Harmonie, Autonomie, Respiration, Action

HARa aGORA, le forum de La passerelle

haha-agora-forums-la-passerelle

En tant que “visiteur” vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Forum autour de la spiritualité incarnable

Une fois votre inscription / connexion faite si vous avez toujours une phrase du type “il faut vous inscrire pour pouvoir …. blablabla n’hésitez pas à “rafraichir” la page.

Le jugement de valeur (BIEN / MAL & co) en plus d’être très peu constructif n’est pas forcément apprécié ici. Toute position moraliste sera châtié avec la plus grande fermeté sauf pour celles et ceux qui aiment ça.

On peut donner son avis sans pour autant juger… Il nous semble plus sain de dire “vas te faire foutre je suis pas d’accord” suivi d’un argumentaire au petits oignons qu’un “c’est maaaaaaal” ou pire “on ne peut pas dire / penser / faire ceci ou cela” d’après des lois morales conjoncturelles donc insuffisantes et impropres à la voie de la Liberté.

Nous sommes censés être entre gens de bonne compagnie et de bonnes intentions donc soyez clément sur les lacunes orthographiques de certaines. Rappelez vous que si la forme aide le fond elle n’est qu’une émergence de celui-ci. Les nuls en orthographes n’oubliez pas que la forme permet au fond d’être plus accessible même au psychopathes de la “grand-mère”. Faites des efforts.

Il est plaisant d’aérer et de valoriser vos propos via des couleurs, des espaces, du texte en gras, des “à la ligne” … Toujours dans la même idée qu’une forme plaisante aide un fond déconcertant à être mieux apprécié.

Cinquième saison, d...
 
Notifications
Retirer tout

Cinquième saison, de l'hiver au printemps - Are you ready ?

11 Posts
7 Utilisateurs
3 Reactions
822 Vu
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 84
Début du sujet
(@charlie)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Hello everybody,

Je partage un petit mot sur la cinquième saison trop bizarre qu'on a, là, en ce moment, et qui fait la jonction entre l'hiver et le printemps.

Jusque là, les cinquièmes saisons étaient hyper perceptibles je trouve. Changement de temps, changement d'état, c'était clair. En général les cinquièmes saisons sont marquées par des pluies, un temps gris, une envie de retourner à l'intérieur de soi.

Là, pour celle ci, c'est comme si elle avait été squeezée. Ici, dans le Sud, il a pas plu. Que dalle, que d'chi. On guettait la cinquième saison, ce changement de temps et d'état, mais perso, j'avais un peu l'impression d'être dans Barbe Bleue et de demander tous les jours "Anne, ma soeur Anne, ne vois tu rien venir ? Non, je ne vois que l'hiver, qui traîne, s'étire, et veut pas finir".

Mais aujourd'hui, enfin, la pluie est venue. Aujourd'hui, enfin, quelque chose change.
Alors vu qu'on est quand même déjà le 14 février (d'ailleurs, bonne saint valentin, hein !), ben ca va être express cette cinquième saison, va falloir qu'on soit efficace, en somme !

Petit rappel :
la cinquième saison fait le pont entre deux saisons. A chaque fois, c'est un moment pour ramener au centre l'énergie de la saison qui vient de s'écouler, la nettoyer, faire le point et le tri sur ce qui s'est passé, a été vécu / appris/ vu/ ce qui bloque/etc...
Ramener au centre, trier, garder ce qui doit l'être, jeter ce qui n'est plus utile, et amener cette énergie dans la saison suivante. Amener ou investir.

Ca permet d'actualiser son énergie, au lieu de repartir sur nos habituels schémas, on peut démarrer la saison qui débute avec une énergie actualisée.

Vu qu'elle risque d'être expresse, cette 5eme saison, ca vous dit de partager et mettre en commun ce qui pour chacun a été appris, transformé, déblayé pendant l'hiver ?

Répondre
10 Réponses
1 Réponse
lorenzo
(@laurent)
Inscription: Il y a 6 ans

Trusted Member
Posts: 48

Merci pour cette initiative de faire le point sur une 5ème saison qui s'installe étrangement pas ou peu. Par chez nous on trouve aussi les caractéristiques de saison, pluie, vent, changement depuis peu.

Je donnerai comme impression de cet hiver une domination du mental qui coupe les cheveux en quatre. C'est perso et habituel mais je le capte autour de moi aussi. Un mental qui pose des bonnes questions mais qui ne donne pas de réponse. Parce qu'un peu énervé ( le pourpre, l'intellectuel) de voir le monde extérieur se complexifier et se tendre. Parce que quelque chose a vraiment basculé en mars 2020. Deux années covidées qui nous travaillent au corps. Et je dirais pour cet hiver : alller à l'os de notre conditionnement.

Pour moi c'est avoir été tanné, travaillé et bien retourné dans tous les sens. Et pour en retirer ceci, qui émerge depuis quelques jours : il y a un monde entre vouloir changer et changer ! Tant que ce n'est pas hyper concret, je peux me raconter toutes les histoires que je veux. Je peux poser plein de super bonnes questions et continuer à geindre de mes petits problèmes oh combien hyper dramatiques.

Donc concret. Un acte. Un passage. Soit très éloigné de mon personnage  (un musicien devenant chasseur) ou pas avec par exemple le fait de changer de 4 cms l'endroit où je pose mon pied. Quand la cuirasse envoie du lourd pour trouver la nouvelle habitude totalement conne et inutile, c'est bon signe.

Acte 2, la répétition des nouvelles habitudes dans le temps. La cuirasse reprendra la même chanson. 

Alors une 5ème saison qui dit : je vais vers l'avant avec du concret. Tant pis si je ne sais toujours pas si la vie à un sens. Si Dieu me veut ou pas. Si on ne vit que 2 fois comme James Bond ou si je me réincarne 97 fois en teckel. Et puisque j'aime fumer du cerveau, je continuerai à me poser 3 millions de questions et étudier mais ça ne sera pas A LA PLACE d'agir et faire ce qui se présente à faire.

Répondre
Renaud
Posts: 260
Admin
(@renaud13)
Reputable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Cool pour ton sujet, ça va permettre de discuter du système et d'exposer un peu à d'autres la cohérence et la grille de lecture qu'on utilise. Je note au passage que tu as lancé le sujet et posé une question de fin sans toute fois, toi, y répondre 😉 coquine va !

Avant de parler de la 5éme saison entre Hiver et Printemps un petit mot pour rappeler que chaque saison peut correspondre à une couleur sur la roue chamanique mais aussi sur le bonhomme des chakras. Pour faire très simple et en suivant la courbe du Soleil et de la Lune vu depuis la Terre on va avoir :

EST - mi point vers le 21 mars
- saison : printemps / élément : feu / couleur : jaune & citron / vibration : Yang naissant / Polarité : Masculin actif / Tempérament : ruse, détermination, tranchant / Position : Sans aucun doute et/ou sans aucune confiance / Age : enfance

SUD EST

- 5éme saison - mi point vers le 1er mai
couleur : Orange & Vert // Ecarlate

SUD - mi point vers le 21 juin
- saison : été / élément : terre / couleur : écarlate & rouge / vibration : Yang mature et mourant / Polarité : Féminin actif / Tempérament : stabilité, joie sereine, nourrissant / Position : raison et/ou rationalisme / Age : mature reproducteur

SUD OUEST

- 5éme saison - mi point vers le 1er Aout
couleur : Vert et Indigo // turquoise

OUEST - mi point vers le 21 septembre
- saison : automne / élément : eau / couleur : bleu & turquoise / vibration : Yin naissant / Polarité : Féminin passif / Tempérament : sentiment, partage, prévoyant, lunatique / Position : sans pitié ou apitoiement / Age : post-mature

NORD OUEST

- 5éme saison - mi point vers le 1er novembre
couleur : Indigo et Vert // Pourpre

NORD - mi point vers le 21 décembre
- saison : Hiver / élément : air / couleur : violet & pourpre / vibration : Yin mature et mourant / Polarité : masculin passif / Tempérament : contemplation, préoccupation, détachement, indifférence, sagesse, moralisateur, pondération ou jugement / Position : connaissance silencieuse ou conscience silencieuse / Age : ancien ou ad-ulte

NORD EST

- 5éme saison - mi point vers le 1er février
couleur : Vert et Orange // Citron

*****

Voilà pour une fiche super synthétique qu'il va vous falloir enrichir avec vos propres observations plutôt qu'avec les perceptions que d'autres ont consignés dans des livres. C'est vous qui percevez, qui vivait cette réalité, pas le pape, ni papus, pas vladimir machin ou carlos bidule, pas Renaud ni Charlotte, juste vous, donc à vous de faire votre cohérence. Ce qu'il y a au dessus n'existe pas, c'est juste une structure qui, pour nous, fonctionne et permet de structurer le chaos d'énergie qui nous entoure.

//////

Tiens ça pourrait être ça tu vois ce que je garde de cette période hivernale, et d'une manière générale du petit hiver covid de deux années.

Illusion tout n'est qu'illusion

Après nous sommes inscrit, polarisé dans cette position globale du point d'assemblage humain, sur cette cohérence donc, à moins de partir me réfugier dans une autre cohérence qu'il faudra que je subisse aussi, autant faire mon job ici et maintenant avec cette cohérence.

Ceci ne veut pas dire que je dois me laisser absorber par elle, je peux, et c est l’intérêt majeur de ce genre de système crée une structure légèrement différente qui va me permettre de faire des ponts, des liaisons entre différentes réalité, différentes vibrations, différentes cohérence perceptive. C'est fumeux ce que je raconte ou vous comprenez ?

En gros ca existe pas mais JE CHOISIS DE CROIRE QUE CA EXISTE tout en sachant que ce n'est qu'une illusion mais que les 4000 info / seconde qui forment mon illusion de réalité ont besoin de cette illusion pour appréhender et naviguer dans cet océan d'énergie qu'est le réel.

Revenons à notre 5 éme saison du cadran masculin entre le NORD et l'EST (maison (1/2/3 en astro)

Perso oui, savoir, accepter un peu plus profondément que tout ça n'est que chimère agréable ou désagréable - bien ou mal - flatulent ou suffisant c'est nous, notre attachement, l'"énergie qu'on consacre à tout ça qui fait que ça a cette importance. Ca continuerai à exister sans nous mais ça n'aurait pas de charge. Un peu comme quand un chat se blesse, il boite, se met dans un trou, se soigne ou meurt, mais il n'y accorde que très peu d'importance.
J'ai vu aussi à quel point les états émotionnel me glisse de plus en plus dessus, je sent des flots, une pulsion émotionnelle, elle sort, s'exprime et meurt quasiment dans la minute.

C'est parfois assez déroutant, je me demande même si je ressent encore des choses mais au final ressentir ce n'est que s'approprier un flux d'énergie et le limiter à une émotion apprise

en + se limiter ou s'approprier c'est pas vraiment le taf de la 5 éme saison qui est justement de ne garder que ce qui permet la pérennité et de nettoyer, potentialiser ou du moins transformer le tout avant de le filer à son voisin
Heu voilà tant bien j'y reviendrai plus tard

Répondre
1 Réponse
lorenzo
(@laurent)
Inscription: Il y a 6 ans

Trusted Member
Posts: 48

Quand tu parles de l'émotionnel qui te glisse dessus, du détachement que tu as sur ce qui t'arrives et parfois de l'étrangeté que ça peut avoir, voilà qui me titille.

Ersatz du romantisme ? On a l'illusion que c'est indispensable d'avoir des affres. Qu'il n'y aurait plus de charme, de finesse et de poésie si on laisser glisser tout l'émotionnel en le vivant vraiment et le laisser partir dans la minute.

Quand quelqu'un est en colère ( par ex Reno) j'ai toujours l'impression que ça doit durer une heure, un jour, une semaine. Si 3 minutes après tu plaisantes avec moi je pense que tu es fou. Ou tu n'es plus humain.

L'importance donné à l'émotionnel qui passe serait encore une blague servant à assujettir le peuple ?

Il n'y a pas place dans l'amour à donner de l'importance aux milliards de pensées ou émotions qui nous traversent. D'ailleurs on dit bien traverser, on ne dit pas qui se scotche à toi à jamais. On a appris à notre condition débile d' entretenir le même ressentiment ou la même peur spécifique sur tel ou tel sujet depuis des générations.

 

Répondre
Renaud
Posts: 260
Admin
(@renaud13)
Reputable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Ouais si sur cet hiver je retiens la prédominance des monde turquoise et pourpre, j'avais déjà une belle idée de ce que ça fait quand ils nous recouvre mais là, on va dire que cet hiver m'a permis de voir un peu plus en profondeur les parties basses de ces deux vibrations, comment ca nous nappe, quelles sensations physiques et émotionnelles elles engendrent.
En gros comment le pourpre - le jugement sur soi et les autres, qui ne sont que des reflet externalisé de nous, comment la classification sur une échelle de valeur nous bloque l'action et l'accès à la connaissance en hiérarchisant et en créant du doute et de la sur/sous valorisation
et comment le turquoise - l'émotionnel, l’apitoiement, le romantisme et l'auto contemplation recouvre tout d'une couche grise de brume et enlève la joie et l'accès au double.
La, le fait de revenir au centre et d'avoir défait la mise en place qu'on a essayé de créer en novembre me permet de retrouver du détachement (pourpre) et donc du silence mais aussi du sentiment fluide (turquoise) et donc de la détermination pour trancher (printemps / automne) c'est quand même vachement plus sympa à vivre.
Comme quoi c'est cool de tenter des trucs mais quand ça veut pas ben faut pas hésiter à changer, encore et encore, jusqu'à trouver le réglage impeccable et après ... hop on essaye encore un nouveau truc parce que sinon on va s'ennuyer avec cet état statique d'impeccabilité parfaite 😉
Je dis ça pour ceux qui croit que je me trompe jamais ou qu'il ne faut pas se tromper

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 67
(@Anonyme 5019)
Trusted Member
Inscription: Il y a 4 ans
Posté par: @renaud13

Je note au passage que tu as lancé le sujet et posé une question de fin sans toute fois, toi, y répondre

Ahaha j'ai pensé la même chose ! :-p

Sinon pour répondre à la question, cet hiver a été particulièrement intense pour ma part (et s'est bien terminé à Imbolc ici en Auvergne niveau ressenti).

Gros travail sur mon 1 (mon Espace personnel) et mon 2 (ma Relation à l'autre), en attendant de revenir au 3 (le Clan).

J'ai réappris à dire "non", à me respecter quant à mon intégrité, à davantage exprimer mon émotionnel plutôt que le refouler. Savoir appeler un chat un chat, un ennemi un ennemi.

Au niveau de mon idéal aussi, je l'ai quasiment complètement refondé, revoyant des idées sous un autre angle. Notamment au niveau de la fraternité et de l'universalisme.

J'ai fait pété une bonne couche de morale aussi dont je n'avais même pas conscience auparavant.

Gros hiver quoi lol

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 102
 Jane
(@jane)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Merci Charlie d'avoir ouvert ce post et oui, bien d'accord avec toi, cette cinquième saison a été très longue à se mettre en place, du coup elle ne dure que très peu de jours. Mais on peut vraiment sentir qu'il y a un retour vers le centre et c'est essentiel pour pouvoir passer de l'hiver au printemps. Sans retour au centre, pas de digestion, trie, recyclage, ce qui engendre soit un état d'indigestion à force de tout vouloir garder, soit un état de famine à force de tout vouloir jeter, soit un mélange foireux mi-famine / mi-indigestion.

Alors oui, c'est essentiel ce retour au centre et merci Renaud pour la synthétisation du système des saisons et inter-saisons.

Le Pourpre et le Turquoise prédominants pendant cet hiver ? Le brumeux ? Totalement d'accord, ça a permis de voir encore plus les différences entre brume Turquoise et brume Pourpre.

L'hiver, le Pourpre dans sa substantifique moelle, c'est (dixit Renaud) « Contempler l'immensité ». Là, l'accès à l'immensité était recouvert d'un voile.
Je ne vais rien vous apprendre de nouveau, le monde actuel devient de plus en plus étriqué et de plus en plus uniformisé. En cumulant des infos sur des sujets très divers au quatre coins de la planète, une constante ressort : la sur-définition de notre monde, le renforcement du binaire en mode opposition et le « ça va de soi ».
Un tout petit exemple : la reconnaissance facial en Chine (Courrier International du 13 02 2022) qui est entré dans les mœurs et ne pose pas de problème à une majorité d'habitants (ils sont un peu aidés pour être d'accord). Celui qui ne veut pas communiquer ses données faciales est considéré par les autres comme un fou, alors que celui qui refuse ne veut juste pas donner les caractéristiques de son identité et de son visage et préférait le système de badge qui existait avant.
Cet exemple pour illustrer le fait que c'est de plus en plus compliqué de se servir du Pourpre pour raisonner, analyser, décortiquer, élargir notre vision, on est juste pour ou contre, dans du binaire qui crée un monde d'oppositions.
Le Pourpre sert essentiellement à nous battre les uns contre les autres, à alimenter la préoccupation excessive sur soi-même et sur tous les sujets qui passent à portée de nos petits cerveaux malades et de moins en moins à contempler l'immensité ou à analyser, compiler, faire des liens.

Ce n'est pas une excuse, l'état de notre monde, mais l'étudier, l'analyser, le disséquer, ça donne la possibilité de sentir quand les préoccupations sont les nôtres ou quand elles sont celles de tout un ensemble de personnes et qu'elles entrent juste en résonance avec nos comportements de survie. Ça peut nous aider à accorder moins d'importance à nos affres mentaux, à prendre de la distance et à garder présent en soi qu'il y a eu accès, pendant la saison d'hiver, à la structure des choses. Même si on en a pas eu conscience, même si on a la sensation d'avoir été "embrumé" dans du Pourpre et du Turquoise.

Pour moi, ce que je retiens de l'hiver c'est de "tenir la ligne". D'habitude en hiver, j'ai accès à l'envie de conceptualiser, de trouver des trames, des chemins, là ce n'était pas le cas, mais j'ai occupé mon mental à étudier, à engranger des infos sur le monde qui m'entoure et à accepter les états qui se présentaient, même si je ne les comprenais pas.
Tenir la ligne, ce n'est pas foncer tête baissée, c'est m'arrêter quand c'est le moment, c'est ne pas me laisser le choix à d'autres moments, c'est m'observer et me juger le moins possible et ne pas m'y attacher quand je n'arrive pas à faire autrement. Tenir la ligne c'est accepter d'être la rabat-joie, même quand je me dis que c'est impossible qu'on m'aime comme ça. Et que même c'est pour mon côté rabat-joie qu'on m'aime.
Tenir la ligne c'est épurer toutes les fioritures pour ne voir que la trame et s'y accrocher, même quand mon cerveau ne comprend pas, ou surtout quand mon cerveau ne comprend pas.

Répondre
Bob
Posts: 20
 Bob
(@merwan)
Eminent Member
Inscription: Il y a 4 ans

Excellent ce sujet, merci Charlie de l’avoir proposé et merci à tous les autres de l’alimenter. Cet hiver a été intense, en découvertes de couches insoupçonnées d'auto-contemplation / regardage de nombril en moi, cet oignon n’a donc jamais de fin ?

Mon ressenti est totalement raccord avec ceux de Renaud, Lorenzo et Jane: la prédominance du Pourpre qui mentalise, juge, compare, attribue une valeur à tout et tous, et du Turquoise qui s'apitoie, espère et craint. Tout ça crée une sorte de double voile local-global pégueux, poisseux, et pourtant tellement confortable (car familier) qui sclérose toute communication / action. Soit on s’enfonce dans une sorte de routine familière terne et en apparence douillette, en s’apitoyant sur ce qu’on a pas ou en rêvassant à des jours meilleurs tout en continuant à courber l'échine, soit on se tend, on devient agressif et on attaque ce et ceux qui menace notre système de valeurs personnel qu’on a érigé en loi / vérité. Un super combo des deux options est évidemment possible.

Et ca se passe à l’échelle individuelle, mais aussi à l’échelle du pays, et même plus globalement de l’humanité. En témoigne notamment: les sondages d’intentions de vote de l’élection présidentielle de 2022 (+ de 30% au 1er tour pour l’extrême droite, tout de même), le solutionnisme technologique absurde comme seules propositions concrètes des gouvernements et industries pour agir sur le dérèglement climatique, la négation totale de la 6e extinction de masse en cours par ces mêmes gouvernements et industries, la Russie qui s’apprête à envoyer ses chars en Ukraine (si ça a pas déjà commencé), ..., j’en passe et des meilleures.

En être conscient, en soi, n’est pas suffisant, il semble que pour se décoller la seule façon de faire (à ma connaissance) est de plonger dedans, d’aller au fond du jugement moralisateur auto-contemplatif et de l'apitoiement/peur jusqu’à l’overdose, jusqu’à ce que ça déclenche ce décalage, ce déplacement du point d’assemblage peut-être, où l’on peut décider “bon là maintenant ça suffit” et agir en conséquence. Agir en conséquence ça veut dire agir non plus dans le vouloir et/ou la peur, mais en faisant ce qu’il y a à faire (connaissance silencieuse / lieu sans pitié).

A répéter encore et encore dans mon cas pour épurer et aller à l’os des comportements, car il semble que j’aime bien retourner régulièrement me rouler dans la fange familière du Pourpre qui nappe tout (mais je crois bien que ça n’a rien d’exceptionnel, lol). Mais il semblerait que plus on répète cet exercice et plus le déplacement du point d’assemblage est rapide, ou fluide, et plus vite on peut se détacher de l’émotion, colère, peur, frustration, après l’avoir ressenti.

Pendant longtemps j’ai confondu détachement et distance, inaction. Cet hiver m’a montré que le détachement n’est pas passif, bien au contraire: pour pouvoir se détacher on doit en passer par l’expérience consciente de l’attachement à notre suffisance, à notre auto-contemplation, à nos échelles de valeurs, et en faire le sacrifice volontaire. Ya du taf pour le printemps qui vient, haut les coeurs !

Répondre
1 Réponse
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
(@Anonyme 5099)
Inscription: Il y a 3 ans

Active Member
Posts: 14

J'essaye de rassembler les bouts quand vous parlez de turquoise pourpre citron mais petit à petit j'y arrive. Si j'ai bien compris le pourpre qui est dans la sphère d'influence de l'hiver est censé juger et réfléchir. Je trouve donc étonnant ce que fais l'humanité qui croit réfléchir pour solutionner les désordres écologiques qu'elle a elle même causé mais qui au final ne fait que réfléchir pour trouver des solutions illogiques et peu pertinentes. Un peu comme si au final elle ne tentait pas de résoudre le problème mais de ne pas le voir un déni de problématique quelque part.

Je me posais la question de savoir si cette observation sur notre fonctionnement collectif se retrouvait dans des comportements individuels et si oui est ce toujours du pourpre car je n'ai pas l'impression que la réflexion et le jugement rationnel soit à l'oeuvre dans tout ça que ce soit pour une personne ou pour un groupe de personne.

Merci par avance

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 98
(@lola)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Oui merci pour ce post sur la 5° saison, ça a permis de s'y plonger encore plus au vue de sa rapidité. Un peu comme cet hiver qui a grossi les traits du mental, cette 5° saison attendue a fait ressortir encore plus ce qui est a gardé, transformé, ce qui est à jeter, les infos et sensations ont été concentrées!

Donc cet hiver, comme tout le monde, j'ai pu observer mon mental au také, ça a fumé beaucoup beaucoup, grosse consommation d'énergie pour un très faible rendement en terme d'utilité au quotidien. Le truc qui était cool, c'est que pour une fois il y avait beaucoup moins d'émotionnel et ça m'a permis d'observer de façon plus neutre ce mental fumeux et enfumateur.
Et comme j'ai pas mal bosser sur Mercure, ça m'a donné des petites clés pour arpenter cet hiver. Le mental, les pensées ce n'est pas maaaaaal! Par contre savoir au service de quoi il est c'est peut-être une bonne piste. Hermès était considéré comme le coordinateur du chaos et nous parle d'une confusion mentale nécessaire pour que quelque chose d'autre puisse émerger.

Dans ce chaos mental qu'a été cet hiver, c'était plein de repression, d'enfermement, une fois que ça a laché, pour le coup ça a vraiment fait la sensation d'un gros pet libérateur. Je dis pas que ça y est, j'ai plus de mental fumeux qui m'empêche d'être vivante. Par contre ça fait une sacré motivation pour continuer coute que coute, comme ce que tu dis Jane, tenir bon! Bosser sur ces notions de valeurs, sur nos peurs, sur nos je veux, sur nos complaisances, etc.
Je comprends pas grand chose j'avoue mais par contre ça a généré une grosse envie de vivre et quand je me cale dans le coeur ça dit: "Go, go, go!!!". Ma tête elle comprend pas grand chose mais je me dis que c'est pas plus mal, ça a permis de mettre en relief le sentiment de fond. Car, cet hiver, au niveau de la nature il a été sacrément chouette, du vrai froid, des gelées, perso ça fait pas mal d'années que j'avais vu ça et autant apprécié être dehors dans le froid. Donc ce pourpre, il a pas que des côtés fumeux ^^.

Répondre
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 84
Début du sujet
(@charlie)
Estimable Member
Inscription: Il y a 6 ans

Mouahaha, mais j'adore tous ces mercis, voilà qui me ravigote la joie d'être flattée ! En plus, comme l'ont si bien fait remarqué les vils êtres que sont Renaud et Arnaud, je suis acclamée pour avoir lancé un sujet auquel je n'ai moi même pas répondu ! Et ça, c'est la classe ! Et ça, c'est mettre un coup de pelle à la croyance qu'il faut mériter les applaudissements, les merci, les je t'aime. Ben non, on peut les avoir pour rien, just for fun. On peut les avoir, même lorsqu'on est naze, qu'on rate, qu'on est vilain, etc... Et on peut aussi se les donner à soi même, pour rien, juste parce que. Sans aucune autre raison que parce que.

Mais je m'égare. Voilà, je voulais juste dire une connerie et ça s'étale. Voui, j'aime me répandre.

Allez, ressaisissons nous, que diantre ! Et oui, je vais répondre à ma propre question, ca va, pfff.

Ben moi, de cet hiver, ce que j'ai retenu, c'est comme la dit Rahantanplan, du froid qui pique, de la joie d'être dehors dans le froid.
C'est aussi l'expérimentation de la brume pourpre et turquoise.

Et ce "tenir la ligne" me parle beaucoup. Perso, cet hiver j'ai découvert (bon, apres je l'ai oublié, c'est mon éternel problème) ce que c'était de ne pas se laisser le choix.

Cet hiver, j'ai acté (coucou Lorenzo !) de mettre à mal l'image que j'avais de moi, ou plutôt l'image que je rêvais de moi. Mon rêve bleu et rose de gentille fifille normale, sage mais quand même un pu rebelle mais juste de quoi être mignonne car quand même faudrait voir à pas déborder du cadre car c'est hyper important d'être bien cadré on peut peut-être gagner une sucette en chocolat, ben je lui ait éclaté la tronche à coups de bite, désolée pour ceux que ça choque (non en vrai, même pas désolée).

Cet hiver, j'ai tourné un film porno, j'ai osé le faire, en conscience, et avec envie.
Alors j'ai tenté, par tous les moyens, de négocier, de pas le faire, de pas aimer ca, mais face aux multiples négociateurs t leurs armes fallacieuses (je m'emballe), je ne me suis pas laissée le choix.

Je me suis dit, avec la totalité de mon énergie, que oui, je le ferais. Je l'ai dit à toutes les parties de moi qui tentaient de négocier qu'elles n'avaient pas le choix. Et si je me rendais malade au point d'en crever pour pas le faire, alors autant mourir. Car j'ai capté que si je cédais au chantage de la peur, je serais à jamais l'esclave de ma peur. Alors, autant crever.

Donc oui, tenir la ligne, ca me cause. Expérimenter une détermination sans faille. L'hiver ne rigole pas. Ce qui doit être fait sera fait, dans la douleur ou la joie, ça dépendra de nos résistances et de nos complaisances.

Et l'autre truc que je garde de cet hiver, c'est d'exploser (et c'est pas fini) l'image que je veux qu'on ait de moi, moi, comme les autres, mon moi idéal et rêvé, mon autocontemplation, somme toute.
J'ai sauté à pieds joints dans le pire, dans ce que je redoutais. Et pire que tout, j'ai aimé ça. Et je suis fière (des fois j'oublie, mon éternel problème de poisson rouge) d'être la pire, d'être la lie de la lie. Et en étant la lie de la lie, une chienne lubrique et sans morale, actrice porno et qui aime ça en plus, et même pas dans des films intellos qui défendent un truc, ben je peux rire, et j'y prends plaisir. D'un coup, tout s'allège, la pression à devoir être quelque chose redescend. La peur de ce que je vais et de ce qu'on va penser de moi, je peux m’essuyer le cul avec, si j'ai pas de papier ce jour là (je suis horrible, je sais).

Ca libère une putain d'énergie, c'est énorme ! Et ça permet de so'ccuper d'uatre chose que de soi même !

Voilà un autre élément que je retiens de cet hiver.

En somme, j'ai l'impression que cet hiver, pour chacun chacune, a été riche d'enseignements. Message adressé à moi même et à ceux qui en voudront :
Ne pas oublier ni ranger dans un placard ce que j'ai vu/vécu/intégré
Continuer d'intégrer et incarner pendant le printemps tous ces éléments

Voila. Si vous avez hyper envie de me dire que je suis géniale, vous le pouvez, j'aime bien ça.
Oui, je sais, je suis drôle. Ou insupportable. Voire les deux.

Allez, bisous !

Répondre

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

Sélectionner une ou plusieurs listes :