@julian 

Merci pour ta réponse,

Je ne connais pas les deux faces de la conscience de la philosophie yogique.

Je bloque en récapitulation sur sensation et sentiment, lorsque je revis une sensation, par exemple me retrouver sous l'eau et que j'y associe de "l'agréable" du coup j'y met du sentiment non? comment faire pour juste être témoin?, faut-il revivre l'évènement jusqu'à ce que les sentiments disparaissent? ce que je ne comprends pas c'est est-ce qu'il faut se détacher des sentiments vécus, les laisser sur "l'autre moi", ou les faire disparaître mais ça, ça me paraît bizarre.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
 Jane
(@jane)
Inscription: Il y a 6 ans

Estimable Member
Posts: 102

@emma-wasi21 

Selon moi tu cherches trop à comprendre avec ta tête et la récapitulation a à voir avec le corps. Dans la récapitulation il n'y a pas de "il faut", c'est ton corps, tes sensations qui t'emmènent là où tu dois aller. 

Pour t'aider, je dirais que tu peux te servir de l'origine du mot émotion qui vient de l'ancien français motion, mouvement. L'émotion te fait te déplacer du présent vers un souvenir. Quand tu es dans ce souvenir, sert toi des sensations, odeurs, goûts, sons, toucher, pour explorer ton souvenir. Laisse toi naviguer à l'intérieur de ce souvenir sans y mettre de jugement, sans vouloir le modifier. Juste, visite le plus d'aspects possibles de ce moment en t'aidant de la respiration et de la rotation de ta tête à gauche et à droite.

Tu verras que l'émotion de départ te sert à entrer dans le souvenir et que peu à peu, ces émotions (nécessaires pour déplacer ton point d'assemblage de l'instant présent vers un événement passé) qui te balotent en tout sens s'amenuisent, font des petits clapotis au lieu de grandes vagues qui te retournent en tous sens. A ce moment-là, j'emploierais plutôt le mot sentiment à la place d'émotion, à ce moment-là, tu vas visiter ton souvenir, tu vas avoir le sentiment,  ou plutôt les multiples sentiments et sensations de ce moment, avec une forme de distance, comme un témoin, un observateur neutre.

Tu peux te dire, ça y est j'ai récapitulé ce souvenir, mais peut-être qu'il viendra de nouveau frapper à ta porte pour aller voir d'autres aspects que tu n'avais pas vus, ou bien ne reviendra-t-il plus jamais. Ce n'est pas nous qui décidons quand un événement est totalement récapitulé ou non. Fais confiance à ton corps, si tu dois retourner dans un souvenir, il le ramènera à la surface.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@emma-wasi21)
Inscription: Il y a 1 an

New Member
Posts: 4

@jane 

Oui, merci beaucoup Jane,

c'est juste que je me demandais , avec cette histoire d'être "témoin de la scène ou du souvenir" s'il fallait arriver à un seuil ou on ne ressent quasiment plus rien, ce qui en fait ne collait pas avec ce que je pouvais vivre en récapitulant et me semblait étrange comme but à atteindre. Après être plus "neutre" tout en voyant ce que l'on a ressenti dans le souvenir oui, je suis d'accord avec toi. Du coup j'en profite pour vous demander (à tous) si en ayant récapitulé une deuxième fois avec un an ou plusieurs mois d'écart vous n'avez pas eu cette impression d'être juste une "photocopieuse à émotion ou sensation". C'est un peu négatif mais c'est l'impression que ça m'a fait en relisant mes notes de récapitulation et en ayant tout juste recommencé, bah en fait j'ai eu l'impression d'être rien du tout, certe un catalogue de souvenirs, mais ça c'est rien en fait.. votre avis?

Merci à tous.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@julian)
Inscription: Il y a 4 ans

Estimable Member
Posts: 82

@emma-wasi21 

Le détachement n'est pas ne-rien-ressentir comme on peut le comprendre trop vite, c'est au contraire la capacité à sentir sans frontière et jamais ne vouloir posséder ce qui nous traverse. Le détachement permet toute action.

Si j'ai bien lu tes mots, le sentiment interviens comme du commentaire par dessus la sensation. Ce commentateur intérieur est pris dans une activité intense et le flux de pensée continuel, qui en émane, parasite notre perception au point où il nous est difficile de le stopper (et c'est un grand œuvre d'y parvenir en vérité).

Nos sensations ont deux sources, l'une est notre communication intelligente avec le monde (de ton ventre au ventre du monde) et l'autre vient du flux précédemment évoqué (siège de notre folie ordinaire). Dans le détachement on prend tout et on apprend à voir la différence. A voir ce qui nous meut (meuhhh) et où...

Sinon je rejoins Jane en son propos. A se faire trop de jus de cerveau on oublie parfois que le chemin est si simple.

Observer sans attentes. Diminuer nos tensions et nos exigences aussi. Et la relation changera.

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 82
(@julian)
Estimable Member
Inscription: Il y a 4 ans

J'entre dans la récapitulation par la porte des sens également (et c'est bien naturel en vrai). En particulier la musique et les odeurs qui ont toujours eu, pour moi, la capacité d'ouvrir la malle aux histoires. L'odorat est un sens laissé de côté par la modernité, sans doute parce que renifler nous rapproche trop de notre animalité renié, mais le cortex olfactif est le seul relié directement aux régions de l’émotion et des souvenirs (amygdale et hippocampe si je ne m'abuse).

La connexion avec le corps est une clef de la perception. C'est lui, le corps (au sens large: grossier et subtil) qui est cette mémoire sans âge. Lui qui entend et dialogue avec le monde dans son langage silencieux. Dans le corps, faisant corps, l'attention est pleine, à l'affût, animal. Dans cette attention, le mental intellectuelle se retire et un petit chatouillis joyeux vibre dans le bas-ventre. Ta conscience viens de descendre dans la caverne des anciens et te réchauffe à son foyer rallumé. Cette vibration est comme une tête chercheuse, elle ramène sous tes doigts le fil d'un écheveau. Y a plus qu'a dérouler la laine.

Répondre
Renaud
Posts: 260
Admin
(@renaud13)
Reputable Member
Inscription: Il y a 6 ans

A titre personnel c'est les ambiances, les flots de couleurs, de son, d'odeur mais aussi les images et tout ça est très lié au mouvement comme dit @julian

J'ai testé la recap dans une grotte (ou un dessous d'escalier ou un placard c'est assez top) perso ça m'aide, de regrouper mon corps physique pour avoir comme un caisson de privation sensorielle - ca les copains un de ces 4 faudra faire ça au Cabanon - mais y a aussi et perso c'est pour moi ce qui marche le mieux la recap en mouvement dans une voiture entrain de rouler.

Alors la morale m'empêche de vous le conseiller mais c'est assez énorme c'est pas de la recap programmée mais d'un coup en passant dans un lieu que tu connais ou "qui ressemble suffisament à" tu récupères des odeurs, des sensations, des souvenirs totalement neutre, du moins sans charge émotionnelle

Un peu comme si tu te déplacais sur la piste de temps et que tu voyais un film pas sans intéret mais pas grandiose non plus et là ça rentre par tous les pores de la peau et de l'air, ça s'assemble, ce relocalise, et déplace des blocs d'énergie à l'in,térieur de toi

Ca doit aussi pouvoir le faire à cheval ou sur un bateau, chaque fois j'ai remarqué qu'il y avait mouvement + détente corporelle + détente mentale (pas de sujet d'obsession ou de préoccupation)

voilà c'est un peu brouillons mais là je dois aller faire cuire les cocos pour le repas de midi donc ...

des bisous

Répondre
Page 2 / 2

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Sélectionner une ou plusieurs listes :