Les 5 SAISONS DE L’ÉNERGIE : L'HIVER, le NORD énergétique est la jusqu'aux alentours du 20 Janvier. Il demande de la Simplicité, revenir à l'essentiel des choses, des rapports, de la vie. Il montre la structure de toutes choses et nos failles. Il fait face au vide et nous expose nos peurs, espoirs, croyances. Le NORD oblige à faire des choix simples et pragmatiques car en lien avec The E.N.D. C'est la CONNAISSANCE SILENCIEUSE + d'info ici

En tant que « visiteur » vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

Nos forums sont tous modérés c’est donc normal que vos publications n’apparaissent pas instantanément.

Le jugement de valeur est plus que mal venu sur notre site et nos forums. D’ailleurs toute position morale sera châtié avec la plus grande fermeté. On peut donner son avis sans pour autant juger…

Lachez vous ! Vous utilisez un pseudo !

Soyez fou : exprimez vous !

Posez vos questions, exposez vos points de vues.

Notifications
Retirer tout

Spiritualité, chamanisme et sexualité, mettons les pieds dans le plat !


HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 50
Moderator
Début du sujet
(@charlie)
Jedi
Inscription: Il y a 3 ans

Ah le sexe ! On en parle jamais assez je crois. Et sitôt qu'on parle spiritualité, chamanisme, éveil de conscience, le sexe devient vite un sujet tabou, dont on ne parle pas. Et pourtant, y aurait à dire, je crois...

Dans un échange autour du travail en groupe, le sujet est arrivé sur le tapis.

Je crois comprendre que sur ce forum, certains pratiquent l'abstinence totale, pour ne pas perdre d'énergie

Moi, à l'inverse, je suis pute virtuelle, et pourtant, la spiritualité et le chamanisme font partie intégrante de ma vie, et je dois même dire que pour moi, le sexe est un merveilleux outil d'exploration, de compréhension et de libération.

C'est mon thermomètre, selon le rapport que j'ai à ma sexualité, je vois où j'en suis de la Morale, de l'importance que j'accorde à la définition de moi, de mon autocontemplation, de l'attachement à mon histoire personnelle.

Très très souvent, on attribue à la sexualité plein de trucs qui ne lui appartiennent pas, on l'accuse de tous les maux, et on y planque joyeusement toutes ses intentions cachées, ses espoirs, ses hontes, etc..

Par exemple, très souvent, on raccourcit et interprète les bouquins de Castaneda et les enseignements de Don Juan, par rapport à la sexualité, en : le sexe, faut arrêter, ca fait perdre de l'énergie et quand on est un rêveur faut surtout pas baiser.

Heu... c'est écrit nul part en fait...

Ce qui est écrit, c'est que Don Juan dit à Castaneda : toi, pour l'instant, le cul avec une sorcière, c'est niet. C'est quand même pas du tout pareil !

Et, faut que je retrouve le passage, mais de mémoire, il explique que c'est avec l'énergie sexuelle qu'on a un peu de contrôle sur le déplacement du point d'assemblage. Donc une modération, je dis bien modération, dans le cul, permet d'avoir plus de contrôle sur le déplacement du point. 

En gros, baiser n'empêche pas de rêver, mais utiliser son énergie sexuelle pas que pour baiser, permet d'avoir plus de controle sur ses rêves. Hey, c'est quand même pas la même chose, non ?

Donc voilà une brève introduction pour lancer le sujet brûlant, ou pas, de la sexualité, et de votre rapport à vous entre sexualité et spiritualité.

Répondre
Étiquettes du sujet
19 Réponses
5 Réponse
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 3 ans

Vénérable maître
Posts: 146

A titre personnel j'ai pris conscience de l'ocean d'énergie interieur et de mon champ d'énergie en baisant, très bonne baise d'ailleurs, donc je ne vais pas cracher dans la soupe ou alors pour lubrifier.

Par contre trop de baise = faiblesse ça c'est clair, après ce qui est trop pour un et peanuts pour l'autre, et ça change même en fonction de E=mc², du temps, de l'humeur, de la minute.

La modération a ceci de troublant qu'elle fluctue à tout instant. Autre chose troublante pour les adeptes des dogmes, la modération peut-être véhémente, intense et fulgurante (dans un sens comme dans l'autre) car la modération n'est pas l'absence mais un mélange de non attachement et de contrôle. Parfois hurler est une modération de l'envie de meurtre.

Qui plus est sur les péchés (je sais jamais comment ça s'écrit) capiteux 😉 vaut il mieux un cancer del a prostate ou des ovaires à force de ce serrer le kiki parce que tartanpion il l a dit ou éructer un bon coup et passer à autre chose ? La réponse ne peut être qu'individuelle bien sur

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Moderator
(@charlie)
Inscription: Il y a 3 ans

Jedi
Posts: 50

Ah c'est clair que la sexualité est un super moyen d'accéder à l'immensité, en nous et en dehors

C'est quand même pas pour rien si depuis un paquet d'années, y a des traditions qui mêlent sexualité et spiritualité, tantrisme, voie d'isis et d'osiris, pour n'en citer que deux

Perso, c'est en vivant une double pénétration que j'ai accédé à l'amour inconditionnel, à l'immensité de l'amour de la Vie et du monde !

 

Après, comme tu dis, on n'est pas tous logés à la même enseigne, et surtout, la sexualité est un accès, un moyen, mais pas une fin en soi, je crois.

Sinon, on se retrouve prisonnier, attaché, dépendant, et ce qui peut être un formidable outil de libération devient une prison. 

Comme à chaque fois qu'on confond l'outil, et ce à quoi il permet d'accéder. 

S'en rappeler permet de replacer la sexualité à sa juste place. C'est simplement un outil, pour se connaître, découvrir soi, l'autre, s'amuser, explorer.

On diabolise pas les voyages, le rêve, la littérature, etc... qui peremettent exactement la meme chose, donc...

Comme à chaque fois, le seul problème, si problème il y a, ce n'est pas l'outil, c'est celui qui s'en sert, comment il s'en sert, et avec quelle intention surtout !

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
 Jane
Moderator
(@jane)
Inscription: Il y a 3 ans

Jedi
Posts: 58

Merci Charlie pour ce post !

Le sexe devrait être quelque chose de très simple et on l'a rendu très compliqué. On fait intervenir beaucoup plus qu'une chatte ou une bite, on vient foutre dessus de l'émotion, du pouvoir, de la prise de tête, alors que c'est juste du plaisir.

Je ne dis pas que c'est simple de juste avoir du plaisir, (je serais très mal placée pour ça, vu que c'est seulement après 30 ans que je me suis autorisée à avoir un orgasme) mais que déblayer peu à peu tout le parasitage qui n'a rien à foutre là, permet de replacer le sexe à sa simple place : goûter le plaisir, partager, découvrir et surtout s'amuser.

On ne fait pas de problème parce qu'on aime ou qu'on n'aime pas marcher, non ? Mais on réussit à se faire des vrais problèmes parce qu'on aime "trop" ou "pas assez" baiser....c'est vraiment étrange l'être humain...Les végétaux, c'est plus simple, ils foutent leurs organes sexuelles sur le devant de la scène et tout le monde vient butiner, pas de recherche de pouvoir ou de volonté d'être aimé, juste visité. Et même les bipèdes viennent mettre leur nez dedans et en offrir à leur belle-mère, j'adore 🤣 

Encore une fois, je ne dis pas que c'est simple, mais que c'est vraiment important de tendre à en faire quelque chose de simple. Imaginer ce qu'on oserait jamais faire, ça peut être un excellent moyen d'accéder à plus de simplicité et d'amusement, ça enlève de la gravité au sujet !

Et du coup, comme dans le titre y a les mots : Spiritualité, chamanisme et sexualité eh ben je dirais qu'ils sont tous entremêlés. Si on sépare, si on cloisonne, on s'éloigne du vivant. Donc le sexe fait parti de ma vie, au même titre que la spiritualité et le chamanisme. Des ponts existent entre tous les trois et je ne me prive pas d'arpenter tous ces chemins à la fois.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Moderator
(@charlie)
Inscription: Il y a 3 ans

Jedi
Posts: 50

Mais je suis totalement en accord avec ce que tu dis !

Effectivement, on colle tellement de trucs sur le sexe, qui n'ont rien à voir avec le sexe, justement !

Et merci, j'avais pas capté qu'effectivement, chez les végétaux, les organes sexuels sont offerts au monde entier, même au nez de la belle mere !

J'adore !

Soyons des fleurs alors ! En plus c'est cool, contrairement aux fleurs, on peut choisir qui nous renifle !

Quoi que, si je dis pas de conneries, chez certaines plantes, elles choisissent, grâce à des schémas de phéromones, qui vient les butiner, etc....

Bref, soyons simple, dans  le cul, et dans le reste !

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Customer
(@jlien7)
Inscription: Il y a 2 ans

Jeune Jedi
Posts: 37

Ce qui ressort de ce sujet, dans le fond, tiens en un mot: culpabilité.

Voilà bien le ressentiment collant qui se dégage de la chose, tapis dans l'ombre de notre sois-disante modernité, les relents d'une éducation morale transgénérationnelle. Dans la forme, il n'y a plus de coup de martifouette à genou devant le petit jésus mais le besoin de légitimer ou de s'(auto)justifier, par exemple.

Si je louche toute la soirée sur le décolleté de mon interlocutrice, est-ce bien ou mal, pour un type spirituel (lol), de la réduire ainsi a ses mamelles ? Certes, cela peut largement faire l'objet d'une remise en question. Qui est donc le maître à bord, moi ou mes hormones ? Et quelle forme de relation au monde cela induit-il ? Ce qui pourrait nous amener loin 🙂

Mais dès que mon sentiment implique un rapport à la faute (bien ou mal) alors on entre sur ce terrain de pénitence envahit par les ronces.

Comment donc concilier nos vies sexuelles d'animaux, à l'imagination débridée, avec le chemin du guerrier ? Certainement pas en mettant nos corps génitaux sous une burqa mentale. Là seulement ce serait incompatible. Comment se permettre d'ignorer cette force faramineuse de notre organisme et aussi combien elle nous influence ?

Pour ce qui est de l'acte sexuel en lui-même, je me la complique pas, je le vie d'abord comme Renaud l'a parfaitement résumé ("c'est con, c'est bon et on devrait y penser comme d'aller jouer aux cartes"). Il y a même des jours ou je trouve ça sans interêt, et d'autres jours ou j'y vois de la violence. Cependant, la démarche qui m'appel m'invite à ne rien exclure. Tout est à intégrer (paradoxe).

(Ok...Ok, il y a bien les raviolis en boîtes, la musique traditionnelle mexicaine, les jean skinny et pleins d'autres trucs à chier quand même 🙂 )

Si devenir responsable de ses actes à du sens pour nous, le sexe en est un. Chacun est libre de mener sa vie comme il l'entend, s'il l'entend. Envisager le sexe comme une exploration de soi et de la sensation ne devrait effectivement pas manquer d'intérêt pour l'homme ou la femme qui chemine. Déboucher la circulation de l'énergie sexuelle n'est pas une expérience anodine, surtout pour les peines à jouir que nous sommes.

Y a aussi la version: masturbation réciproque (plaisir qu'on se donne par corps interposé) qui se termine par un relâchement nul de la tension. 

La force sexuelle n'est pas qu'une histoire de cul mais de monde en érection.

A bon détendeur.

 

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 37
Customer
(@jlien7)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 2 ans

Un sujet intitulé: la sexualité, l'œuvre de Satan (m'habite) ?

On y parlerait des bonnes manières au lit entre époux ? Des vœux de fidélité contractuelles ou de chasteté cancérigène ? Des techniques pour allé pisser sans se toucher la zone honteuse et comment tourner le regard sans en mettre partout ?

Ce genre de truc ?

Faut-il en passer par là pour dire que le cul, en fin de compte, c'est pas grave et qu'il n'est pas obligatoire de se voiler la ceinture équatoriale pour être respectable. Mais carrément ! c'est même le Bonbon sur la Garonne 🙂

Le problème avec la morale c'est que c'est surtout celle des autres. Plus ils sont nombreux et plus ils pensent qu'elle est universelle voir d'origine divine.

Ce n'est pas tout à fait à cela que je pensais mais je veux bien te suivre dans ces ronces si j'ai encore d'autres choses à dire sur la question (pas sûr).

Répondre
1 Répondre
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 3 ans

Vénérable maître
Posts: 146

Lol et en plus tu cites Ferré,  tu a bite chez tes tes parents ?  non parce que sinon je t epousaille

Blague à part je suis tout à fait d accord avec toi le sexe c est comme la cuisine et le reblochon c est tres con, tres bon et on devrait y penser comme une partie de carte

Répondre
Renaud
Posts: 146
Admin
(@renaud13)
Vénérable maître
Inscription: Il y a 3 ans

Si seulement... d ailleurs au passage la posture du maitre dans un jeu DS (domination soumission ) demande à celui ci d etre totalement à l ecoute du soumis

Sinon c est juste un sadique à la Sade, un vrai petit tyran sommes toutes, donc utile 😊

Répondre
Zaïnan
Posts: 19
Customer
(@windofspirit)
Padawan
Inscription: Il y a 2 mois

Bon ben je me lance 😤 

Alors qu'es ce que représente pour moi le sexe?

Au début, je voulais plaire et être performant. La 1er fois c'était pendant le service militaire, j'avais 19 ans (je sais, j'ai eu du mal à lâcher mais action joe).

J'étais plus consacré sur l'heure (endurance) que sur la fille et ça ne me posait pas de problème (élevé aux pornos)

Avec le temps et l'expérience je me suis rendu compte que prendre du plaisir c'était bien mais en procurer c'était encore mieux.

A force de penser à l'autre, j'ai commencé à m'oublier et le plaisir que j'aurai du avoir, ben je l'avais plu ou partiellement.

J'ai mis du temps avant de comprendre que le problème venait de moi et mon besoin de la satisfaire à tout prix au détriment du mien.

Ca à durer des dizaines d'année et usé quelques relations avant que je comprenne qu'il y avait peut être une autre façon de l'appréhender.

Je n'ai pas trouvé de réponse dans les livres de Castanéda mais lors de mes cours à l'IFAPP et avec ma psy.

Je présentais tout les symptomes d'un bon hystérique :

         - Le Don Juanisme (rien à voir avec Don Juan) qui drague sans relâche sans parfois aller jusqu'au bout car ce qui le motive c'est la séduction et se sentir désiré sans forcément passer à l'acte.

         - Le Casanova lui c'est le performeur, l'acteur porno qui enchaine les positions et les rythmes endiablés afin de Madame soit satisfaite et lui dise au coin de l'oreille que c'est le meilleur coup qu'elle est eue.

Pour ce qui s'intéresse à la Psychanalyse, cette fixation est surtout présente dans le stade phallique (complexe d'Œdipe) mais à des ramifications au stade oral (défusion à la mère) et en 2ème partie du stade anal (besoin de contrôle) pour faire court.

Voila! Je lance la balle à qui la réceptionne.

 

 

Répondre
3 Réponse
Arnau
Customer
(@mcadilhac)
Inscription: Il y a 2 ans

Jeune Jedi
Posts: 45

Jajajajaja de l'organisme pluricellulaire à la sexualité, merci la vie d'avoir bifurqué il y a un milliard d'années ! C'est pour renouveler la diversité génétique des lignées ça ! 🤣 

Le cul, on se met à nu et on saute dans le vide du sans fard et de l'être ; pratique très initiatique !

Répondre
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 3 ans

Vénérable maître
Posts: 146

Je vais pas faire ta psychanalyse, tu as pas besoin de moi pour ça mais je vais utiliser un bout d'une de tes phrases, au tout début : "Au début, je voulais plaire et être performant"

C'est un des drames de la sexualité qui est assez commun : on en fait un outil de chasse

Chasse à l'amuuuuuur, chasse à l'attention, chasse à la validation de notre JE par une personne qui n'est pas nous, chasse au confort physique, émotionnel, egotique, spirituel (sucer le gourou et vous serez béni, oui, oui !), en gros ce qui pour l'humain moderne devrait être un passe temps agréable, car 99% de notre sexualité n'a pas pour but la reproduction, devient une transaction énergétique avec un enjeu largement au dessus de la ceinture.

