« Derrière le mur, il y a des arbres aux branches qui volent en chantant. On se voit beau dans les étoiles qui brillent d’un rouge éblouissant. Derrière le mur, il y a une âme pure et limpide comme un torrent. Il y a des renoncules qui racontent des fables aux enfants… » Une jolie fable, une jolie comptine, que j’aimais me raconter il y a 30 ans, au moment où celui qu’on appelait le mur de la honte s’ouvrait.

J’ai cru un moment que les humains allaient changer, qu’ils avaient compris, ce jour de Novembre 1989 devait célébrer la fin des frontières, la fin des conflits entre est et ouest, mâle et femelle, riches et pauvres… «  »Derrière le mur, quelle aventure, chaque soleil est différent. On sent des corps de velours, qui se collent à vous lascivement. Derrière le mur, il n’y a pas de jour, ni de nuit, il n’y a pas de temps. On compte en signes étranges qui changent parfois au gré des vents ».

Ce que je ne savais pas et ne voulais pas voir, c’est que Le Mur ne s’ouvrait pas sous les coups de notre bonté et d’une révélation globale de l’Humanité mais simplement parce qu’il était devenu inutile. Lui aussi avait fait son temps. Le Mur, le Stalinisme, comme toute chose dans la Nature, a une date de péremption. La Nature maintient les choses tant qu’elles ne sont pas arrivées à leur terme.

Le Mur de Berlin n’avait plus de raison d’être, d’autres murs, propagés par nos peurs, notre sottise et notre suffisance commençaient déjà à se répandre sur la toile balbutiante. Nos peurs, nos egos et notre amour du conflit ont dressé le plus inviolable des gardiens : nous-même ! Des murs virtuels se dressent par milliards. Les murs bien réels se remettent une petite couche de béton pompon à chaque nouveau mort et la belle fable se transforme…

 » Derrière le mur, tu n’iras point, ce qui t’attend, c’est le néant. Et tes rêves, aussi beaux soient-ils, s’effaceront au fil des ans. Derrière le mur, ton autre vie, celle qui allait te rendre grand. Ne sera qu’un mirage en plus, tu n’es au fond qu’un être vivant »

Chanson : Derrière le mur – Pigalle Merci à eux

Renaud

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Edito du 6 Novembre – derrière nos murs
×

Panier

2 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez2