Les vernissages quand tu as un handicap (humour)

Ca fait longtemps qu’avec moi-même je me marre, en imaginant le monde s’il était dominé par des aveugles, des sourds, des unijambistes, des clochards, voire même, soyons fous, par des femmes clochardes unijambistes et aveugles. Oui mais voilà, le monde est dominé essentiellement par des mâles, bien portants, issus de la bourgeoisie, se déclarant hétérosexuels et adoptant la religion dominante de leur pays. Alors trêve de « Et si », j’ai eu envie de vous partager mon point de vue de personne vivant avec un handicap réduisant sa mobilité. Un premier billet que j’espère léger et qui vous donnera le sourire.

Un autre regard sur le handicap : Les expos & les buffets

Tu viens samedi ? Y a un super vernissage ! Non je viens pas ! Je hais les vernissages ! Bon ça c’est ce que j’aimerais dire. Mais comme je suis déjà pas un garçon super sociable, de temps en temps je fais oeuvre de charité et je vous octroie le tragique de ma présence et la joie qui inonde chacune de mes réflexions sur l’incongruité de ce monde qui m’entoure. Vous en avez de la chance !

Le bonheur des vernissages pour les gens à mobilité réduite.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, à savoir « pourquoi je hais les vernissages », un préambule :

Primo : N’ayez pas peur, il n’y a pas de pathos dans cet article, juste de la poilade, le but étant de passer un bon moment, à l’inverse d’un vernissage, pour vous donner peut-être envie de penser plus souvent à la vie du point de vue de l’autre, qui est un peu plus différent de vous que votre belle soeur.

Secundo : Ceci est le premier billet d’une rubrique qui est ouverte à tous les gens qui ont envie d’y participer. Si vous souhaitez publier un billet n’hésitez pas à me contacter. Les seules règles sont de faire preuve d’ironie, de mise en abîme par le rire afin d’expliciter le point de vue d’une personne différente de la norme générale. Ce genre d’exercice, le « et si », se nomme une uchronie. En plus d’être une pratique intéressante pour faire travailler notre imaginaire, c’est aussi un super moyen de se fendre la poire.

Alors déjà youpla boum quand tu es aveugle !

Quel est l’intêret artistique d’aller voir une expo de peinture, sculpture, photo, quand tu as une déficience visuelle. Comme personne ne pense à faire une description sonore et que si tu t’approches à moins de 2 mètres d’une toile, tout le monde te fais remarquer qu’il ne faut surtout pas toucher…

En fait tu te retrouves dans le même décor que chez toi mais avec, en plus, un brouhaha ininterrompu de gens puant le parfum et / ou l’alcool, selon depuis quand a commencé l’expo / vernissage / rencontre. Ces gens trop odorants ont en plus le désagréable inconvénient de ne pas être muets ou simplement polis, et donc se croient obligés de faire savoir à tout le monde qu’ils n’ont strictement rien à dire.

Moi j’ai deux béquilles et 2 jambes chancelantes

Avez-vous déjà fait attention aux chaises et sièges divers dans une expo / rencontre et autres ? Non ? Normal, en général il n’y en a pas. Ou quand il y en a, ils sont loin, très loin des oeuvres exposées. Donc tu peux t’asseoir et reposer tes gambettes mais loin très loin des « oeuvres ».

Bon en même temps c’est sans doute mieux pour l’artiste, personne n’aime voir un humain un peu difforme en contemplant une sculpture d’art moderne ou une femme superbe photographiée nue le cul en bombe dans une pause que seuls les invertébrés sont capables de prendre.

Enfin passons, de toute manière quand tu t’approches et que tu essayes de voir quelque chose, tu as toujours une personne qui te bouscule sans te voir, toi tu chancelles, essayes de t’appuyer à une autre personne de la foule qui, par un simple regard et souvent par un petit mot indélicat, te fait remarquer qu’on ne s’appuie pas comme ça sur les gens…

M’en fous j’ai une chaise roulante…

Détrompe toi, jeune ami.e. potentiellement amputé des deux jambes ou atteint d’une infirmité quelconque te privant de la station debout caractéristique de l’homo érectus (-1 million d’années avant Jacques Chirac). Certes, toi tu as une chaise à demeure mais, une fois sur deux, les vernissages / expos et autres sont des lieux avec des marches … et pan dans le nez !

Bon, tu as eu un coup de bol, ce vernissage est de plein pied ou carrément les organisateurs ont prévu une rampe d’accès. Tu te réjouis … Mais voilà, comme il y a 15 couillons devant toi et qu’à moins d’être dans une expo remplie de pygmées ou de gens de petite taille, en fait, de là où tu es, tu vois surtout le troisième bouton de la chemise.

Tu essayes de te faufiler, oui mais ici on n’est pas dans un musée donc on oublie la politesse et la courtoisie ! Tout le monde s’en fout de toi, et au passage, quand tu les bouscules, ils te renversent un peu de champagne pas bon dessus ! T’inquiètes, ça porte bonheur il paraît ! A ce titre je suis censé nager dans la félicité, vu tout ce que je me suis pris comme champ. dessus !

Le buffet, l’enfer sur terre quand tu as un handicap.

Et là vous venez de comprendre l’explication de la photo avec Bernard Buffet, qui est un peintre que j’adore. Donc on pourrait se dire, comme 80% des « normaux » présents « , ça me saoule ce qu’ils racontent, on voit rien en plus, je vais me venger sur le buffet ! Allez, jeune padawan de la mobilité réduite, va ! Découvre le vaste monde !

Le buffet : chaise roulante versus béquilles

Quand tu es arrivé à t’approcher suffisamment près de ce magnifique buffet que tu imagines, à tort, être un îlot de douceur et de suavité, tu vas te saisir d’un canapé ou d’une verrine. Et là, deux cas de figure apparaissent.

Tu es en béquille : tu peux choisir ton canapé ou ta verrine dans une multitude de plats bigarrés étalés en général sur trois rangs de profondeur.

Tu es en fauteuil roulant : tu choisis dans les plats de la première rangée, à moins de t’en foutre royalement, auquel cas tu tires la nappe pour rapprocher les toasts au saumon qui sont tout au fond, ou bien tu envoies les bras en essayant d’allonger ton buste de 30 cm, ce qui est voué à l’échec. Par contre la chemise propre que tu avais mis pour l’occasion prend cher et, avec un peu de chance, tu peux même renverser des trucs.

Avantage, les béquilles !

Maintenant je m’empare de mon précieux canapé !

encore une fois, deux cas de figures :

En béquille la réponse est sans appel : Tu te pètes la figure ! Bon, si comme moi tu as pas mal d’entrainement, tu arrives à lâcher une canne sans tomber et tu peux t ’emparer de UN canapé ou de UNE verrine. Je te le dis de suite, oublie la poignée de chips ou la tartine un peu flottante, elle arrivera par terre avant que tu aies pu faire un pas.

En plus il reste à gérer le devenir de la seconde béquille, celle qui a été traîtreusement remplacée par une verrine au foie cyanosé et à l’huître pas fraîche…

En fauteuil c’est bien plus facile : Bon, pour te casser la figure faut en vouloir et en plus, tu peux te servir de tes deux guiboles toutes ratatinés comme d’un plateau ! Et ça c’est malin ! Alors là tu peux tout envisager, dans les plats du premier rang bien sûr, tu peux carrément faucher le plateau de toasts au saumon radioactif si tu veux. Les gens sont cons, ils n’oseront rien dire, ils te détesteront, m’enfin ça tu as l’habitude donc c’est pas grave.

Gros gros avantage au fauteuil roulant malgré le choix plus restreint.

Tavernier, à boire !

Boire ou avoir des béquilles, il faut choisir ! Donc exactement la même problématique qu’avec les petits fours, mis à part que ça verse bien plus rapidement. Comme technique de drague, le verre de cocktail sur le chemisier, je vous le dis de suite, ça ne marche que dans les films ! Donc en gros soit tu picoles ou tu manges en restant adossé au buffet, soit, en plus de t’emmerder pendant le vernissage, tu repars avec le ventre vide !

Les fauteuils roulant vont-ils mieux s’en sortir ? Donc tu as ton plateau de toasts au saumon et à la crème d’ail sur les genoux, oui toi tu peux la crème d’ail, rassure toi, personne viendra te galocher …comme d’hab en fait, passons. Donc tu as le plateau sur les gambettes, tu chopes le gobelet en plastique ou, grand luxe, la coupe, en plastique elle aussi (au passage chaque fois c’est 400 ans pour se dégrader et plein de perturbateurs endocriniens dans la nature), mais voilà, ça tu peux pas le mettre sur tes jambes !

Au moindre soubresaut ça va tomber. Pas grave, tu gardes le verre à la main… Et là tu es dans la même mouise que ton camarade claudiquant mais debout, à savoir : comment faire avancer ton fauteuil avec une seule main ?

Une stricte égalité donc …soit on fait les pique-assiettes et on défonce le buffet, soit on le regarde de loin, là où il y a les chaises d’ailleurs.

Les vernissages, ces lieux d’échanges & de partage entre personnes …valides !

Bon bien sûr j’ai un peu forcé le trait, mais en fait pas tant que ça. Après, la plupart des personnes à mobilité plus ou moins réduite, nous avons tellement l’habitude de vivre dans un monde pas envisagé un seul instant pour nous que nous avons mis en place une capacité d’adaptation qui vous fait souvent gravement défaut.

Tiens d’ailleurs, la capacité d’adaptation n’est-elle pas un des facteurs majeurs pour déterminer une race dominante ?

Trêve de blague, j’aurais pu continuer un long moment ce petit état des lieux. Alors, à titre personnel je ne demande ni loi ni obligation, juste de vous rappeler que votre expo est susceptible d’intéresser des moins mobiles que vous, qu’ils soient handicapés, vieux, ou simplement avec une cruralgie. Essayez juste de concevoir votre projet pour qu’il soit accessible au plus grand nombre, qu’ils soient en « pleine forme » ou pas !

Au passage, un gros bisou à toutes les personnes qui prennent soin de nous et qui nous apportent des toasts et de la picole, pour qu’à défaut de voir les oeuvres, on ait la capacité d’être aussi malade que vous le lendemain à cause du mauvais rosé et des rillettes trop grasses !

Bon après je ne viendrai quand même pas vu que j’aime pas la foule, j’aime pas les lieux fermés, je fume et je suis narcissique, donc je ferais quand même comme d’hab, je resterais dehors à fumer des clopes !

Liens & autres

Un blog autour et sur le handicap « ma vie mes emmerdes »

Bernard Buffet l’expo virtuelle du Musée Bernard Buffet

Les vernissages quand tu as un handicap (humour)

Renaud

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans. J'anime des conférences / rencontres en essayant d'amener chaque fois un autre regard, une autre manière d'être et de vivre le monde qui nous entoure. Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l'harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
RenaudPallilogie Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Pallilogie
Invité

J’ai pas de béquilles, chuis pas aveugle, je ne suis pas en fauteuil, donc les expos et les vernissages hummm c’est trop cool ! Sauf que, je suis petite, je vois à peine mieux qu’une taupe extirpée de son home sweet home contre sa volonté et je n’ai plus de ligaments croisés… donc, j’y vais de mes lamentations : Quand t’es p’tite, y’a toujours un connard, une connasse d’au moins 1 mètre 80 qui est planté.e devant les oeuvres, quand d’une voix timide, tu demandes poliment à ce connard, à cette connasse de se déplacer un peu, tu as droit… Read more »

×

Panier