Comme c’est l’été, je me suis dit : c’est le moment de trouver une chronique « modeste et géniale » (clin d’oeil que certains reconnaîtront), pleine de verve, de fougue et qui saura réjouir le coeur de nos fidèles lecteurs, avachis sur des sofas le long des plages bitumineuses à contempler les reflets des rayons solaires sur les taches de crèmes dans la mer. Oui mais quelle histoire vous narrer ?

Inhumain…, rétréci…, sans aucun lendemain

Déjà avec cette intro et ce titre, vous sentez le côté festif vous envahir, ne me remerciez pas, c’est l’été après tout … Faut rigoler ! Un sujet me tient à coeur encore plus que faire un tour de chant « Tribute aux Soeurs Goadek », celui de l’enfermement.

Alors on aborde souvent le sujet de l’enferment mental ou émotionnel dans nos articles, mais on n’a jamais pris le temps ni la peine d’aborder les enfermements bien moins métaphoriques.

Vaguement j’ai dû faire allusion à la prison corporelle, celle là je la connais bien, mais en 6 ans, pas un seul article n’a été consacré à la prison. La pénitentiaire, celle où on met les messants (eux) pour que les zentils (nous) vivent sereins et heureux, encore plus que Charles Ingels après que la grêle ait défoncé sa récolte, que sa fille aînée ait perdu la vue pendant que son fils adoptif se défonçait à l’opium…Where is Caroline, d’ailleurs ?

Un jour je vous parlerai de ma profonde passion pour la petite maison dans la prairie, promis. Vous allez voir, c’est très drôle aussi.

Donc on va parler prison, zonzon, mitard et autres « fariboles »

Le hic, c’est que parler de prison quand, de fait, tu n’y a séjourné que 48 heures, c’est pas super simple. Comme un petit manque de crédibilité. Autre écueil, les « braves gens » n’en ont strictement rien à foutre.

« Ben ouais, merde quoi, y a que les criminels en prison, faudrait quand même pas imaginer qu’ils soient au Carlton. »

Passons déjà sur le fait que le Carlton est très surfait, hormis sa vue gigantesque, son petit déj titanesque et sa literie plus douce que le cul d’un nouveau né. Donc le Carlton, c’est has been. Passons aussi sur le fait qu’être privé de mouvement et de toute capacité à faire le moindre choix n’est pas la chose la plus facile à vivre au monde.

Oui, ça vous vous rendez pas compte mais en gros, quand tu es incarcéré, le seul choix que tu as c’est de pas en avoir. Tu ne choisis pas tes « kamarades », ton horaire pour aller voir les oiseaux, te lever, te laver, ni même te coucher. Bon, tu ne choisis pas non plus ta bouffe, tes fringues, qui tu peux voir… En gros tu as le choix de ne pas choisir.

C’est un peu comme si tu étais hémiplégique mais en étant valide … Et ouais, c’est super fun.

J’aimerais qu’un jour on s’interroge sur l’impact neurologique qu’a l’empêchement psy alors qu’on a la capacité physique, et inversement.

Vous me direz en hurlant :

OUI MAIS C’EST DES MESSANTS !

Et oui … mais non ! Car la plupart des détenus (un peu moins de 68.432 en 2017) ne sont pas des condamnés (48.934 en 2017) mais des prévenus (19.498 en 2017, soit 35% de la population carcérale totale) et que, jusqu’à nouvel ordre, ils sont présumés INNOCENTS !

Chiffres et détails issus de justice.gouv.fr

Mais ça, tout le monde s’en fout. Idem pour les conditions d’incarcération, de vie ET de … comment ils appellent ça… Ah oui, les conditions de réinsertion dans la vie « normale ».

Déjà on s’en fout quand il s’agit de nos pov’ handicapés, alors vous imaginez que des messants criminels, dont 35% sont présumés innocents, le brave peuple il s’en tamponne le coquillard ! Il a d’autres chat à fouetter, le bon peuple ! Il a ses impôts à payer, le bon peuple… Ses impôts dont une partie permettra de construire des prisons avec des matons, plantons et autres troufions (à défaut de construire des écoles…)

Alors je me suis dit, plutôt que faire un dossier austère, ce qui ne sert à rien, tu vas donner la parole à ceux qui sont de l’autre côté du mur et reproduire un texte que tu vas choper dans l’Envolée.

Oui mais voilà, ce sont des textes pleins d’émotions.

Des textes accusateurs, pleins de désespoir, autant de choses que la mauvaise bonne conscience des braves gens peut aisément récupérer et mettre dans la case « ouais, ça c’est ce qu’y disent mais en vérité c’est pas comme ça ».

Et ouais, y a pas plus con que celui qui veut pas comprendre.

De l’autre côté, les braves humanistes (attention aux -istes et aux -ismes les ami.e.s) vont pleurer à chaudes larmes avec les détenu.e.s (présumés innocents ou pas), certains vont renforcer leur ulcères mais au final, ces gens là sont déjà de parti pris.

Perso, ouvrir les yeux des gens qui sont réveillés, je vois pas l’intérêt…

J’étais dans une impasse… Je lisais le dernier numéro de l’Envolée – Vous pouvez vous abonner et les soutenir pour 15€ par an – quand à la toute fin je suis tombé sur cette lettre et ce texte.

Un peu plus touché que par les autres, j’ai simplement eu envie de lui dire, à cet autre, que le message avait été entendu, lu, qu’il existait, au delà des murs, des prisons où nous nous mettons, nous, les gens libres. J’ai bêtement pris mon clavier et je vous partage ce microscopique bout de cet humain qu’on nie, qu’on oublie. Ce que vous en ferez, comment vous le prendrez, j’en sais rien. Mon seul souhait : que plus aucun humain ne soit ainsi rétréci (chanson le Mitard), que plus personne ne soit seul entre 4 murs.

grille prison

Centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe,le 2 avril 2018.

Bien le bonjour à vous, je viens de recevoir L’Envolée qui m’a fait plaisir à lire. C’est important pour moi de vous écrire ces quelques mots, car le cœur est très lourd, mes amis ! Au nom de la loi, au nom de ce peuple Français, au nom de la vie, au nom de Dieu et au nom de la justice, brisez votre silence.

J’ai porté plainte deux fois et je reste sans réponse ? Je voulais tout simplement dénoncer toutes ces injustices que je vis à Condé depuis trois ans :

j’ai subi des violences qui ne sont en aucun cas justifiées ! Oui, j’ai écrit à tous les médias des instances concernées, mais en vain ! Tout le monde se
soutient et se couvre, et moi je subis sans un mot, sans un cri.

Je suis très malade avec deux stents dans le corps, des problèmes de coeur ; je ne pèse plus que 45 kg au lieu de 70, alors je ne sais pas jusqu’à quand je tiendrai le coup !

J’ai posé une demande d’aménagement de peine, refusée, une demande de transfert près de ma famille avec des justificatifs qui reste sans réponse depuis neuf mois ! Ma famille souffre plus que moi ; ça fait vingt-cinq ans qu’ils me suivent partout en France. je cherche tout simplement à comprendre le sens de ma peine !

J’ai cinquante ans maintenant, sans femme, sans enfants sauf une famille en or qui me soutient et m’aide un peu. Bref ! C’est juste pour vous dire que j’ai besoin d’aide ; aidez-moi et le ciel vous aidera.

Je vous envoie deux, trois textes de moi, si vous voulez bien les publier dans le prochain numéro, vous en trouverez bien d’autres sur  « Ban Public« .

J’espère que ce petit coucou vous fera plaisir et vous trouvera en paix. Je vous laisse là pour cette fois, et bien au plaisir, j’espère. Après tout, la vie a de la joie et du plaisir à offrir…

Julien Hadbad

LES RATS ET LES HOMMES

Que crèvent les Rats
Que crèvent les Hommes
Qu’ils envahissent la terre
et polluent l’atmosphère.

Ils s’entassent dans des clapiers
autour des grandes villes enfumées
Ils sont partout les Rats
debout assis par terre et à terre
Ils sont partout les Hommes
debout assis par terre et à terre.

Ils ne respectent plus rien
ni le ciel bleu d’azur
ni les animaux dans la nature.
Les Rats comme les Hommes
détruisent tout sur leur passage.

Ils sont trop nombreux.
Ils veulent de la place pour
mieux respirer l’air pollué et
crever près des usines chimiques
résultat d’un désastre annoncé
d’une fin imminente
équation probante.

La planète doucement se meurt
sans rien dire, sans un mot, sans un cri
ainsi va la vie qui s’éteint
nous n’avons plus rien à faire
sur terre… cette terre.

Il faut plier bagages
car déjà arrive l’orage.

Julien.

Au pays des fleurs…

Liens & autres festivités

Les PPP – partenariat privé public : un petit topic là dessus sur STRABIC. Pour info et pour finir de rire, c’est ce qui va arriver dans les écoles Marseillaises grâce à la gouaille méridionale de notre bon maire « Jean Luc Gaudin Skywalker ».

Les établissements pénitenciers, quelques chiffres. Plus d’info sur Justice.gouv.fr et en pdf en cliquant sur : penitenciaire-bilan_janvier_2017

Pour la forme : les établissements pénitenciers (188 en 2017, dont 58 en PPP) en France peuvent se séparer en 2 grandes familles, les MA (maisons d’arrêt), 86 en 2017, pour les prévenus (présumés innocents) et les détenus de courte peine (moins d’un an). Et 94 « établissements pour peine » dont 6 MC (maisons centrales) pour les détenus très très messants et 27 CD (centres de détention) pour les moins méssants m’enfin pas zentils non plus.

L’Envolée : un site, une radio et plein d’autres choses relayées ou bâties sur un journal papier qui paraît quatre fois par an. Il publie les lettres de prisonniers que nous recevons, des comptes rendus de procès auxquels nous assistons, et des analyses sur la société et ses lois.

Illustrations : Header par lacloture.ca – middle par lenvolee.net – Bottom par inconnu (de moi)

A voir & découvrir

Carceropolis / Ban Public

Plus jamais seul entre 4 murs : Chronique des humains rétrécis

Renaud

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans. J'anime des conférences / rencontres en essayant d'amener chaque fois un autre regard, une autre manière d'être et de vivre le monde qui nous entoure. Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l'harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
laurence Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
laurence
Invité
laurence

Haaaa… le monde pénitentiaire… tellement de chose à dire… mais comme tu le dis si bien, tout le monde s’en fout! Quand tu rentres là, tu n’es plus un être humain, tu n’es même pas un animal… tu es… oublié, porté disparu. Tu traverses un monde parallèle avec d’autres lois, d’autres dogmes, d’autres justices et injustices. Et quand je dis « Tu rentres » je parles des détenus, mais aussi de toutes les personnes y travaillant de prêt ou de loin. Educs, Ass, matons, profs, agents administratifs ou big boss de la pjj… bref, c’est comme si quand on passe aux détecteurs… Read more »

Font Resize
Contrast
×

Panier