Si en plus on fout au milieu des conneries comme le titre de propriété marital et papounet mamounette voir frangins / frangines ben pas étonnant que 99 fois sur 100 tout le monde s'emmerde en baisant

car oui les mecs meme si vous faites splouch, que vous éjaculez, c'est pasp our autant qu'il y a plaisir autres que celui d'évacuer mais qu'on peut obtenir très facilement en pissant ou en caguant au passage

Répondre
lorenzo
Auteur
(@laurent)
Inscription: Il y a 3 ans

Padawan
Posts: 17

Ça ne m'étonne guère qu'il y ait peu de réponse dans Castaneda sur la sexualité. Pour avoir vécu dans la sphère de la mystique chrétienne il n'y avait pas grand chose à se mettre sous la dent dans la littérature spiritualiste.

Un peu plus dans Gurdjieff et dans Jodo mais pas très explicite.

Dans les bouquins de Mantak Chia, c'est orienté sur la préservation de l'énergie, pas très excitant non plus !

Je me dis que le sexe étant fait comme il est fait c'est quand même un organe super agréable. Je passe beaucoup de temps à m'occuper de ma bite et c'est bien bon. C'est d'ailleurs une de mes passions favorites que ce soit en solo où dans le partage. 

Pourquoi la création ou Dieu ou peu importe comment on le nomme aurait créé une partie de notre anatomie si agréable pour qu'on se prenne le choux avec ? C'est pas sympa de sa part ! 

Répondre
Merwan
Posts: 6
Customer
(@merwan)
Jeune padawan
Inscription: Il y a 2 ans

Merci pour ce sujet et pour vos échanges, c'est cool de trouver un endroit où on peut parler de sexualité ouvertement ☺️ Le sexe est un des domaines de nos vies où on a le plus de mal à lâcher le contrôle, les "je veux", et pourtant qu'est-ce que c'est bon quand on arrive à baiser ou se masturber sans contrôle ni jugement ! Et au delà du pur plaisir, la sensation d'accéder à un océan d'énergie, pour paraphraser Renaud, est juste magique.

Du coup ça me semble cohérent quand Don Juan dit que l'énergie sexuelle permet d'avoir du contrôle sur les déplacements du point d'assemblage (contrôle n'a évidemment pas le me sens ici que dans la phrase précédente), rapport à l'océan d'énergie.

J'ajouterai que le sexe est aussi un moyen de communication, avec soi, avec ses partenaires, et même avec l'esprit, si si! Et du coup ça veut dire qu'on peut nettoyer ce lien de communication (faut astiquer, qu'il a dit !), le nettoyer des couches de morale, de peur et de jugement, pour en faire qqch de simple et fluide.

Personnellement j'ai une libido très variable, je peux passer plusieurs mois où je vais avoir envie de baiser qu'une fois par semaine voire moins, puis plusieurs mois où ça va être tous les jours. Et bizarrement c'est dans les phases moins actives de libido que j'ai plus tendance à me laisser aller à juger ma sexualité, ma performance, ma masculinité, car les gens ils ont dit qu'un mec un vrai ça doit bander dur et faire jouir sa copine tous les jours. Et pourtant c'est aussi dans ces phases moins "actives" que j'ai vécu les baises les plus intenses que j'ai connu, quand le sexe n'est pas pollué par le jugement et le besoin de contrôler. Ce n'est pas du tout pour dire que c'est bien de pas baiser trop souvent, bien au contraire, foutons-nous la paix avec le sexe, et soyons juste à l'écoute de notre corps, de notre énergie !

Répondre
1 Répondre
lorenzo
Auteur
(@laurent)
Inscription: Il y a 3 ans

Padawan
Posts: 17

un mec un vrai ça doit bander dur et faire jouir sa copine tous les jours.

Dans la mesure du possible, bander dur c'est quand même souhaitable. Mais j'avais un copain de classe qui bandait mou à 18 ans déjà. J'ai l'impression qu'on nous a bien conditionné avec cette histoire de bander sur mesure et sur la taille de la quéquette.

A l'adolescence j'ai vérifié, en équipe, que javais une bite standard. J'en ai pas fait une dépression nerveuse. J'ai essayé quelque temps de l'allonger en tirant dessus, mais comme la flemme prend le dessus au bout d'un moment ( assez rapide ) je n'ai pas pu vérifier si ça pouvait marcher. En fait, on a pas besoin d'allonger sa bite ou de bouffer des trucs pour qu'elle durcisse à volonté. Si on arrêtait de vouloir dominer notre nature ( notre corps et la planète)!

La même tendance flegmatique fait que je vois pas l'intérêt de baiser tous les jours. Que c'est hyper perso. Que la libido est variable. Qu'on a pas tous le même besoin dans ce domaine.

Le problème du discours mâle sur la sexualité c'est qu'il érige des dogmes de performance ( taille du zizi, nombre de coup à faire, obligation à lâcher la purée, croire qu'éjaculer c'est le graal, croire que la femme est satisfaite parce qu'elle pousse des HAaa ou des Ouiiiiii ). Et le point de vue des filles ? Et leur véritable besoin ?

Répondre
Arnau
Posts: 45
Customer
(@mcadilhac)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 2 ans

Beaucoup a déjà été dit, j'ajouterais juste que la sexualité me semble être ce qui nous rattache le plus à notre nature animale, à cet impératif de reproduction, au bon vieux cerveau reptilien plaisir/mort. C'est peut-être pour ça que ça a tant effarouché les catholiques et consorts icariens. Enfin ça et peut-être aussi que la sexualité renvoie à la connaissance directe (en hébreu, connaître et baiser sont le même mot), alors c'est chiant pour les intermédiaires en soutanes.
Et puisqu'on touche là à cette nature animale, bien matérielle, j'aurais plutôt tendance à m'y jeter dedans pour sublimer la chose (ou pas selon le moment) plutôt que fuir le chocolat.
Quant à la question énergétique, je pense que rien n'est immuable dans ce domaine, le sexe peut être un formidable outil pour se jeter dans le vide et autre, comme être une débauche d'énergie sans intérêt, mais bon sur le chemin du guerrier, on devrait pouvoir faire la différence et dans ce cas au moins assumer quand ça arrive.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 60
Moderator
(@lola)
Jedi
Inscription: Il y a 3 ans

J'aurais certainement pleins de truc à dire sur le cul, la voie... Que ce soit d'assumer d'aimer le cul ou assumer de suivre cette voie, ben c'était pas gagner et ce n'est pas encore toujours fluide.
Autant l'un que l'autre nous demande de nous mettre totalement A NU, à poil, sans masque, sans fard, de prendre le risque d'être vu et de se voir dans son plus simple appareil.

Que ce soit à 4 pattes en criant "plus fort", que ce soit quand on est médiocre, que ce soit quand on aime, quand on est triste, joyeux, excité, mesquin, haineux, pouilleux, merdeux, beau, généreux, honnête, con, chiant, bête, intelligent, sensible, dure, etc...

Les 2 nous demandent de nous mettre à nu et de se laisser être. C'est pour ça que c'est bien dommage que souvent les 2 soient séparés car en général notre rapport au cul nous dit beaucoup de choses sur notre rapport à la v(o)ie.

Répondre
3 Réponse
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Customer
(@lilou06)
Inscription: Il y a 2 mois

Jeune padawan
Posts: 3

Très intéressant comme sujet, merci d'avoir partagé vos différentes visions, ca m'a beaucoup apporté. Pour ma part, je pense que le sexe n'est ni bon ni mauvais, il n'est ni histoire de religion ou de morale. En effet, comme le disent  les sorciers, c'est juste une histoire d'énergie. La fonction du sexe ici-bas sert à la reproduction mais il a une autre fonction bien plus importante, rêver. C'est avec l'énergie sexuelle que nous rêvons principalement. Il vaut mieux s'abstenir pour pouvoir rêver, accéder à d'autres mondes. Les sorciers disent que certaines personnes peuvent baiser et rêver car elles disposent d'une grande quantité d'énergie mais cela reste très rare. D'ailleurs, les sorciers, aussi puissants soient-ils ne baisent pas, ils préfèrent conserver cette énergie pour voyager. Si, Castaneda dit bien qu'il est préférable de s'abstenir, soit dans ses livres, soit dans les conférences qu'il a donné, je ne sais plus mais je l'ai clairement lu. Il dit aussi que les gens sont prêts à entendre beaucoup de choses mais dès qu'il parle d'abstinence sexuelle, l'égo se met en place et les gens se défendent, se rebellent. Alors, il lâche l'affaire et répond en gros, ok, baisez tant que vous voulez, vous avez raison...      Personnellement je préfère m'abstenir même si mon capital énergétique n'est pas mauvais et je pense qu'on devrait tous essayer de s'abstenir car humblement, on n'est pas assez puissants pour baiser et devenir des guerriers. Et pour les femmes, le sexe est encore plus" dangereux" dans le sens où nous nourrissons chaque homme avec qui nous avons couché toute notre vie! Normalement, 7 ans d'abstinence suffisent pour que les liens énergétiques se rompent d'eux-mêmes mais comme disent les sorcières, c'est quasi mission impossible dans ce monde de ne pas coucher pendant 7 ans. On dit beaucoup et on constate que les femmes vieillissent mal au contraire des hommes qui eux vieillissent bien, en voici la raison...                                           Après, je ne juge personne, chacun voit midi à sa porte et puis moi-même, il m'arrive encore de craquer, c'est dur de résister à l'envie sexuelle, je ne suis qu'un être humain ordinaire qui fait ce qu'il peut mais je sens que les sorciers ont raison, qu'il y a du vrai là-dedans, il serait préférable de s'abstenir.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
 Jane
Moderator
(@jane)
Inscription: Il y a 3 ans

Jedi
Posts: 58

Merci pour votre message, il aborde énormément de points sur lesquels rebondir.

Concernant les liens énergétiques, je pense que le sexe n'est pas la seule interaction dans laquelle on "perd" de l'énergie (encore un sujet pour le forum !), ce qui voudrait dire que pour être un sorcier-guerrier-pelerin, il vaudrait mieux s'abstenir de côtoyer des gens. 

Pour ma part, j'ai choisi de ne pas m'isoler (l'isolement étant pour moi, un de mes bons gros comportement fondateur) et de plutôt entrer en interaction pour comprendre, sentir, m'informer des mécanismes qui sont a l'oeuvre quand mon corps-champ d'énergie-âme-ego croise un autre être humain.

Sans interaction je ne verrai pas mes attentes, mes peurs, mes désirs, mes frustrations etc.... au contact de l'autre. Ce qui ne veut pas dire se laisser-aller, par exemple, à poursuivre une interaction alors que je sais pertinemment que je suis en train d'être extrêmement complaisante avec moi-même parce que j'ai juste peur que l'autre ne m'aime pas si je lui dit tchao.

Pour moi le sexe fait parti des interactions, il me permet de me voir, de jauger où j'en suis de la morale, de la jalousie, de la possessivité, de la peur du regard de l'autre, du lâcher prise,du jugement etc.... Si j'enlève le cul, je m'enlève un champ d'expérimentation, un chemin pour me souvenir de moi-même. 

Pour ce qui est de la perte d'énergie pour les femmes, j'ai toujours fait en sorte que les hommes avec qui je couche ne m'éjaculent pas à l'intérieur, mais ça ne dispense pas d'être très attentive à mon besoin d'appartenance qui pointe facilement le bout de sa queue ! L'appartenance ne se met pas en place que dans les relations sexuelles, elle n'est jamais loin quand on est plus de 1 !

Pas le temps d'échanger sur tout le reste, je vais faire le marché, plus de légumes dans le frigo !

Répondre
Renaud
Admin
(@renaud13)
Inscription: Il y a 3 ans

Vénérable maître
Posts: 146

@lilou06 MERCI, y a plein plein de chose dans votre post, et plein de truc que j'ai partager et cru longtemps mais que j'ai pu vérifier et modérer pour mon propre cas personnel. Je me permet de vous livrer mes conclusions sommaires qui n'ont pas d'autre valeur qu'être le fruit de mon expérimentation individuelle.

dsl le forum prend pas ma réponse alors comme je suis têtu, mais rien qu'un peu, j'en ai fait un pdf

Répondre

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

×
×

Panier