Temps de lecture : 8 min

Le Chamanisme est de plus en plus vu comme une des nombreuses voies de « développement personnel » possibles. Pourtant cette pratique qui remonte « aux âges farouches » est un peu à part. A titre personnel je vous déconseille vivement d’emprunter la voie du Chamanisme, du moins telle que je l’entends, ce que Gurdjieff appelle la quatrième voie.

Certes si c’était à refaire, je le referais, mais j’aurais aimé avoir plus d’informations sur ce que j’allais trouver dans cette fameuse 4 éme voie. Plus que tout, j’aurais aimé que quelqu’un me dise, avec force, quel était le prix que cette voie ancestrale de retour vers Soi allait demander !

On part bien loin des prises de drogues à fin « initiatique » ou des cérémonies chaud cacao ! Bienvenue sur la voie du milieu, celle qui ne vous demandera rien et à qui vous devrez tout abandonner.

Accroche toi Alice, et en route pour le monde (pas) imaginaire de la Mort qui marche.

Chamanisme entre Ici et Ici, la voie du paradoxe.

Pour bien se mettre d’accord, ma vision du chamanisme n’a strictement rien à voir avec la sorcellerie et les images d’Épinal issues des anciens temps ou des visions, justes mais très réductrices, des anthropologues qui ont codifié ce que devait être le chaman et sa voie.

Pour ma part je suis inspiré par le travail de Carlos Castaneda, anthropologue haut en couleurs et largement décrié des années 70, et les récits de Don Juan Matus, son enseignant.

Au demeurant, être inspiré par une personne ne fait pas de lui un maître. Qui plus est, Castaneda n’est pas un maître. Simplement ses écrits me « parlent » et la vision du monde qu’il propose est très proche de celle que j’ai depuis longtemps.

S’il te plaît monsieur, enseigne moi le chamanisme ?

Bien souvent la question est plus vague, à défaut d’être plus subtile. Mais quelle que soit la forme, quand un pèlerin me fait ce genre de requête ou me dit « Je pars à tel endroit faire une cérémonie chamanique, prendre de l’Ayahuesca ou autre Salvia », ma première interrogation est toujours « Pourquoi faire ? »

Sais-tu bien ce vers quoi tu vas ? As-tu idée de ce que tu vas chercher ? Quelle est ta motivation ?

On ne suit pas cette voie pour le fun ! Don Juan Matus refusait les volontaires. Je me suis longtemps demandé ce qui justifiait son refus. Je sais maintenant pourquoi.

chamanisme-4eme-voie-difficile-chemin

Cette voie est dure ! Tu n’as pas idée !

Cette voie est bien trop dure pour que la simple envie ordinaire soit suffisante. Ni la soif de pouvoir, de connaissance, ni la souffrance et encore moins la peur / pitié ne sont des motivations suffisantes pour aller jusqu’au bout.

Imaginez-vous de dos, au bord d’un précipice. Attention ! Vous n’avez jamais pris conscience du précipice derrière vous !

Vous vous amusez, vous pleurez, riez, aimez, baisez dans un flot de préoccupations incessantes et futiles.

« Comment je vais m’habiller ce matin ? » – « J’achète du chocolat à la noisette ou des raviolis ? » – « Il est pas mal ce mec… non c’est mal de penser ça, je suis en couple quand même ! »

Au bout d’un moment vous finissez par vous ennuyer. Vous ne savez toujours pas que vous êtes au bord d’un gouffre vertigineux. Vous trouvez un magazine : « le chamanisme, la voie vers sa nature profonde » ! Cool ça !

Allez, je me lance !

Et là vous venez de faire un tour de 180° sur vous-même. Que voyez vous ? Plus rien ! Rien à part ce vide abyssal devant vous ! Vous vous harnachez de votre courage et vous continuez !

Wahou, ça a l’air sympa, j’ai des frissons partout, plein des choses nouvelles, des choses étranges qui m’arrivent, et puis j’ai même un peu les mickettes ! C’est trop cool ! Y se passe des trucs dans ma life !

Petit à petit vous vous avancez. C’est l’Esprit qui vous retient par le paletot et vous empêche de tomber.

Petit à petit vous êtes maintenant non plus au bord du gouffre, mais bel et bien suspendu dans le gouffre.

La seule chose qui vous retient ?

La Conscience de l’Esprit qui sait que vous êtes encore bien trop lourd et bien trop rigide pour survivre à ce choc.

Et là, d’un coup vous venez de comprendre ce qui allait se passer ! Vous vous débattez, vous gesticulez, vous ne voulez plus continuer, vous voulez revenir sur le bord de la falaise…

Il n’y a plus de falaise ! L’Esprit décide que vous êtes prêt et vous lâche ! Bye bye bisounours !

L’espace d’un instant, vous bougez vos petits bras à fond et vous croyez vraiment pouvoir voler… Vous ne volez pas !

Chute ! Chute sans fin ! Hurlement ! Peur, terreur, vous allez mourir, l’Esprit est injuste, je ne veux pas mourir, ce n’était pas mon choix, je ne veux pas, pourquoi moi ? J’ai toujours été gentil ! S’il vous plaît ! Pardon ! Pardon ! Pardon ! J’ai peur ! MAMAN !

Vous est mort !

La vie maintenant peut commencer !

yin yang priere

Chamanisme, la voie du non attachement

Je l’ai faite courte mais j’espère que vous comprenez un peu mieux pourquoi Don Juan Matus ne voulait pas de volontaire ! Pour devenir un apprenti, un pèlerin sur cette quatrième voie, il faut ne plus avoir de choix.

Comme je vous le disais au tout début, cette voie ne demande rien et pourtant elle nécessite le sacrifice complet de ce que nous appelons nous-même.

Je sais qu’à l’exception de rares personnes, on ne se rend pas compte de ce que représente nous-même. Bien peu d’entre nous osent faire l’inventaire de la somme de croyances et d’illusions qui les composent.

Le sacrifice du JE

Alors si malgré cette première partie, tu as toujours envie de faire ce travail de retour vers Soi, fais ce petit travail d’inventaire :

Pose toi la question de ce et ceux que tu aimes et détestes le plus dans ta vie. Fais un examen vraiment minutieux de tout ce et ceux à quoi tu tiens. C’est important. Prend vraiment ton temps !

Louxor j’adoooooore !

Quels sont les gens avec qui tu es ami ? Quels sont tes amours ? Qu’aimes- tu faire ?

Du sport ? De la cuisine ? Mater des films ? Jouer à l’ordi pendant des heures ? Sucer ton pouce le soir en t’endormant ? Baiser 4 fois par jour ?

Non ! Je sais ! Tu aimes te branler le cerveau sur des livres indigestes et doctes en te tirant sur la nouille grâce à un tube porno ! Parce que faut pas déconner, payer pour se branler c’est NO WAY !

Ou peut-être adores-tu faire du shooping ! C’est bon ça, hein ! Quand tout va mal, une petite coupe de cheveux, un ou deux mojito et un nouveau futal / robe et ça repart !

Je suis le mal aimé !

Bon, ça c’est ce que tu aimes et qui remplit ta vie, ok ! Maintenant fais pareil avec ceux et ce que tu détestes ? Les vilains, les méchants qui ne devraient pas exister si dieu était juste et bon comme du bon pain.

L’injustice, tu aimes pas ! Oui, personne aime l’injustice… Bon surtout quand c’est nous ou une projection de nous qui en sommes les victimes.

D’ailleurs tu n’aimes pas les bourreaux ! Oulalala, c’est méchant les bourreaux ! C’est des pas gentils, ça ! Et puis tu aimes pas le sport non plus, ni les andouillettes au porto.

Tu n’aimes pas non plus les patrons / ouvriers. Tu n’aimes pas les curés / athées et tu détestes, bien sûr, recevoir des ordres et tout ce qui va de paire ! Ben oui, t’es un rebelle, un vrai. Un dur, un tatoué !

D’ailleurs tu chiales jamais, tu détestes les gens qui s’apitoient ou qui pleurent en écoutant de la musique. D’ailleurs tu n’aimes pas l’opéra non plus ! C’est un truc de vieux bourges, c’est clair ! Bon, tu n’aimes pas non plus le métal, ça te fait peur ! En plus des mecs aux cheveux longs, ça fait un peu pédé, non ?

Les homo, c’est pas que tu les aimes pas, mais bon quand même, c’est pas tout à fait naturel, non ?

J’aime la nature et je suis super sympa

Mais oui, c’est clair, d’ailleurs tu suis déjà une démarche 100% naturelle et exempte de tout toxique dû à ce monde atroce dans lequel nous vivons ! La preuve, entre deux grains de riz chinois et du soja OGM, tu pratiques avec assiduité ton yoga le lundi et le vendredi, sauf pendant les vacances parce que la prof elle est malade.

Ces exercices que tu ne comprends pas mais qui sont bon pour toi te permettent de retrouver ta pleine sérénité depuis un tapis en mousse plastique et de garder le contrôle sur ta vie.

D’ailleurs heureusement que tu as ça, tes méditations du mercredi soir, sauf pendant les vacances et tes sorties du Dimanche à Plan de Campagne ou dans les calanques, parce que sinon ben ça fait belle lurette que tu aurais explosé face à tous ces cons qui peuplent l’internet de ton smartphone fait au Pakistan.

Voilà, c’est fini !

De manière caricaturale je viens de décrire « JE ». Une somme de préoccupations, d’identifications et d’attachements. Bon et bien tout ça, vous le prenez et vous le jetez !

Le chamanisme va vous demander d’aimer ce et ceux que vous détestiez. D’accepter de les inclure dans vos vies comme étant des possibles. Il va aussi vous demander de vous affranchir de tout ce et ceux que vous disiez aimer avec tant de ferveur et de passion.

Plus que tout, il va vous demander de faire table rase de toutes vos croyances et dogmes. Le but ? En finir avec nos certitudes en matière d’éducation, de santé, de physique et de biologie.

Il faut les abandonner parce que c’est mauvais ? Parce que c’est mal ? Même pas !

Simplement parce que l’attachement à ces croyances mentales, émotionnelles, énergétiques et physiques sont, au mieux, un très pâle reflet de la Vie. Mais surtout parce que tant que nous avons des certitudes, nous ne pouvons pas VOIR ni RÊVER.

Le Chamanisme : Voir, Rêver, LIBERTÉ !

Tant que l’apprenti a quelque chose à défaire, un os à ronger, il ne peut pas accepter la seule vérité : il ne contrôle strictement rien dans sa vie et ne sait absolument rien de ce monde. Il croit, il s’illusionne mais ne sait pas.

Le drame absolu c’est que tout ce qui est à sacrifier ne sera même pas récompensé ! Il n’y a pas de médaille en chocolat au bout. Le Chamanisme ne donne aucune garantie, aucun diplôme, et les quelques capacités accrues ne doivent être utilisées qu’avec une extrême modération.

Le chaman est-il fou ? Oui, certainement ! C’est un suicide de son vivant pour volontairement replonger dans la vie. Il revient dans le monde, non plus chargé et manipulé par des virus inconscients mais avec des comportements choisis et forgés à la force de sa volonté inflexible et pourtant souple.

Alors, suffisant le Chaman ? Même pas ! Il accepte de ne pas savoir plus qu’un autre mais de simplement utiliser des concepts pratiques et valables à un moment précis, dans une situation précise, pour s’en débarrasser dès qu’ils n’ont plus d’utilité.

Chacun de ses pas, chacune de ses décisions est faite en accord complet avec lui-même. Chaque acte, chaque parole est le reflet de son abandon total à La Vie en lui. Il appartient à l’Esprit sans même savoir ce qu’est celui ci. Il appartient totalement pour se libérer totalement, jusqu’au moment de sa dernière Danse … mais ça c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

10 − 6 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier