Une concrétion de coquillages au sommet du Luberon, comme quoi, on peut accéder à tout partout !

Il n’y a pas à séparer les choses, on peut trouver la mémoire de l’eau en haut d’une montagne et c’est pareil dans nos vies. Ce n’est pas parce que quelque chose n’est plus visible qu’elle n’a jamais existé. En creusant un peu, on a l’opportunité de retrouver ce qui nous constitue, on peut accéder à notre énergie primordiale. Laissons remonter le sentiment de notre origine.

Cet article a 3 commentaires

  1. Merci bien de votre rappel. J’avoue que je cherche en vain cette souvenance au fond de moi mais les chocs ont du être trop nombreux pour que les fossiles soient encore vivants
    En tout cas merci de votre rappel et pour vos petits voyages

    1. Heureuse que ça vous parle ! De toute façon, je pense que c’est le travail de toute une vie de se souvenir de soi-même. Et chaque petite bribe qu’on réussit à arracher à la représentation fixe qu’on a de soi nous rapproche de notre origine.
      Et ça peut être aussi de juste se caler devant un rocher, de fermer les yeux et de le laisser nous parler même si ça peut paraitre stupide de l’extérieur, ou plutôt surtout si ça parait stupide de l’extérieur 🙂
      Belle journée et beau voyage !

      1. Je reviens justement de faire une très longue promenade nocturne, magique !
        merci pour vos petites pensées hebdomadaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Origine
×

Panier

11 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez11