Chapitre 1 : Simplement se laisser porter pour s’envoler. Aller plus loin, plus haut. Ne plus regarder en arrière et pourtant savoir d’où l’on vient. Se laisser bercer par les bras doux de la vie. Oser ne plus résister, accepter de ne plus tendre le flux de la vie. Juste accepter sans pour autant se résigner.

Simplement se laisser bercer et accueillir ce qui est déjà né : SOI S’AIME

la réceptivité tarot osho

La réceptivité : accueillir, s’ouvrir

Je crois que vous avez compris l’idée générale de cette semaine. De la douceur ! Enfin, normalement c’est de la douceur. Le but est d’accueillir TOUT ce qui se présente et de se laisser traverser, un peu comme un entonnoir humain.

On est très proche de la théorie du Reiki ou de la philosophie bouddhiste. Simplement accepter, les bras ouverts, ce qui est, ce qui se déroule en nous et autour de nous. Accueillir sans juger, sans lutter, sans exiger, sans caprice.

Vous voyez déjà qu’à partir d’une carte pleine de douceur, nous avons une facilité déconcertante à y mettre de la tension. Nous exigeons, nous attendons, l’espoir fait vivre … ou plus exactement, l’espoir fait survivre.

Vivre au lieu de survivre

Et surtout de vivre ce qu’il y a à vivre ! Qui sommes-nous pour savoir, IN FINE, ce qui est bon ou pas pour nous ?

N’avez-vous jamais compris l’utilité d’une expérience vécue comme traumatique quelques années plus tard ? Si vous aviez fait l’économie de cette expérience vécue comme traumatique, où seriez-vous aujourd’hui ?

Posez-vous sincèrement cette question en voyant tous les aspects de la réponse. Et cette acceptation est encore plus vraie quand il s’agit de l’autre (parent, enfant, ami.e, chien, chat, cochon d’Inde, arbre).

Peut-être serait-il plus judicieux, au lieu d’imposer ou de contraindre, de simplement écouter ? Soyons des foufous, on peut même oser poser la question à la personne concernée.

Sans espérer entendre la réponse qui nous arrange !

Nous sommes devenus, encore plus qu’avant, des petits enfants capricieux : « Oui mais vous comprenez, ce n’est pas me respecter que d’accepter ceci ou cela ».

Ha, le respect de soi ! Quel magnifique argument pour justifier le moindre caca nerveux.

Si on acceptait juste de ne pas savoir ?

Si nous arrêtions de péter plus haut que notre cul et acceptions simplement ce qui nous est proposé ? Si, au lieu de commencer TOUTES nos actions par un refus catégorique ou une négation déguisée, le fameux « Oui mais… », nous allions dans le sens du courant ?

Notre « oui mais » ou notre « c’est hors de question » – « c’est inadmissible » n’est jamais que l’expression de notre suffisance et de notre complaisance / apitoiement.

Alors nous disons un plus ou moins poli « non merci » quand La Vie nous propose quoi que ce soit … mais peut-être était-ce un cadeau extraordinaire ? Nous ne le saurons jamais, nous avons refusé… A PRIORI !

La réceptivité au quotidien

LA RÉCEPTIVITÉ n’est pas, loin s’en faut, dans les grandes choses mais bien plus dans les petits détails, les choses du quotidien. C’est être suffisamment libre pour entendre le chant d’un oiseau, les pleurs d’un enfant. La Réceptivité c’est sortir de nos attentes, de nos illusions et de nos doutes pour accepter simplement ce qui est comme cela EST.

Imaginez vous Arbre dépouillé. Les bras / branches tendus vers le ciel sont ballottés au gré du vent. Un peu, beaucoup, passionnément, tout dépend des jours.

Vous êtes un Chêne majestueux, un Tilleul matriarcal ou un Platane tricentenaire. Vous en imposez, vous en avez vu des vertes et des pas mûres, et pourtant vos branches acceptent d’être menées par une brise légère, par un courant d’air. La taille se fait par le Mistral déchaîné qui casse vos branches les plus faibles.

Sega, c’est plus fort que toi !

Alors oui, vous êtes un chêne, vous êtes un humain à la technologie ultra sophistiquée, la preuve votre iphone vous permet de parler du temps qu’il fait avec un inconnu vivant de l’autre côté du monde, et pourtant Le Vent de La Vie ballote vos bras / branches.

Le Mistral vous casse une grosse branche qui en fait vous alourdissait plus qu’autre chose. Vous pouvez pleurer sur cette branche cassée, vous pouvez vous en vouloir de ne pas être suffisamment puissant pour résister au « Mestre vent » (étymologie de mistral), il n’empêche que le vent souffle toujours dans vos branches et qu’il gagne toujours, aussi contrariant que ce soit.

Vivre plutôt que survivre

Alors maintenant, si le coeur vous en dit, il est temps de simplement comprendre et surtout d’accepter que La Vie, les lois de la physique, sont plus fortes que nous.

La vie impose, c’est comme ça ! Nous avons par contre (peut-être) le choix d’accepter ou de refuser ses propositions. Dans les deux cas, ce qui est sera, c’est ballot mais c’est comme ça.

Si nous acceptons, que nous utilisons cette proposition pour aller dans le sens du courant, nous irons plus vite. Ça ne se fera pas sans remous et douleur, mais les efforts à fournir pour se réajuster et ne pas faire de sortie de piste seront minimes.

Si nous résistons, que nous exigeons, par caprice, autre chose pour nous « parce que nous le valons bien », nous nous préparons des heures et des années de lutte, de contrainte, d’effort et de coercition pour au final perdre.

Un choix n’est pas meilleur que l’autre.

D’ailleurs il existe, comme toujours, une troisième voie (voix) mais elle est bien trop subtile pour être limitée par des mots. Elle s’appelle le Chemin qui a du Coeur, la voie de la Modération. Elle est la rencontre de la pure Réceptivité et de la Volonté la plus implacable. C’est la Mort qui épouse L’Amour dans une danse infernale pour enfanter La Vie.

Que mon Intention suive l’Intention de l’Aigle…

Quel que soit le chemin de vie que vous choisirez, il est clair que se croire plus fort que la vie est, pour moi, une des preuves de l’évitable stupidité humaine !

Mots clés : OUVRIR – GRANDIR – FINIR

Renaud

Le défi de la semaine

Quand je lis le texte de Renaud, quelque chose me frappe. On est tous à chercher, questionner le sens de la vie, et surtout celui de notre vie ! On veut être utile pour donner un sens… On veut définir, comprendre, pour savoir quelle est notre place dans ce monde… On cherche à justifier, à croire en quelque chose pour pouvoir s’asseoir dans notre canapé et se dire « ouf, c’est bon, je sais maintenant… je peux souffler » (ce qu’on oublie de se dire, c’est qu’alors il ne nous reste plus qu’à crever).

Mais non mais non… tutuuu tulutu!

En fait, la réponse à cette question, nous l’avons en nous depuis toujours mais comme elle ne nous convient pas, on s’agite toute notre vie pour en trouver une autre. Ben oui tu comprends, accepter que la vie est un mystère, que la vie est plus forte que nous, que nous sommes exactement là où nous devons être, que le seul but dans tout ça c’est de vivre… Ha mais non non non, pas d’accord ! C’est forcément plus ! Je suis forcément plus !

Et on fait ça toute notre vie (voir la vidéo ci-dessous), merci Lolo!

Alors oui, c’est drôle de regarder cette vidéo 2 minutes mais faire ça toute la vie c’est, mais oui mais oui, carrément stupide !

Si on acceptait enfin que la réponse a été reçue depuis le jour de notre naissance (voire avant) et que nous arrêtions le caprice ? Si nous nous concentrions sur ce que la vie nous donne, si nous faisions avec ? Et, soyons fous, si nous pouvions ressentir la gratitude qui va avec, quoi que la vie nous donne ?

Je retiens aussi le mot DOUCEUR du texte de Renaud, et je garde en fond la carte du 31 décembre, le COURAGE. Car oui, cela demande du courage de lâcher nos croyances, nos préjugés, nos rêves… Cela demande du courage de se mettre face à ce qu’on ne veut pas entendre depuis des années : Il suffit d’ouvrir les bras, d’ouvrir totalement son coeur pour recevoir pleinement le sentiment de la vie. Cela demande du courage d’accepter le Mystère, d’abandonner la lutte, le contrôle. Et pourtant, cela peut se faire en douceur, là encore c’est une question de choix, juste en acceptant d’accueillir au plus profond le message.

Le défi est dans l’assiette ! Je répète… le défi est dans l’assiette !

Pour le défi de cette semaine, on va faire avec les petites choses du quotidien, faire avec ce que l’on a. L’exemple qui me vient en tête est avec ce qu’il se trouve dans nos placards de cuisine. On a l’habitude de se faire certains plats, parfois on a presque tous les ingrédients mais il en manque quelques uns, et donc on va les acheter pour faire le plat qu’on a l’habitude de faire (soit parce que nous somme sûrs que cette recette est bonne, soit parce que c’est un plat qu’on aime comme ça, soit… ce que vous voudrez).

Et si cette semaine on ne faisait pas de courses et que nous faisions avec ce que nous avons dans nos placards ? Alors oui, vous allez me dire que ce n’est pas juste ! Certains ont rempli le frigo samedi, d’autres ont le frigo presque vide.. Ce défi n’est pas très équitable, Lolote ! T’es méssante ! Ben ouais, c’est la vie!

Nous aurons tous des choses différentes dans nos assiettes, certains des grands plats aux mets variés, d’autres des pâtes au beurre… Nous aurons aussi l’occasion de découvrir de nouvelles recettes, des associations de saveurs auxquelles nous n’aurions pas pensé. Nous allons enfin utiliser TOUT ce qu’il y a dans nos placards et développer notre créativité. Parfois ce sera de grandes réussites, parfois pas bon du tout, mais ça remplira toujours nos estomacs, nous pourrons continuer à vivre !

NOUS AURONS TOUS QUELQUE CHOSE DANS NOS ASSIETTES !! A nous de choisir comment nous mangerons ce qu’il y a dedans.

Un dernier conseil… Osez vous lancer dans des recettes sans savoir où elles vous mèneront. Partez d’une base et laissez le plat se construire au gré de vos trouvailles dans vos placards… Osez faire sans savoir quel sera le résultat final, osez faire des associations de saveurs que vous ne connaissez pas. Amusez vous ! Goûtez ! Laissez vous porter ! Ce sera peut-être le meilleur plat de votre vie, ou bien le pire, on s’en fout ! Je le redis, il y a aura à manger dans votre assiette. Et si c’est vraiment pas bon, vous saurez que pois chiche et chocolat ne font pas bon ménage, c’est cool !

Bon appétit à Tous !

Laurence

Laisser un commentaire

20 + 17 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier