Temps de lecture : 4 min

Je cherchais un mot qui exprimait un mélange de persévérance, volonté, constance, endurance, obstination… Et c’est le personnage dont je vais vous parler qui lui même a employé ce mot pour décrire son aventure : l’ Opiniâtreté. Pas très doux à l’oreille mais assez parlant, pour moi. Je ne vais pas m’étaler sur la musicalité du mot mais surtout vous parler du Facteur Ferdinand Cheval.

Le Facteur Cheval. Ferdinand de son prénom.

Un homme « ordinaire » qui a passé toute sa Vie à Hauterives, dans la Drôme. Il y en a eu un certain nombre mais celui-ci, m’a émue par son action, son témoignage, son message si fort à mes yeux.

En résumé, ce facteur de campagne a passé 33 ans de sa vie à construire, littéralement, son Palais qu’il qualifie d’Idéal. Pierre par pierre. Seul. A ses 32 ans, il a commencé à ramasser des pierres et autres minéraux. Après sa journée de travail, il prenait soin d’entreposer ses trouvailles en s’inspirant des cartes postales qu’il livrait lors de ses tournées de facteur, pour recréer des décors de vestiges et monuments du monde entier.

Mais aucun intérêt à vous raconter son histoire que vous pouvez retrouver sur les sites consacrés.  Par contre, je peux vous expliquer ce qui m’a motivé à vous parler de lui…

Inspiration, se nourrir de nos « pères »

Je crois qu’on a tous besoin d’encouragement à certains moments de la Vie. S’auto-encourager pour tenir la distance. Parfois c’est une personne, une situation ou un livre qui nous inspire et passe comme un signe de réconfort. Un signe qui dit:  « Ça va aller. Continue. Simplement ». Mon signe récent à moi, a été le Facteur Ferdinand Cheval.

Je suis allée visitée son Palais, sans vraiment savoir de quoi il s’agissait. Ce qui m’a d’abord frappé, c’est la sérénité qui régnait aux abords de son Palais. Comme si j’arpentais un lieu Sacré et pour cause, de mon souvenir, j’ai rarement ressenti ça dans des Lieux dit sacrés, où l’Intention de créer un Lieu sacré avait été posée.

Puis à partir de là, plus je m’approchais, plus je rentrais en contact avec le Lieu, plus je réalisais l’ampleur de la création et tout ce qu’elle avait dû impliquer…

Quand la réalité dépasse l’envisageable

J’ai été touché, j’ai pleuré pour mille et une raison… Une fois compris que ce Lieu incroyable avait été construit par la main d’un seul homme, je m’approche et observe les murs faits de pierres, de terre, de coquilles d’huitres et autres coquillages.

Puis je réalise qu’on peut y entrer, monter les escaliers… Je suis de plus en plus abasourdie par l’extraordinaire. D’abord l’ampleur de la construction. Imaginer qu’un homme seul, je répète, l’ai faite, de ses mains, pierre par pierre durant 33 ans…  Ce qui m’a touché c’est la candeur, la naïveté, même, qui émane de la construction. D’ailleurs, à postériori, elle a été qualifié d’Art naïf.  Comme-ci un enfant l’avait imaginée et sculptée, patiemment.

Je découvre plusieurs ailes ou parties du Palais, inspirées par des cartes postales; tantôt l’Asie, Tantôt l’Orient. Père Castor m’a dit une phrase qui me revient souvent parce qu’elle m’a touchée: « Le plus beau voyage est celui que l’on fait à l’intérieur de soi ».

Imaginer qu’un homme qui n’ai jamais quitté sa campagne ait pu créer son Palais, à l’image de parties du Monde, comme s’il les avait visitées… quand on passé soi même des années de sa vie à partir en pensant se trouver ailleurs…

La force du coeur Humain

J’ai été touché par la force que le facteur Cheval a dû trouver en lui pour persévérer et faire honneur à sa vie, humblement, simplement, pierre par pierre. J’ai trouvé dans son message toute la simplicité de l’enfant et la grandeur de l’homme divin qui transcende son état d’homme, pour nourrir et incarner une vision sacrée.

J’ai été touché par son message qui aujourd’hui inspire et encourage tous ceux qui perdent un peu la foi, parfois… Et dans son Palais incroyable on retrouve plein d’inscriptions comme :

« A la source de la sagesse, seul, on trouve le vrai bonheur ».

« Heureux l’homme libre, brave et travailleur: le rêve d’un paysan ».

 

J’ai trouvé puissants tous ses témoignages qui montrent la fierté et la reconnaissance de son propre courage, de sa ténacité et en même temps, sa grande humilité face à sa condition de paysan, d’homme mortel.

parfois l’humilité n’est pas de la plainte ou de la fausse modestie mais juste de l’être.

D’ailleurs, après avoir terminé la construction de son Palais, le Facteur Cheval a entreprit la construction de son tombeau. On remarque d’ailleurs la finesse de la construction après avoir appris de sa première création.  Et là encore, il m’a touché par la force du message, en tout cas, ce que son entreprise a évoqué chez moi.

Durant 8 années, il a construit son tombeau, comme pour s’accueillir et finir d’honorer sa Vie. Et surtout, accepter sa mort.

Alors si vous passez par Hauterives ou pas très loin, je vous conseille de rendre visite à ce Lieu, sacré, pour moi. Je me suis d’ailleurs dit que j’y retournerai, comme en pèlerinage. J’ai remercié le Facteur Cheval pour ce qu’il nous a laissé. Un hommage à la persévérance, peu importe la voie qui nous ait choisie. Continuer simplement à honorer sa Vie jusqu’à ce que la Mort nous prenne pour un ailleurs.

Petit clin d’œil à son nom, « Cheval », parce que comme je ne crois pas au hasard, je suis allée vérifier la symbolique du cheval ou en tout cas les qualités qu’on lui attribue, et bien ça n’a pas manquer:

Dans sa symbolique le Cheval évoque la liberté, la force à  poursuivre son objectif peu importe les « obstacles ».

Un bel exemple d’ opiniâtreté et un bel hommage à la Vie!

WilD Délia xx

Le Facteur Cheval… ou l’opiniâtreté

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier