Chapitre 1 : Comparaison, piège à cons. Comparaison, comme-par-raison, con-par-raison, CON ! Pourquoi le Bambou envierait-il le Chêne ? Parce que le Chêne est plus gros, plus fort, plus majestueux, plus… Ben c’est un Chêne quoi ! Oui mais alors pourquoi le Chêne jalouserait-il le Bambou ? Ben parce que le Bambou c’est la grâce, la fluidité, la verticalité, c’est simple et efficace et puis on peut faire des buildings avec…

la comparaison tarot osho

C’est tellement facile de ne jamais se satisfaire. C’est tellement simple de toujours être dans le désir, la frustration, la convoitise et la « rend-coeur ». Juger l’autre, ou soi, en mieux / moins bien est donné au premier crétin. Un enfant de 5 ans voit la différence entre un garçon et une fille. Un enfant de 3 ans connaît la différence entre le salé et le sucré. Le moindre nourrisson, même très très con, arrive à faire la différence entre chaud et froid.

(se) Séparer, (se) comparer, (se) jauger et (se) juger « par rapport à… », c’est l’enfance de l’art, c’est une faculté directement issue du dualisme de l’incarnation. Jour versus Nuit. Ombres & Clartés.

Réunir, rassembler, coopérer, accepter demande un effort. Celui de grandir, d’accepter, simplement, de ne pas être tout, de ne pas être dieu. Accepter de ne jamais être l’alpha et l’oméga de la création, d’un couple, de cet autre qu’il est tellement facile de mettre au dessus ou en dessous.

La Comparaison n’est pas le jugement ! La comparaison est l’art de s’individualiser, de se séparer pour pouvoir coopérer et s’enrichir : MUTUELLEMENT.

La comparaison c’est d’accepter d’être un bambou qui pousse à côté d’un chêne, un homme qui vit à côté d’une femme, le jour qui suit la nuit dans une course folle pour réunir les deux faces d’une même pièce.

UNITE, Coopération.

Renaud

Chapitre 2 : Les outils du défi

Soleil, Lune, Mouvement. D’après le Tao, la Vie est un triptyque permanent, un assemblage de force Yin et de force Yang, l’une émergeant de l’autre . L’autre engendrant l’un. Masculin, Féminin, HUMAIN… Sommes nous réellement des êtres Humains ?

Un petit livre à vous conseiller : (re)lisez l’Ether, Dieu et le Diable et la superposition cosmique de Wilhelm Reich. Vous pouvez vous arrêter aux « on dit » et à ce que votre dualisme névrotique hurlera ou vous pouvez le lire, réfléchir, observer et vous faire votre propre idée…

On en parlait ce week end, les gens ont appris à chercher les différences, les oppositions, plutôt que les complémentarités, ce qui rassemble. Etre similaire, être différent, en quelque sorte on s’en fout ! C’est surtout ce qu’on Fait, comment on Agit aujourd’hui avec cette richesse unique que chacun apporte qui peut donner à cette journée un goût unique !

C’est comme comparer un jour de soleil et un jour de pluie. On le fait tous mais ça ne sert à rien. Ca nous occupe, ça nous permet de râler, et surtout ça nous éloigne de la magie qu’il y a à vivre là maintenant.

Un potimarron et une tomate, c’est pas la même chose, on les aime (ou pas) les deux, et selon l’envie, on en fait une soupe de tomate, une soupe de potimarron, voire une soupe des deux. En gros, on fait un peu ce qu’on veut, aucune des soupes n’est mieux que l’autre. Pourquoi n’en serait-ce pas de même avec les êtres humains, avec la popote que l’on fait pour soi ?

Et si cette semaine on prenait un peu plus conscience de cette voix en nous qui n’arrête pas de comparer, qui nourrit une compétition pas cool avec les autres, et aussi avec nous même ?

Et si on mettait cette voix au service de l’acceptation de ce qui est, sortir de l’apitoiement, je ne suis pas assez ça, je suis trop comme ça, c’est trop injuste (cf calimero).

La comparaison c’est la reine du « Oui … Mais! ». Donc cette semaine, le défi sera de se faire une petite détox de cette formulation qu’on utilise beaucoup trop. Vous allez voir, ça demande de la présence, ça va pas être facile tous les jours mais ça peut être très rigolo. Soit vous dites juste « oui » et voyez ce qu’il se passe en vous quand vous pouvez pas dire le « mais » et ce qui va avec. Ou, dites « Oui Et… ». Du coup, plutôt que de diviser, de comparer, vous allez, dans vos petites têtes et dans vos actions, ajouter, rassembler.

Je vous conseille de vous « entraîner » pendant un ou deux jours dans votre tête, pour observer déjà comment la mécanique est en place en vous. Au lieu de « oui ce repas était bon mais un peu trop salé », transformez le en « oui ce repas était bon » ou « oui ce repas était bon et la vue était magnifique ». 

Observez ce qui vient en général après le mais. Une comparaison avec d’autres, avec soi… Observez le sentiment que cela génère à l’intérieur. Puis observez avec la nouvelle formulation. Vous verrez, ça sera très clair!

Et ensuite, mettez le en pratique dans votre vie au quotidien. Exit le « mais » pendant une semaine! On garde le « oui » et quand ça nous dit, on ajoute le « Et ». Pour vous aider, un petit élastique autour du poignet que vous claquez à chaque fois que vous dites « mais ». Et vous pouvez aussi demander de l’aide à votre entourage, voire faire le défi avec eux pour vous aider à traquer le « Mais ».

Bon défi défilé à Tous! ET belle semaine sans « mais ».

Crédits photos :

Les deux mains, Header :  Liane Metzler
Femme et Homme :  Ioana Casapu
Immeubles :  Nathan Dumlao
Nature : KAZUEND

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans.
J’anime des conférences / rencontres en essayant d’amener chaque fois un autre regard, une autre manière d’être et de vivre le monde qui nous entoure.
Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l’harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.

La comparaison, un joli piège à cons

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier