Temps de lecture : 4 min

Cette semaine je vous lis le chapitre Une révolution radicale, dans La voie du non attachement, de V.R. Dhiravamsa. Un ouvrage passionnant car dedans, on trouve de quoi nourrir à la fois son esprit et sa pratique ! Le chapitre que je vous lis, donc, s’intitule La Révolution radicale, et il porte bien son nom ! Car s’engager sur la voie du non-attachement, c’est une révolution radicale et complète de notre manière d’agir, d’être et de penser. Une nouvelle façon d’être au monde, une transformation radicale et profonde de tout notre système cognitif !

La voie du non-attachement est un livre dense et riche, et je pense que je vais rester quelques semaines dessus, car on touche à des points essentiels sur le chemin qui mène à soi.

Revenir à soi, une révolution radicale

Rien que ce petit chapitre de La voie du non-attachement est super dense. Je crois qu’on peut le lire et le relire, l’écouter et le réécouter plusieurs fois. A chaque fois, on peut aller un peu plus loin dans la compréhension et la mise en pratique de ce qui est dit.

Ecouter la lecture de La Voie du non-attachement

Conseil de lecture :
La Voie du non-attachement, de V.R. Dhiravamsa – chez votre libraire ou en livre d’occasion

Un son pour méditer :
Présence, l’Acte Juste !

Aujourd’hui, je vais juste partir sur la notion de révolution. A première vue, on pourrait se dire que non-attachement et révolution, ça va pas forcément ensemble.

Car dans les révolutions, on s’attache à défendre des idées, une nouvelle façon d’être, de faire, un nouveau système. Ca fait du bruit, ça grouille de mécontentement et de revendications. C’est pas franchement ce que j’imagine de la voie du non-attachement.

Alors oui, on peut aussi l’entendre dans le sens d’une transformation ! Il faut changer le monde et notre manière de fonctionner. Enlever les « mauvais » fonctionnements pour les remplacer par des « bons » comportements. Ca marche d’ailleurs aussi bien au niveau individuel que collectif.

Révolution, le retour à Soi

Et oui mais non, car vouloir enlever quelque chose, vouloir transformer, c’est désirer. Donc, on n’est pas dans le non-attachement, puisqu’on Veut.

Le mot révolution vient du latin revolutio – retour, revolvo – ramener en arrière. Donc la révolution ça serait faire marche arrière ? Là, vos esprits se rebellent, je le sens. Non, une révolution sert à faire avancer les choses, à les faire évoluer !

Et si justement, l’évolution, c’était la révolution, le retour en arrière. Pas la régression, non. Mais revenir à l’état d’unité, celui qu’on a tous connu avant l’incarnation, mais en étant incarné ! Revenir à avant le mental roi, avant la toute puissance de la personnalité. Revenir à Soi, à cette part de nous qui n’est pas Je, le témoin immuable, notre essence, notre âme. Il n’y a donc rien à transformer, simplement revenir à Soi. C’est simple, mais c’est pas facile !

la-prsence-centrage-essence-koan

La présence, l’outil ultime

La Présence, on vous en parle souvent sans jamais la décrire. Et je ne le ferais pas maintenant. C’est l’attention dont parle V.R. Dhiravamsa dans La voie du non-attachement. Mais, la présence demande de faire un effort conscient et volontaire. Et là, c’est le drame ! Car personne ne veut faire d’effort. On veut changer, sans rien changer à nos habitudes. On veut se transformer, sans jamais rien perdre. Mais ça va être difficile de ne rien perdre, sur la voie du non-attachement….

La présence, le seul véritable outil que nous ayons face à l’agitation en nous et autour de nous.

C’est moins facile que de céder à la tentation, évoquée dans ce chapitre, de demander à une autorité extérieure des réponses toutes faites. Mais c’est la seule façon, je crois, de revenir à Soi.

La Présence nous demande d’être attentif, mais pas tendu, à tout ce qui se déroule en nous et autour de nous. C’est la conscience de ce qui se trame en nous et autour de nous. Et même si on n’a pas de réponses, notre attention nous permet de détecter que là, quelque chose se tend, une émotion s’installe. En observant ces mouvements en nous et autour de nous, on peut démêler les fils de l’émotionnel et des anciens référentiels pour sentir et comprendre ce qui se passe.

La Présence nous permet d’Être, ici et maintenant. Et de voir et vivre les choses avec un regard neuf, et non un filtre qui ramène toutes choses à des situations qui ressemblent suffisamment à.

Le filtre de notre histoire personnelle, qui nous faire vivre inlassablement les mêmes situations, les mêmes relations, et qui, au final, limite notre existence à une toute petite parcelle alors que le monde est si vaste et qu’on a tant de choses à découvrir !

Et vous, vous avez retenu quoi, de cet extrait de la Voie du non-attachement ?

Charlie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Voie du non-attachement, une révolution radicale
×

Panier

20 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez20