Temps de lecture : 6 min

Continuons notre exploration des systèmes de pensées et de compréhensions non orthodoxes par l’ennéagramme. Madonna, pendant sa période Kabbale, l’avait un peu remis au goût du jour il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui il est essentiellement utilisé dans les entreprises anglo-saxonnes pour coacher et former des équipes efficaces. Issu d’un courant spirituel, cette grille d’analyse est devenue, comme souvent, un des nombreux outils pour améliorer sa productivité. Rappelons-nous qu’au départ son but était tout autre, même si la forme très structurée de ce système d’analyse psychologique en fait un client « facile »… en apparence.

– Préambule par Renaud

Ennéagramme, 9 personnalités, chemins & masques

Avant de dévoiler de quoi parle le système de l’ennéagramme, je tiens à préciser ceci : Un système de compréhension et de connaissance, quel qu’il soit, n’est qu’un outil d’explication du fonctionnement de la personnalité parmi une multitude.

C’est pratique d’avoir une carte IGN qui montre tout un territoire quand on veut aller marcher mais on doit quand même choisir un circuit, et bien sûr le suivre. Choisir un système de compréhension, une carte routière psychologique, en exclut momentanément d’autres. Pour aller de Valence à Marseille, une multitude de routes s’offre à vous : ELLE SONT TOUTES JUSTES si vous arrivez à destination !

Rappelez-vous que vous avez toujours la possibilité d’arpenter ces autres systèmes un autre jour. Idem, un système, une route n’en étant pas mieux qu’une autre, je peux m’en servir un temps, explorer un autre chemin pour finalement revenir à celui là et même mixer les deux !

Bien sûr, si le coeur nous en dit, je suis même libre de prendre toujours le même sentier au risque d’être platement routinier.

Les origines de l’ennéagramme

Il semblerait que ce système soit arrivé à la connaissance du public français par G I Gurdjieff. Il l’avait dans ses bagages après moult pérégrinations dans diverses contrées orientales. On dit que c’est issu des pratiques Soufis ( VI-VIII siècles ) et de la confrérie des Sarmoung en particulier.

De ce qu’on sait, l’ennéagramme est un enseignement écrit qui se transmettait plus ou moins secrètement. Gurdjieff pratiquait l’ennéagramme dans son enseignement mais il n’a pas laissé de notes écrites sur le sujet : je cherche, notamment chez Ouspensky, mais je ne trouve rien. Il me semble, mais je peux me tromper, que Gurdjieff en faisait une adaptation pratique sous forme de gymnastique et danse où les personnes évoluaient selon les 9 directions du diagramme.

Puis on perd la trace de cet enseignement jusqu’aux années 60/70, jusqu’au professeur de psychologie Oscar Ichazo, qui va le remettre en lumière.

C’est un diagramme représentant une étoile à 9 branches qui décrit 9 types de personnalités.  En écho avec d’autres diagrammes-étoiles qui décrivent le déroulement cosmique des choses et de la conscience humaine dans la Kabbale.

Les grandes lignes de la personnalité humaine.

Dans la pratique, l’ennéagramme montre des chemins de comportement appelés “types”. Dans les prochains articles je détaillerai cette notion de typologie et de chemins de comportement mais d’ici là, il faudra vous satisfaire d’approximation ou aller chercher par vous même. Dans ces « portraits » et les comportements qui leur sont adjoints, je vais trouver, ressentir, un portrait qui ME correspond, qui résonne en moi plus que les autres.

Ici encore, l’importance de se mentir le moins possible. Ou pour les « coachs » et autres thérapeutes, l’importance de ne pas « vouloir » voir l’autre de telle ou telle manière. Dans ces « types » de personnalité, il y a un “type” qui me ressemble mais il est indispensable de se désidentifier de celui-ci.

Le but étant que je me serve de ce que ce « type » de personnalité m’apporte, et non pas que je sois dirigé par ce portrait ! Pour garder l’image de la carte IGN, c’est bien de vivre à Marseille mais pas forcément H24. Etre prisonnier d’un lieu géographique ou psychologique n’est pas une des choses les plus agréables au monde.

La difficulté du travail avec l’ennéagramme est là :
Voir quel est le “type” qui me correspond le plus, et pas celui qui m’arrange le plus.

Ennéa = neuf – grammos: figure.

Dans ce diagramme apparaissent 9 forces et 9 tendances principales qui existent à l’intérieur de nous. D’après ce système de lecture,  les neuf types de personnalités sont en chaque être humain. Cependant chaque être humain, même s’il peut exprimer toutes les tendances, va avoir tendance à en privilégier une.

Bien sûr, la pensée unique et unificatrice hurle en nous pour nous faire croire à une plus grande complexité mais surtout à une unité de l’individu. Si on veut bien adhérer à l’idée que nous avons mis en place une dichotomie entre notre être profond et une fausse personnalité, alors cette « fausse personnalité », le type qui nous convient le mieux, n’est que réactionnelle à notre environnement.

Cette personnalité, qui vient de masque en latin, est utile pour se protéger, enfant, quand on réalise, très vite, qu’on ne baigne pas dans l’amour inconditionnel.

Par contre cette personnalité que nous avons choisi et fabriqué pour nous protéger devient gênante dans la mesure où elle perdure dans notre vie d’adulte. La prédominance de cette personnalité durera tant que nous sommes assujettis à la peur, souffrance, qui a été vécue enfant et qui nous a amené à construire une de ces 9 personnalités. Malgré les années, ce lien personnalité / Souffrance nous maintient dans des comportements réactifs d’enfant triste et peureux. Nous n’agissons pas en adulte responsable, nous nous défendons, excusons ou attaquons (il y a en gros 3 types réactionnels), comme des enfants … Même à 97 ans !

Dans le travail que l’on peut faire sur soi en utilisant l’ennéagramme, le point essentiel est de trouver son trait principal, sa propre faille. Cette faille sera le point à partir duquel, à un moment X,  je vais plier la réalité à mes croyances, à mes peurs et mes obsessions. C’est l’axe autour duquel toute notre « folie », notre « personnalité » tourne et se construit.

Au final, tant que cette personnalité dominante, au sens de l’ennéagramme, garde les rênes, on ne fait que tourner en rond en changeant le décor mais jamais la trame de fond puisqu’elle dépend de notre illusion de réalité… On tourne en rond, on tourne en rond !

Zorro est arrivééééé !

Là se pose la question de toute recherche : ai-je besoin d’un maître pour m’enseigner la vie intérieure via la diagramme de l’ennéagramme ? Des écoles existent, les stages se font & les livres se multiplient : donc d’un côté, tant mieux, l’information autrefois secrète est maintenant accessible. Comme souvent, c’est à nous-mêmes de nous débrouiller ! Bien sûr, à travers ces écoles, ces stages et ces livres, les maîtres en tout genre pullulent… comme toujours. Après c’est à nous de voir. La connaissance, l’outil est dispo pour tous, oserons-nous l’étudier seul dans notre petite chambre ou est-il impératif de faire un stage, de suivre un enseignement pour être sûr de ne pas se tromper et de bien faire comme le monsieur il a dit qu’il fallait faire …

D’un côté, le risque dû à la recherche autonome, de l’autre, le risque (et le coût financier) de se faire mettre dans un carcan rigide et pire si affinité. D’un côté, l’exaltation et la création d’une pensée indépendante et personnelle avec peut-être moins de flamboyance, de l’autre, un diplôme, un label structurant, rassurant et permettant de faire des feux d’artifices et de se revendiquer d’un groupe, un courant de pensée… A nous de choisir.

Pour citer Desproges: Il faut mettre un terme aux maîtres !

Il y aurait moyen de participer à un cours spécial pour trouver le profil dominant de l’Ennéagramme qui nous correspond. Ou mieux, de répondre à un questionnaire en ligne, ce que j’ai fait et qui me paraît être un bon indicateur. A condition de répondre honnêtement aux questions, même si c’est dur de reconnaître nos traits habituels. Après il ne reste plus qu’à travailler, lire, méditer, se taire, chercher et flâner autour de ces informations. Par recoupement avec la lecture de plusieurs diagrammes, commentaires et de réponses au test, essayez de déterminer votre “ type”.

[ voir le test en ligne ]

“Vous devez le trouver vous-même.
Si vous vous contentez de l’entendre vous le dire, vous l’oublierez.”

Ouspensky.

IMPORTANT :

Un portrait n’est pas mieux qu’un autre ! Il n’y a pas de héros ou de démon, juste une tentative pour classifier et objectiver.

Peut-être aurez-vous l’impression de vous retrouver un peu dans chaque tableau des 9 types de personnalités. C’est normal et c’est aussi la limite de ce style d’outil. Comme il est vague, il peut convenir à tous en fonction de notre mauvaise foi, notre auto ignorance ou du manque de fixation de notre névrose.



lafleche

Vous aimeriez bien en savoir + hein !
Et ben non !

Ennéagramme, 9 classifications pour mieux se comprendre – vol. 1

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier