En tant que “visiteur” vous ne pouvez pas interagir sur le . Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

Nos forums sont tous modérés c’est donc normal que vos publications n’apparaissent pas instantanément.

Le jugement de valeur est plus que mal venu sur notre site et nos forums. D’ailleurs toute position morale sera châtié avec la plus grande fermeté. On peut donner son avis sans pour autant juger…

Lachez vous ! Vous utilisez un pseudo !

Soyez fou : exprimez vous !

Posez vos questions, exposez vos points de vues.

Notifications
Clear all

Entre lutte et acceptation  


Laurence
Posts: 46
Moderator
(@lola)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 2 ans

Venant d'avoir une discussion intéressante mais qui m'a fait bruler le cerveau, je lance ici le sujet, le questionnement, juste pour échanger sur nos perceptions respectives de la Lutte et l'acceptation.

Certains vont lier les deux sujets ou les traiter de façons différentes.. Et pour vous? Qu'est ce que la lutte? l'acceptation? Comment selon vous l'un peut impacter l'autre? Il y a t il des luttes "valables" et d'autres non? Doit on tout accepter? 

Et... tatatatatan! Attention! Faut il accepter d'être vaincu pour arrêter la lutte? Mais... ça veut dire quoi être vaincu?

Voilà, je lance le pavé dans la marre, au plaisir de vous lire!

Laurence

Répondre
5 Replies
Avatar
Posts: 22
Customer
(@jlien7)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 7 mois

Pour dire les choses simplement, lutte et acceptation sont deux moments distincts d'un processus qui vise à te faire grandir.

Voilà, voilà, bonne soirée ! Bon...

J'envisage seulement le sujet sous l'angle d'un contexte affectif, qui nous touche dans notre histoire personnelle et nos identifications. Il y a bien sûr d'autres contextes qui me feraient ré-entendre la question, même si, dans le fond, il en serait de même pour ces cas là. Ils sont juste plus délicats. Je pense notamment à une menace physique ou encore celle exercée par un tyran sur les libertés ou dignités sociales.

Au passage, j'imagine que dans un tel forum, la rencontre d'un tyran puisse être perçu comme une chance à saisir, mais là il ne sera plus question de lutte/acceptation plutôt de "stratégie guerrière" (lutte valable?)

Donc si nous parlons bien de mécaniques réactives, lutter signifie pour moi entrée en résistance, en défense et en tension contre une information, une valeur contraire à la sienne ou un reflet de soi désagréable. Bref! je pense à ces instants merveilleux où pris dans nos passions et justifications intérieures ont se tord en essorage jusqu'à l'incapacité de saisir tout message. 

L'acceptation serait le deuil enfin accompli d'une croyance, la seule issue à la crise ou la force de se voir sans faux semblant. Accepter de perdre c'est généralement plutôt pas mal. En plus poétique, accepter de dire "adieu".  Cela arrive quand c'est possible, si on se laisse faire aussi. Sinon ? On redouble sa classe et on doit se retaper tout le programme.

Il y a certes un point de calme intérieur qui une fois atteint, offre sur tout ça un panoramique détaché permettant de comprendre que cesser de lutter est la seule action qui abandonne le train-train de nos peurs. Surtout réaliser combien on se prend au sérieux !

C'est tout l’intérêt apporté par la notion d'équanimité d'ailleurs.

Mais pour celui qui est vraiment équanime, qu'est-ce que perdre ? Et qu'est-ce que gagner ?

Répondre
Renaud
Posts: 64
Admin
(@renaud13)
Jedi
Inscription: Il y a 2 ans
Posté par: @jlien7

L'acceptation serait le deuil

le deuil VOLONTAIRE ! je souligne, pas tellement pour toi @jlien7 , mais très souvent les gens croient accepter alors qu'ils ne sont que résignés. L' ACCEPTATION, qui peut débuter par une résignation est un acte conscient, volontaire, et "joyeux". Il apporte fluidité

Posté par: @jlien7

qu'est-ce que perdre ? Et qu'est-ce que gagner ?

et oui pour que des notions comme ça puisse avoir de l'influence il faut une échelle de valeur aussi petite soit elle

 

LA LUTTE pour moi pourrait se résumer par : regret / remord / refus / désir et ... auto contemplation

Mais attention ne tombons pas dans le travers qui est de s'interdire la lutte, la colère ou autres comme le dit fort bien @jlien7

"lutte et acceptation sont deux moments distincts d'un processus qui vise à te faire grandir."

Donc se forcer à ne pas lutter reviens à lutter contre la lutte ... ça semble stupide mais hélas c'est ce que nous faisons tous

C'est en amont que le travail ce fait. C'est, justement, via le travail avec nos bourreaux, petits ou grands, intérieurs ou extérieurs, que nous avons à chaque fois une occasion de diminuer notre sentiment d'importance personnelle. Au plus ce sentiment diminue au plus les buches qui alimentent regret / remord / refus / désir, la lutte ou sa forme passive apitoiement s'éteignent.

Petit à petit la lutte est affamé et s'eteint plus rapidement au profit de l'acceptation. A un moment donné on peut même jouer sincèrement la personne en lutte en étant un humain dans l'acceptation... (attention à ne pas se mentir)

Posté par: @jlien7

cesser de lutter est la seule action qui abandonne le train-train de nos peurs

Je dirais même plus que l'acceptation est la seule solution rationnelle et constructive face aux desseins de l'Esprit, de la vie. L'Acceptation pure et totale, j'en suis pas là, est la vrai non violence. Car en vérité quelle action ais je sur ma vie mis à part ma présence ? Comment puis je influer sur le médecin qui m'a fait une injection à 7 ans ? COmment puis je influer sur le mec qui me fonce dessus en voiture ? Ou simplement sur la moule avarié dans mon assiette ?

Alors face à la mort qui est partout on peut soit lutter, s'épuiser, et pleurer pour au final crever comme un chien enragé qui aura tiré toute sa vie sur sa laisse soit accepter et sourire de ce qui nous est proposé. Simple mais pas facile, pas facile du tout ... en même temps on a toute notre vie (dont on ne connait pas la date de péremption) pour ça donc c'est cool non ?

 

Répondre
Laurence
Posts: 46
Moderator
(@lola)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 2 ans

C'est marrant ce truc de l'acceptation. Beaucoup on envie de le voir comme de la résignation, comme un truc de hippie qui aurait trop de fumé la gandja et qui dit amen à tout sans rien faire. Alors que l'acceptation au final c'est plus actif que passif. C'est le fait d'accueillir quelque chose en soi. Et bien que cela demande au départ de "juste" laisser entrer... je me dis que lorsqu'on accueille quelqu'un chez soi, si juste on le laisse entrer... il risque de ne pas se passer grand chose ensuite. Cela ne veut pas dire d'imposer les choses à faire mais plutôt de vivre ce qu'il y a à vivre avec cette personne chez nous.

Et pour la lutte, je te rejoins Renaud que la source en général est liée à notre importance personnelle. Qu'on s'en donne beaucoup trop et pas du tout assez, la racine est la même. On croit et on lutte pour ne pas perdre cette importance parce que nos cuirasses sont persuadées que si cette importance disparait, nous disparaissons aussi. Être, respirer, vivre, semble ne pas nous suffire pour nous donner le sentiment d'exister... C'est comme si on avait besoin d'un justificatif, une attestation comme quoi nous existons bien. Du coup on lutte encore et encore pour obtenir cette attestation qui n'existe pas.. Voila voila!

Répondre
Gérôme G
Posts: 31
Customer
(@gerome-gurtvillier30)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 7 mois

J'ai appris beaucoup en m’assaillant aux pieds des arbres et en aidant ma fille à grimper dedans. Les végétaux sont bien plus dans l'acceptation que nous, même si ils ont eux aussi leur lutte dans environnement. Ils ne font pas plus que le nécessaire et surtout, je crois, ils ne veulent ou n'attendent rien. C'est peut-être ce point la qui nous fait défaut ? 

Répondre
Laurence
Posts: 46
Moderator
(@lola)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 2 ans

Les "je veux"... ils nourrissent la lutte et viennent mettre en doute l'acceptation. On est bien dans le thème 😉 Cela fait environ 6 mois que je travaille à observer tous mes "je veux". Et ben... c'est pas joli joli ?  Quand on commence à observer s'est sans fin. Ca va jusqu'au "je veux ne pas vouloir"... ça reste un "je veux". Ou "je veux ne pas avoir d'attentes", là encore... on est pas dans l'acceptation. "Je veux accepter..." Idem. "Je veux m'améliorer" bim! encore! 

Renaud et Sido nous conseille souvent de nous aligner sur les arbres. Je me dis que pour capter cette notion d'acceptation c'est une bonne idée. (vous l'entendez le "je veux" qui commence à murmurer... je m'aligne à un arbre pour... parce que je veux explorer ci ou ça...). Mais quand même il y a quelque chose à explorer, partager avec les arbres. C'est pareil, vouloir arrêter de vouloir ben à par donner mal à la tête, ça fait pas grand chose. Développer sa présence, ouvrir son coeur pour laisser entrer et sortir ce qui peut ce jour là... c'est peut-être un bon début.

Répondre

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

×
×

Panier