- La Passerelle

Il y a deux semaines, je vous parlais de la mer Méditerranée et je vous conseillais d’aller voir le film « Les enfants de la mer » de Ayumu Watanabe. Une fois n’est pas coutume, j’ai suivi mon conseil cet après-midi! Ce film d’animation japonais nous raconte la rencontre de 3 enfants qui vont être réunis par la mer elle-même à l’occasion d’un grand évènement. Je ne vous en dit pas plus, je vous conseille vraiment d’aller le voir… Il n’y a pas vraiment de mots pour le décrire… C’est bien ce qu’ils disent dans ce film: les mots ne peuvent donner le fond d’un sentiment.

Donc je ne vais pas faire une analyse complète du film ou vous spoiler les meilleurs passages. J’en serais de toute façon incapable. Ce film vous laisse sur le cul tant les images sont belles, tant il est impossible de comprendre tous les messages qu’ils portent!

Alors… que vous raconter? Simplement l’invitation que la mer m’a faîte ce matin et que ce film a continuer à partager: Laisser entrer… accepter d’être la passerelle entre les mondes… comme le suggère la carte de la semaine sur la schizophrénie de Renaud.

B.A – Les enfants de la mer – de Ayamu Watanabe – 2019

Changer de perspectives

J’ai vu ce film et pourtant, si je suis honnête, je ne peux pas vous dire que je l’ai compris. Oui je pourrais analyser, trouver des bribes de schémas d’explications… A quoi bon? Ce serait totalement faux et tellement réducteur. Vous comprendrez quand vous l’aurez vu, mais les images s’enchaînent tellement dans une magie constante, qu’il est impossible de réellement le saisir par un bout pour en dérouler le fil. Les pistes sont extrêmement nombreuses, J’ai même voulu prendre des notes en le regardant… Et rapidement je me suis dit « STOP, laisse rentrer, tout simplement ». J’ai posé mon carnet, j’ai ouvert mes yeux, mes oreilles et mon coeur. Point barre. Pour une fois j’ai mis mon cerveau en veille… Pour laisser le film rentrer en dedans plutôt que de l’analyser avec mon cerveau.

Et quel cadeau! Sans le savoir, j’ai choisi le bon film pour faire cela. Car à un moment, entre les sons, les images, les symboles… Tout est magnifique et plus rien n’a de sens. Le cerveau n’aurait pas pu suivre de toute façon. J’étais allé voir la mer le matin même, au bout de quelques brasses, le message était le même, laisse entrer l’immensité… Enfin pour être plus juste, laisse la porte s’ouvrir entre les 2 univers infinis.

Oui je sais, vous comprenez pas grand chose… Ben c’est fait pour! Na! Aujourd’hui je mets des mots (pas le choix sur un blog) sur un sentiment qui n’a pas de mots. Oserez vous grands fous lire ces quelques lignes en ne comprenant rien? Laisserez vous le sentiment rentrer au lieu de l’analyser et de le dissoudre par la même occasion?

- La Passerelle

La joie de l’immensité

Ce film nous parle d’immensité… du lien entre toutes choses… de l’infini mystère à l’origine des mondes… Et la mer (la mère) elle est bien à l’origine des mondes… elle sait. Elle ignore le temps et elle partage à chaque instant ses mémoires avec chaque être vivant si seulement nous voulons bien l’entendre. Mais pour l’entendre, il faut tout oublier… oublier qui nous sommes, nos sens, notre façon de voir le monde, pour qu’elle puisse nous offrir ce cadeau ne serait ce que quelques secondes.

Alors plongeons dans ses eaux et ouvrons la porte à cette immensité. Ouvrons la porte pour laisser les infinis se retrouver. Trouvons le passage entre le ciel et la mer, le vent et la terre. Découvrons la joie de revenir à l’origine, simplement l’origine. Dans nos incarnations qui nous limitent, la mer, nos mères… nous donnent accès à cette immensité qui ne nous semble plus accessible. Oui, nos corps nous limitent, mais la mer nous rappelle quand nous en avons besoin, que l’infini est là, à chaque instant. Nous pouvons avancer en confiance. Nous n’avons pas besoin de comprendre, nous ne le pouvons pas. Mais nous pouvons avancer en confiance. La vie nous a mis à disposition son messager. Laisserons nous seulement notre coeur le recevoir?

Plonger est la seule action possible pour retrouver cette joie profonde d’être libre dans notre prison. Pour rejoindre la conclusion de Renaud cette semaine… Plonger dans le paradoxe et revenir à l’origine de toutes choses, l’intention, la vie.

J’espère que vous avez rien compris!

Belle semaine à Tous!

Pour infos: Le film est tiré d’une série de livre en plusieurs Tomes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les enfants de la mer – Au delà des mots
×

Panier

14 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez14