Ce n’est pas comme la plupart du temps où je sais qu’un moment est prévu pour improviser. Aujourd’hui j’ai une musique qui s’est proposée d’elle-même. Ce n’était d’ailleurs pas le jour de l’improvisation. Je suis allé au piano et ça s’est mis à chanter de la manière que l’on peut entendre. Une sorte de refrain léger sur des harmonies robustes et calmes. Un côté désuet aussi. La musique décrit une légèreté qui est au delà d’une forme ou d’une mode. Un moment suspendu où l’on chantonne en sachant bien que c’est un mystère qui trottine sur un fil.

La musique décrit une légèreté qui est au delà d’une forme ou d’une mode. Un moment suspendu où l’on chantonne en sachant bien que c’est un mystère qui trottine sur un fil.

A partir de la carte d’Osho, La plénitude, une improvisation au piano…

Laisser un commentaire

19 − quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier