Temps de lecture : 1 min

Elle est là, celle qui donne du mouvement aux fluides. La reine des marées. Petit cailloux qui tourne inlassablement autour de notre gros cailloux, la Terre.

Tantôt énorme, tantôt absente. Minuscule croissant qui se transforme au fil des secondes. On ne sait jamais quelle forme elle aura à son levé. Elle nous apprend les cycles.

Petite sœur de Saturne, la Lune nous offre le temps qui s’égrène. Ce n’est pas le temps sévère, le tictac de la montre. C’est l’impermanence des choses. On ne peut rien fixer. La Lune nous enlève toute certitude.

la Lune est émotion. Elle est la vague qui nous emporte.

On ne peut que la suivre, tout en gardant présent en nous que ce n’est qu’un instant, qu’une goutte d’eau dans l’océan. Et ne pas s’y noyer. Ni résister, ni s’y laisser aller. Suivre le sac et le ressac.

Une tempête ? Ne luttons pas. On est constitué à 60% d’eau. Pourquoi ne pas laisser les marées se faire et se défaire ? Plus nous tentons de cristalliser les évènements, les sensations, les gens, pour échapper à ce mouvement incessant, plus la vague grossit et déferle avec puissance.

Fidèle compagne qui nous fait sentir tour à tour la joie et le désespoir. La légèreté et la profondeur. Elle nous apprend à lâcher-prise, à mettre en sourdine notre besoin de contrôle.

A la fois inconstante et d’une terrible constance, la Lune nous accompagne de notre naissance à notre mort. Merci dame Lune pour votre patience !

Artiste - Artisan - Dessin & Photo - La Passerelle

Laisser un commentaire

quatre × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

J’ai demandé à la Lune – dessin
×

Panier