Temps de lecture : 1 min

La compréhension ou l’art de ne rien faire avec bonne conscience

Je ne vais pas reprendre ce qui est dit dans la vidéo, bien sûr il y a encore plein de nuances à apporter et j’attends vos réactions avec grand intérêt dans les commentaires (svp pas de mail)


La compréhension des choses nous permet de rassurer notre mental,

La compréhension est un outil indispensable pour nous structurer, en ça elle est nécessaire mais la compréhension n’est certainement pas une fin en soi.

A un moment dans le travail de retrouvailles avec la totalité de nous-même, cette recherche du pourquoi, cette quête de comprendre devient l’obstacle majeur.

Ce chemin est la voie sans illusion, la compréhension, le fait de croire qu’on peut connaître tous les tenants et les aboutissants d’un événement est une illusion qui nous permet de ne pas agir.

Cette recherche de la compréhension permet à notre mental de garder le contrôle, de continuer à se leurrer lui-même sur sa toute puissance.

Chercher à tout prix à comprendre à terme nous empêche de nous envoler, de faire ce qui doit être simplement fait, de l’acte de foi le plus simple et le plus naturel qui est de faire confiance en la Vie.

Avez-vous compris comment marcher quand vous aviez 10 mois ? ou avez-vous simplement marché parce que c’était ce qu’il y avait à faire ?

La Compréhension suit l’Action

compréhensionElle devrait étayer, appuyer l’Action, elle devrait être au service de. Mais bien souvent notre habiotude à rationaliser, à expliquer demeure la seule action envisageable

L’oiseau sait que la cage est ouverte, il comprend qu’il peut s’envoler mais aura t-il l’audace, la foi pour prendre son élan ?

Dans ce cas là notre compréhension ne sert à rien, il suffit juste de s’abandonner, d’accepter de ne pas savoir si on va se croûter en bas de la cage ou si on va faire le foufou avec nos potes dans le ciel.

 

 

 

 

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans.
J’anime des conférences / rencontres en essayant d’amener chaque fois un autre regard, une autre manière d’être et de vivre le monde qui nous entoure.
Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l’harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.

La compréhension, un leurre rassurant

Cet article a 2 commentaires

  1. Oh… yeah !
    Voilà, que dire de plus… !

    Je m’étais dit que j’allais arrêter de mettre des commentaires sur des sites que j’aime bien et qui me parlent carrément, parce qu’après on attend la suite, la réponse, les explications, ça nous amène vers d’autres questions, réflexions… Mais, et en l’occurrence là, c’est difficile quand même de ne pas avoir envie de partager les pensées personnelle ce que cela suscite !
    Alors en plus du ‘oh yeah !’, je partage quand même le fait que ces derniers temps, je me disais : bon voilà, j’ai compris l’essentiel, j’ai la trame pour la suite, j’ai la pêche, etc, mais…… Qu’est-ce qui veut pas, qu’est-ce qui fait pas… ? Qu’est-ce que je cherche encore…, comme validations encore, validation d’acquis par de nouvelles compréhensions ? Et je me commençais à me dire que bientôt, malgré plein de compréhensions, certes absolument nécessaires, j’allais commencer à entrer dans un nouveau circuit de ‘tournage’ en boucle, et finalement ne pas ‘mettre à profit’ les acquis et en rester là.

    Mes autres petites pensées personnelles en rebond à cet article vont vers des penseurs du passé, du moins vers ce que moi j’en ai retenu comme messages essentiels, tel Kant, dans critique de la raison pure.
    Ce que moi j’en ai retenu, et à ma sauce, c’est que Dieu (avec ou sans majuscule, comme on veut) et la liberté, sont des expressions même de la liberté… c’est à dire que si on admet l’idée de liberté, c’est à dire si on admet que des choses puissent être libres (libres : non déterminées par des causes et des conséquences), il faut admettre qu’on ne puisse pas y réfléchir trop longtemps, qu’on ne puisse pas les comprendre. Et, ce qui est beau, c’est qu’on peut quand même effleurer, ressentir l’idée. Quelque chose en nous peut tout de même émettre l’idée, se laisser emmener par ces belles possibilités, et s’en tenir là. Je trouve cela simplement magnifique.

    On m’a parlé de Jung aussi récemment, cela m’a bien interpellée, alors je suis allée farfouiller sur internet, et je vois des échos là aussi : le beau processus « d’individuation », « l’inconscient collectif », les synchronicités.

    Bon voilà, je crois que je ne vais pas aller farfouiller plus que cela maintenant. C’est bon, j’ai fait le plein !
    Ah si, autre chose que je suis allée farfouiller du coup, juste après avoir écouté votre vidéo ici : votre article ‘Vivre au cœur du temps’. Alors je n’ai pas tout compris… mais ça fait toc toc, en plein cœur du ressenti !

    Vous avez du talent pour nous raconter à peu près toujours la même chose finalement, sous des angles différents, sous les angles de nos problématiques humaines du moment.
    Et aussi cela de faire passer des choses simplement, cette vidéo en est vraiment un bel exemple. Merci

  2. 😀 et ben merci 😀
    et oui c’est toujours la même chose et c’est toujours différent pourtant … un peu comme la vie finalement non ?

    Printemps, été, automne, hiver, printemps on ne sort pas de là Après si j’avais envie de me faire des noeuds au cerveau, de me la raconter, ou de faire des trucs super hyper complexe on pourrait plonger dans de la compléxité mais comme disais un professeur tournesol trop de cohérence génère de l’incohérence 😉 et puis un système c’est encore une manière de mettre dans une ptite boite et perso, je pense que le vieux Kant serais d’accord, pour moi la Liberté – e(s)t Dieu – ne tient pas dans une boite 😀
    En tout cas quel bonheur quand je tombe sur ce genre de commentaire, vous savez le commentaire ou on a envie de prendre la suite, de continuer, celui ou juste pour le plaisir on a envie de faire durer l’échange (pour les astro j’ai Vénus en gémeaux) alors :

    « il faut admettre qu’on ne puisse pas y réfléchir trop longtemps, qu’on ne puisse pas les comprendre. Et, ce qui est beau, c’est qu’on peut quand même effleurer, ressentir l’idée.  »
    Le sentiment 🙂 une bien belle chose c’est exactement ce que vous avez vécu dans l’article au coeur du temps qui est excellent (sans suffisance c’est un de mes chouchous)

    Comprendre avec sa totalité et souvent déroutant pour une toute petite partie de cette totalité (masse moyenne du cerveau : – de 6% de la masse totale moyenne)

    Puissiez vous avoir la plus agréable vie, pleine de compréhension, d’incompréhension et remplie à ras bord de sentiment et d’action 🙂
    Renaud

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier