En tant que “visiteur” vous ne pouvez pas interagir sur le forum. Ne soyez plus passif ! Pour participer CONNEXION / INSCRIPTION.

Nos forums sont tous modérés c’est donc normal que vos publications n’apparaissent pas instantanément.

Le jugement de valeur est plus que mal venu sur notre site et nos forums. D’ailleurs toute position morale sera châtié avec la plus grande fermeté. On peut donner son avis sans pour autant juger…

Lachez vous ! Vous utilisez un pseudo !

Soyez fou : exprimez vous !

Posez vos questions, exposez vos points de vues.

Notifications
Clear all

Les trois ères des Toltèques


Arnau de Vilanova
Posts: 34
Customer
Topic starter
(@mcadilhac)
Jeune Jedi
Inscription: Il y a 1 an

Les cycles précédents : anciens et nouveaux voyants

Les anciens voyants vécurent il y a très longtemps et étaient très différents de nous. Aujourd’hui, nous comprenons difficilement leur vision du monde, mais nous savons qu’ils survécurent à des conditions très difficiles, auxquelles aurait succombé n’importe lequel d’entre nous. Ils étaient un raffinement de ce genre originel. Ils s’adaptèrent au sol américain et surent créer de véritables civilisations. C’étaient des hommes formidables, qui utilisèrent l’intention à un niveau incompréhensible pour nous. Ils pouvaient déplacer des pierres gigantesques, voler, ou se transformer à volonté. Ils cohabitaient avec des êtres inorganiques et ils créèrent une culture à leur mesure, replète d’histoires fabuleuses. Ces sorciers sont les héros de notre mythologie. Ce qu’ils recherchaient, c’était vivre à tout prix, et ils y parvinrent !

Ils commencèrent à bouger leur point d’assemblage en consommant des plantes de pouvoir. Ensuite, leurs maîtres inorganiques leur dirent comment faire les choses. Ils avaient juste besoin de concentrer leur attention sur leur intérêt pour comprendre le monde, et cet intérêt leur fit concevoir les techniques les plus extraordinaires pour l’exploration de la conscience. Ils n’étaient cependant pas que des hommes d’action. Ils furent également des penseurs profonds, qui développèrent l’art de la compréhension jusqu’aux limites de l’attention. De nos jours, l’Homme n’est pas intéressé par la raison pour laquelle il est en vie, c’est pour cela qu’il ne trouve aucune paix et ne peut se trouver lui-même. Nous avons beaucoup à apprendre de ces précurseurs, qui trouvèrent des réponses pour nous sortir du cul-de-sac mortel auquel nous faisons face. Ce cul-de-sac est notre vision d’un monde d’objets. Cette vision a été très utile, mais en même temps la pire de nos calamités. Les intérêts de l’Homme actuel sont ceux d’un animal : utiliser, posséder, anéantir. Mais cet animal a été domestiqué, et il est condamné à vivre dans un inventaire matériel. Puisque chacun des objets qu’il utilise a une longue histoire, l’Homme moderne vit perdu à l’intérieur de sa propre création. En contraste, ce qui intéressait les anciens voyants était la relation entre le cosmos et l’être qui va mourir. Ils furent capables d’acquérir leur propre vision. Ils ne s’arrêtèrent pas à une station le long de la route, en oubliant qu’ils étaient des voyageurs…

Pourtant, voir n’était pas une garantie de l’impeccabilité. Les anciens ne purent séparés leurs pratiques d’une grosse dose d’importance personnelle. Puisqu’ils profitaient du pouvoir sur leurs semblables, ils ne furent jamais capables de se concentrer avec clarté sur la proposition de la liberté totale. Bien qu’ils fussent des voyants imbattables, il leur fut impossible de prévoir que leur enthousiasme à découvrir le monde finirait par les impliquer dans des engagements qui les prendraient au piège.

La plupart des sorciers actuels sont les héritiers des anciens voyants. En ignorant les principes du guerrier, ils ont dévalué la connaissance. Ils sont devenus conteurs, guérisseurs, ou danseurs ; ils ont perdu la maîtrise du point d’assemblage. Dans la plupart des cas, ils ne se souviennent même pas que ce point existe. Les nouveaux voyants tentèrent de mettre un frein à tout cela ; ils prirent ce qu’ils pouvaient utiliser de la vision des anciens, mais furent plus sages et plus modérés. Ils cultivèrent une intention inflexible et orientèrent toute leur attention vers le chemin du guerrier. De cette façon, ils changèrent l’intention globale des pratiques. En complétant leur énergie, certains d’entre eux purent entrevoir un objectif plus élevé que l’aventure de la seconde attention, et réfléchirent à la possibilité d’être libres.

Au travers de leur voir, ils découvrirent quelque chose d’horrible : l’enthousiasme des anciens voyants servait de nourriture à certaines entités conscientes qui étaient des parasites énergétiques. Au début, le contrat entre ces êtres et les humains paraissait très bénéfiques, nous leur donnions une partie de notre énergie et ils nous rémunéreraient avec ce qui était alors une nouveauté : la raison. Mais avec le temps, il devint évident que ce contrat était une escroquerie. La raison n’est bonne qu’à inventorier les choses, pas à les comprendre. De plus, elle possède un sous-produit désagréable que les voyants voient comme une membrane qui recouvre notre luminosité : l’importance personnelle.

Pour les nouveaux voyants, cela était intolérable, parce qu’ils avaient à l’esprit un but que les anciens voyants ne se proposèrent jamais : la possibilité de fusionner directement avec l’univers, sans utiliser les êtres inorganiques comme intermédiaires.

Les nouveaux voyants étaient des sorciers pragmatiques, passionnés par la validation. Dans leur désir d’effacer de leurs pratiques tous vestiges de l’ego, ils devinrent des personnes méfiantes. Leur méthode était l’élimination, ils supprimèrent tout ce qui ne tendait pas directement à leur objectif de liberté totale. Le résultat fut qu’ils furent capables de fixer leur intention sur l’intention elle-même, ne faisant qu’un avec elle. Malheureusement, cette méthode les obligea à sacrifier d’énormes portions de leur connaissance. Et leur intention était tellement féroce qu’elle les fit se renfermer sur eux-mêmes. Ils remplirent leurs enseignements de secrets. Puisque les relations sociales n’étaient pas importantes pour leur objectif, ils s’isolèrent de la société, créant ainsi leurs propres groupes minuscules. Presque tous s’en allèrent vivre à la montagne, dans la forêt ou le désert, où ils restèrent jusqu’à aujourd’hui, acquérant des caractéristiques ethniques. Cela ne les a sûrement pas aidés à affiner l’art de traquer ; le pire, c’est que finalement, cela a transformé leur recherche de liberté en un objectif purement rhétorique.

Les anciens et les nouveaux voyants représentent deux positions extrêmes face à un même défi, le résultat de l’adaptation des sorciers à des circonstances historiques très concrètes. Mais de nos jours, les temps ont changé.

Par le dessein de l’Aigle, au moins une des lignées de ces nouveaux voyants fut capable de recanaliser sa tâche. Les derniers 27 naguals de ma lignée ont essayé de retrouver l’esprit audacieux des anciens voyants, en maintenant en même temps la sobriété du but des nouveaux. De cette façon, nous fûmes capables de réunir suffisamment d’énergie pour tenter une nouvelle adaptation plus équilibrée des enseignements.

Les voyants modernes

D’après don Juan, il y a actuellement des changements massifs dans l’énergie, qui provoque l’inévitable émergence d’un nouveau cycle de guerriers. Ce nouveau cycle n’a rien à voir avec le mouvement mystique contemporain, mais est plutôt l’extension de l’ancienne croyance préhispanique en une série d’ères qui se succèdent les unes après les autres dans l’histoire du monde.

Mes livres (Carlos Castaneda) décrivent une phase de mon apprentissage relative à mon benefactor et à ses compagnons. Bien qu’ils eussent conceptualisé un nouveau cycle comme étant un besoin stratégique, cela ne faisait pas partie de leur vécu immédiat. Ils réalisèrent que leurs propres actions provenaient de la Règle des nouveaux voyants (cf. Règle du Nagual à 4 points) lorsqu’ils permirent, et même encouragèrent, la popularisation de la connaissance. Mais ils me laissèrent la tâche de trouver les termes appropriés pour décrire ce qui était en train de se passer.

Tout débuta avec la conquête du Mexique. Les nouveaux voyants prirent ce changement comme un signe, et comprirent qu’il était nécessaire de réexaminer la tradition. Mais les choses en seraient restées là s’il n’y avait eu la manifestation dans notre lignée d’un être que nous appelons le « défieur de la mort ». Il redonna le sens de l’aventure et de la fascination pour l’inconnu aux nouveaux voyants. Le contact avec cette entité a été décisif pour nous.

C’est une entité à la conscience suprême. Il naquit il y a environ dix mille ans. Mais il apparut physiquement dans la lignée à l’époque du nagual Sebastian, en 1723.

Il fut un homme en d’autres temps, lorsque la soif de connaissance était vive et que l’humanité s’abandonnait à son amour pour la Terre. Il est la représentation typique de cette mentalité. Si tu parlais avec lui, tu remarquerais que nous partageons un même anneau de compagnonnage, et un fort intérêt pour l’expansion de la conscience. Mais tu remarquerais également des choses étranges. Il vit dans une autre vision. Son sens du moi est très différent du nôtre, parce qu’il embrasse une gamme très large de sensations. Il n’a pas de genre, d’âge, de nationalité, ou de langue définie. Il n’a pas d’amis, ou de parents, et le pire, c’est qu’il n’y a personne comme lui dans le monde. Il traverse le monde comme un fantôme et passe la majeure partie de son temps profondément blotti dans une niche de rêve.

Sa contribution à notre lignée, tant du point du vue des techniques que de la connaissance théorique, fut monumentale. Ce guerrier connaissait tous les arts des anciens, et beaucoup plus encore ! On peut dire que ce fut son entrée en scène qui conduisit à la germination du cycle des voyants modernes.

Le second signe qui montra que le temps du changement était proche, fut la présence d’un étranger dans la lignée : le nagual Luhan. Il était chinois. Bien qu’il reçut une éducation supérieure dans son propre pays, son caractère aventurier le fit devenir marin, et il vécut une existence erratique tout autour du monde, jusqu’à ce qu’un jour sa chance le mît sur le chemin du pouvoir. Il avait débarqué au port de Veracruz et il se promenait, cherchant à se distraire, quand un dangereux incident l’amena à sortir d’un bar en chancelant, où il se heurta violemment, tête la première, au nagual Santiestesban, qui n’eut pas le temps de réagir. Cet incident, inhabituel dans la vie d’un sorcier, fut pris comme un signe. Tu peux imaginer la confusion des nouveaux voyants ! L’esprit avait parlé de façon évidente, et ordonné que les secrets gardés par des générations de guerriers soient déposés dans les mains d’un étranger. De cette façon, Luhan fut accepté comme le nouveau nagual et sa connaissance des arts martiaux devint une partie de l’héritage de la lignée.

Mais la confirmation de ces signes arriva deux siècles plus tard, lorsqu’un autre nagual dont la constitution lumineuse n’était pas conventionnelle atterrit dans les mains d’un étrange vieil home, don Juan Matus. Ni lui ni moi ne le savions alors, mais le destin de la connaissance des nouveaux voyants avait été scellé.

Les voyants de notre époque se distinguent par leur franchise. Ils rejettent les attitudes furtives qui ont traditionnellement distingué les sorciers, et ont renoncé à toute doctrine qui ne soit pas transparente comme du cristal, et qui ne s’appuie pas sur une vérification immédiate.

Une autre particularité qui les identifie est que, à l’opposé de leurs ancêtres, ils sont collectivement orientés vers la liberté. Les anciens voyants pensaient à la liberté comme à un but théorique, quelque chose qui était au-delà de leurs possibilités concrètes – tandis que les nouveaux voyants la virent exclusivement comme un engagement individuel. Pour les voyants d’aujourd’hui, cependant, être libre est le but collectif du groupe de pouvoir, l’essence de leurs actions et leur raison d’être.

Les guerriers modernes sont inflexiblement engagés les uns envers les autres. Ils ont sacrifié leurs intérêts en tant qu’individus pour l’intérêt du groupe. Leur lien de pouvoir leur donne de l’encouragement et les pourvoit d’un défi continuel, afin qu’ils ne baissent pas leur garde, leur serment de guerriers se base sur l’objectif de partir tous ensemble dans la tierce attention. Plus proches que jamais de la liberté, ces guerriers sont plus indépendants et plus autonomes que leurs prédécesseurs.

Mais la chose la plus remarquable chez eux est la capacité de révision. En ce moment, les chercheurs de connaissance sont obligés d’examiner à fond tout ce qui a été dit dans le passé, adaptant la connaissance traditionnelle à la modalité de l’époque, afin que le chemin du guerrier soit enfin vraiment compris par les gens.

La technique qui empêche cette révision de devenir une dérive capricieuse est voir. Voir  la nature lumineuse du monde nous permet de choisir, sans aucune possibilité d’erreur, les symboles les plus appropriés pour transmettre les idées.

Une part de ma tâche de nagual a été de renouveler la nomenclature. Les mots s’épuisent. Don Juan lui-même utilisait des termes, qui, selon mon point de vue, étaient liés au Mexique de l’Antiquité, pas au monde actuel. Cependant, par manque de temps, je n’ai pas dédié suffisamment d’attention à ce sujet. C’est une tâche que je laisse à ceux qui veulent l’assumer.

L’étape de la connaissance inaugurée par mes ouvrages coupe en deux le cours du nagualisme. Je suis venu pour mettre l’accent sur l’intention, la recherche de la sagesse, la sobriété, le sens d’un groupe de pouvoir, abolir la servitude du secret, et révéler ouvertement les passes magiques.

Le but des voyants modernes est, plus que jamais, la liberté totale ; mais pour l’atteindre, il est important que les stratégies soient continuellement affinées. Une société où l’on ne persécute plus ouvertement les sorciers ne peut servir de terrain d’entraînement. C’est donc notre devoir de chercher des champs nouveaux où nous pouvons exercer nos potentialités.

D’après don Juan, le meilleur de ces champs est l’intellect. Et il fonctionne aussi comme une garantie que les stratégies de popularisation et d’adaptation fonctionneront correctement. L’ignorance ne peut plus être acceptée, le temps des sorciers sauvages est déjà révolu. Les sorciers de la vieille garde ont stagné dans leurs traditions, et ils ont perdu leur ticket pour l’éternité ; nous ne voulons pas que la même chose nous arrive aujourd’hui.

Par conséquent la Règle pour les voyants modernes est une préparation, c’est leur marque distinctive. Ils doivent non seulement se préparer aux arts de la sorcellerie, mais aussi cultiver leur esprit afin de tout savoir et de tout comprendre. L'intellect est le réconfort du Toltèque d’aujourd’hui, tout comme dans le passé l’était l’affection pour les rituels.

Don Juan dit que chaque guerrier de ce nouveau cycle doit avoir au moins un titre universitaire, afin de profiter des armes de défense contre la désinformation que la science moderne a créé. Cela élèvera les chances de survie du clan entier, et dans le futur cela se révélera être encore plus précieux.

La tâche que mon maître me donna, et ma mission en tant que nagual pour l’ère qui commence, est de bouger le point d’assemblage de la Terre. C’est ainsi. Il faut être fou pour s’engager dans quelque chose comme ça, et encore plus fou pour croire que c’est possible à faire.

Tout comme l’autre monde a son unité mobile – les êtres inorganiques -, la Terre a aussi la sienne, et c’est nous. Nous sommes les enfants de la Terre. Le mouvement du point d’assemblage d’un nombre suffisant de guerriers peut changer la modalité de l’époque, et c’est ce à quoi je travaille.

Le point d’assemblage de la Terre avait changé de position de nombreuses fois dans le passé, et le ferait encore dans l’avenir. Récemment, il s’était déplacé de façon soutenue vers la zone de la raison.

C’est merveilleux, parce qu’une fois qu’il y sera fixé, l’humanité aura une opportunité d’aller de l’autre côté, et beaucoup d’hommes et de femmes deviendront conscients. Le défi pour les voyants de l’avenir sera de maintenir cette focalisation durant la longueur de temps nécessaire, jusqu’à ce qu’il y soit fixé, devenant une position permanente de la planète, un nouveau centre, vers lequel on pourra se tourner à n’importe quel moment, de façon parfaitement naturelle.

La refocalisation de l’attention de la Terre est un produit de l’action combinée de beaucoup de générations de naguals. Les nouveaux voyants la conçurent comme une possibilité, et découvrirent qu’elle faisait partie de la Règle. Ils l’incubèrent avec leur intention, et déterminèrent qu’il était temps maintenant de s’y adonner.

Bouger la fixation de la planète est la seule issue pour sortir du dramatique état d’esclavage auquel nous avons été réduits. Le cours de notre civilisation n’a pas d’autre issue, car nous sommes isolés dans un point éloigné du cosmos. Si nous n’apprenons pas à voyager sur l’avenue de la conscience, nous parviendrons à un tel état de désespoir et de frustration que l’humanité finira par s’autodétruire. Nos options sont le chemin du guerrier ou l’extinction. Toutefois, je ne peux savoir quels seront les effets globaux de ma tâche. Le point d’assemblage de la Terre est très gros ; il a une énorme inertie. Ma mission est d’allumer le feu, mais cela prendra du temps pour qu’il enflamme toute la poudre. En fait, cette tâche n’est pas seulement la mienne, mais appartient à tous les voyants qui doivent venir.

La connaissance du point d’assemblage est un cadeau sans précédent que l’esprit à fait à l’homme moderne, et il est le catalyseur pour changer la modalité de pas d’ici.

Répondre
2 Replies
HARa aGORA, le forum de La passerelle - Projet la Passerelle
Posts: 77
Admin
(@renaud13)
Jedi
Inscription: Il y a 3 ans
Posté par: @mcadilhac

Ils sont devenus conteurs, guérisseurs, ou danseurs

Et pourtant le Conte, le Soin, la Danse, la Musique sont de formidables outils pour arrimer notre point d'assemblage. Tout ce qui génère une émotion d'ailleurs a la faculté de déplacer notre point d'assemblage (au moins de faire vaciller) le souci bien souvent c'est que nous cherchons l'émotion pour l'émotion, les sensations pour les sensations et occultons totalement le potentiel qui lui est rattaché à savoir être un véhicule vers un autre monde qui n'est ni plus ni moins qu'une autre position du point d'assemblage

Posté par: @mcadilhac

il y a actuellement des changements massifs dans l’énergie, qui provoque l’inévitable émergence d’un nouveau cycle de guerriers.

"lorsqu’ils permirent, et même encouragèrent, la popularisation de la connaissance" en est un élément majeur. C'est valable pour le chemin que propose Castaneda mais aussi pour tous les magnétiseurs, "énergéticiens", ésotéristes et autres. Le temps des Secrets a pris fin, peut être parce que quasiment plus personne n'a l'humilité pour accepter sa place réduite, peut être parce que quasiment plus personne n'a assez d'énergie disponible pour les entendre, peut être parce que la conscience humaine est arrivé a un tel niveau d'encrassement et d'auto contemplation qu'il en va de la survie même de l'assemblage de notre monde ? Peut être plein de choses en même temps

Posté par: @mcadilhac

transparente comme du cristal

Avoir une Intention claire, facile à dire, à faire. Mais ça oblige le guerrier a être d'une froideur, et d'un détachement sur le monde et surtout sur soi qui est plus que rare et qui se creuse à la petite cuillère, la petite cuillère de petit pot bien sur ! Rien que ça est un travail colossal sur les illusions et l'attachement à son auto contemplation et à l'illusion de pouvoir ou de finalité.

La je viens de supprimer au moins 10 paragraphe, quasiment chaque phrase mériterait une explicitation. Je sais qu'Arnaud a fait ce travail et j'espère de tout coeur que vous le faites vous aussi

Posté par: @mcadilhac

jusqu’à ce qu’il y soit fixé, devenant une position permanente de la planète, un nouveau centre, vers lequel on pourra se tourner à n’importe quel moment,

C'est exactement la même chose pour un individu !

Posté par: @mcadilhac

nous parviendrons à un tel état de désespoir et de frustration que l’humanité finira par s’autodétruire. Nos options sont le chemin du guerrier ou l’extinction

Ca c'est dit, ben tu vois je me rappelais plus du tout ce passage là mais bon .... on y est non ?

 

 

Répondre
1 Répondre
Arnau de Vilanova
Customer
(@mcadilhac)
Inscription: Il y a 1 an

Jeune Jedi
Posts: 34

@renaud13
Jajajajaja le soucis c'est que ça me ferait plaisir te répondre à chacune de tes réponses, mais alors après où va-t-on, où va-t-on !!!

Répondre

HARa-aGORA c’est votre forum. Un lieu qui vous est ouvert pour partager, débattre, échanger vos pensées, vos vécus, interrogations et réflexions. C’est aussi l’occasion pour vous et nous de mieux nous connaitre à travers des échanges directs et pourquoi pas de trouver l’inspiration pour un futur article ou exercice répondant à vos besoins.

Abonnez-vous, c'est gratuit !

Le billet d'information de La Passerelle

La gazette d'ici même*

×
×

Panier