Spiritualité veut dire souffle avec une extension au souffle du vivant. Qu’est ce qui est plus vivant que la culture pop ? Alors oui sur La Passerelle nous osons les mélanges. Nous affirmons que les films de Hollywood, la littérature de mauvais genre (érotisme, polar, SF), la BD, le rock’n roll, le hip-hop et autres chansons françaises sont des bijoux de spiritualité pour peux qu’on ose orienter son regard non pas sur les dogmes et la forme mais sur le fond et sur l’accès à d’autres mondes.

J'aime l'hiver : on peut ralentir ! Moins de choses à faire, c'est cool. En même temps, cela signifie-t-il de lâcher mollement les commandes ? Doit-on compenser les moments d'activité avec l'art de se vautrer au coin du feu ? L'humain déréglé par sa propre humanité croit aux vertus du relâchement physique et cérébral. ... > Lire l'article
Pourquoi Hors série ? Parce que pour une fois, le podcast c’est moi qui l’ai fait. Une conversation entre la mer et une guimbarde un après-midi d’hiver, écoutez, sentez… Mais pas d’analyse ni de grande réflexion cette semaine. Pourquoi ? Parce que je n’y arrive pas. Simple, n’est-il pas ? Pleins de notions, de sentiments s’entremêlent et je n’arrive pas pour l’instant à vous faire une synthèse bien rangée de tout ça. Du >> en savoir +

"Maintenant plus que jamais nous avons besoin des Jedi"

Cette semaine, on continue l'exploration de Sapiens, une brève histoire de l'humanité, de Yuval Noah Harari. Lors du dernier podcast autour de ce livre, on a parlé conditionnement. Et bien aujourd'hui, on va parler suffisance ! Et puis, bien ancrée la suffisance, vu qu'on se la trimbale depuis au moins 100 000 ans ! Et …
Aujourd'hui, un extrait du livre de Barjavel "La faim du tigre". La totalité de ce livre est un petit bijou, à lire et à relire. Mais j’ai du choisir ! Tout au long du livre, il y est question de notre biologie, de notre quête de sens par la science ou la spiritualité. Barjavel ne nous …
Revoilà les improvisations au piano ! Une nouvelle façon de procéder : Au lieu de partir d'un tirage de carte comme support à improvisation, je choisirai à chaque fois un thème qui m'inspire selon le moment. Avec une autre méthode : faire une impro préparée. Au lieu de laisser les doigts imaginer une trame harmonique …

La culture Jedi parce que la Force est partout

Alors oui madame (ou monsieur) on peut aimer le rock, la pop culture et en même temps méditer sur l’ouverture du chakra coronal ! La spiritualité, l’ésotérisme et d’une manière générale les voies mystiques gardent cette image d’austérité, d’ascèse. D’ailleurs la plus part des pratiquants aiment cette âpreté du quotidien. Pourtant vivre dans une cellule n’a jamais éveillé qui que ce soit. Sinon les prisons regorgeraient de Bodhisattva. Je crois pas que ce soit le cas… Alors osons apprendre et grandir avec la pop culture. Elle est l’émanation du souffle populaire après tout !

La culture pop, reflet de nos quêtes spirituelles

La culture pop est éminemment spirituelle, elle ne parle même que de ça ! La culture populaire nous renvoie à nos démons des églises, nos angoisses, fantasmes, craintes et troubles divers. Nous avons mis toutes ces émotions et imaginaires dans des dogmes, des chapelles (qui brulent parfois) ou sous les jupes de sachant crucificateur pourtant la culture pop / rock est issu de notre imaginaire, des perceptions de mondes différents tout aussi magique que le « notre ». Si vous laissez la spiritualité au caveau, dans les vieux grimoires ou dans les églises vous enlevez la spiritualité de son essence : la vie de tous les jours. Le rock’n roll, la pop, le ciné, les séries sont l’expressions des émotions humaines, autant que Mozart, Chopin ou Renoir. La culture pop est une des expressions possible de la quête spirituelle humaine.

Les excellents OTH (vieux groupe punk rock de Montpellier) disaient que « Le Rock’n roll est la dernière aventure du monde civilisé« . Je crois que l’autre grande aventure est justement le voyage intérieur. L’exploration des confins sauvages dans l’humain. Le chemin qui fait retourner vers soi et plein de twist, de roulé boulé et de pas de coté indispensables pour pouvoir continuer à arpenter le chemin. Quel fût mon premier « maître » ? Leo Ferré et Cioran. Mon premier « livre d’éveil » ? L’INCAL de Moëbius et Jodorowsky, encore que certains passages de Blueberry ou de Gaston Lagaffe soient pas mal non plus. (Re) Ecouter les paroles des Béruriers Noirs, d’un Ferré. Sentez la vibration, l’illumination ou simplement la fureur de vivre dans le chant de Susheela Raman, de Lemmy Kilmaster, de  ou des polyphonies Corse

 

×

Panier