Avec la carte de la COMPARAISON, la 5 ème lame de la maîtrise du Mental dans le tarot d’OSho, on reste dans le système binaire déjà évoqué la semaine dernière via l’EXCLUSION. Dans le 5 de la maîtrise du physique, on faisait la séparation entre dedans et dehors, Je et le Monde. Maintenant, avec le 5 du Mental (ou le 5 d’Epée), on franchit la grille et on observe ! Mais comment observer sans juger ? Comment comparer sans se référer à des notions bien/mal ? C’est là que, normalement, notre mental supérieur, AJNA, est censé intervenir … La grosse blague !

NOTE : L’utilisation hors règles des majuscules est là pour marquer le caractère particulier d’un mot. A vous de sentir s’il s’agit du mot et de sa fonction de base ou s’il est enrichi pour évoquer plus que ce que l’Académie en a décidé pour nous …

Utiliser notre mental, la comparaison sans passion

La COMPARAISON du tarot d’Osho met face à face deux objets qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Le BAMBOU, qui tire sa force de ses fibres et de son élasticité. Long et fin, il impressionne par sa fluidité et sa capacité à suivre les moindres mouvements du sol ou de l’air. De l’autre côté de « la grille » vue dans l’exclusion, on trouve le CHÊNE. Le maître de la forêt. Grand, majestueux, incarnation même de la puissance, de l’enracinement et de la stabilité.

Tout semble opposer ces deux entités. En apparence seulement ! C’est là que AJNA, la Vision supérieure, l’Oeil Intérieur, celle qui est détachée des implications émotionnelles, doit intervenir pour réunir ceux qui s’opposent.

EN effet, maître BAMBOU et Seigneur CHÊNE font partie du même règne. Les deux meurent en l’absence d’eau, ou sous l’effet du feu… Mais AJNA Voit aussi que BAMBOU et CHÊNE ne vont pas mourir de la même manière. Le CHÊNE va résister à une canicule grâce à son profond enracinement. BAMBOU, lui, résistera mieux aux éclatements et au feu grâce à ses fibres.

Effectivement, les deux entités sont différentes. En effet, Renaud n’est pas François, qui n’est pas Karim et qui est presque Leyla… mais pas tout à fait. AJNA, le mental supérieur (Uranus) VOIT toutes les facettes sans pour autant s’y impliquer ni les placer sur une échelle de valeur.

Comparer, différencier, se compléter !

Mais voilà, ce n’est pas si facile de dissocier mental et émotions, n’est-ce pas ?! Pour cela il faut aller à l’encontre de TOUT ce qui nous a été transmis, tacitement ou pas, par le monde des hommes … On appelle ça le Conditionnement.

La carte de la COMPARAISON chez Osho ne se limite pas seulement à une injonction du type : « se comparer, c’est maaaal » . Trop facile et en plus tout à fait irréalisable sans d’énormes efforts pour court-circuiter son mental.

A ce sujet, si vous êtes pressé, ils font des perceuses au top chez castorama… La trépanation, y a pas à dire, ça marche toujours pour faire taire son mental !

Par contre il y a une astuce : utiliser la fonction première de son mental, ANALYSER ! Analyser ne voulant pas dire juger !

Mais pour ce faire, une lutte dantesque entre nos émotions et ce qu’on nous a dit être bien ou mal va avoir lieu. TOUTES nos croyances, basées sur des préjugés acquis (donc appris), vont être ébranlées.

Spontanément, tout occidental moyen préférera être le CHÊNE plutôt que le BAMBOU … Pourtant les deux ont leur intérêt, les deux ont leurs SPÉCIFICITÉS. Mais voilà, la force, la grandeur, l’apparence sont culturellement mis en avant dans notre société. Il n’en est pas de même dans d’autres cultures ou à d’autres époques.

Au delà des oppositions, la saine comparaison

Mettre face à face BAMBOU et CHÊNE, à la base, n’est pas censé générer la moindre tension ou douleur. Tant que notre mental se borne à faire ce pour quoi il est fait, pas de souci. Le Mental va jauger, scruter, élaborer tous les possibles qui lui sont accessibles afin de savoir lequel des deux choisir en fonction de la situation.

Là où le bordel commence, c’est quand il y a jugement et donc la croyance que l’un est mieux que l’autre DANS L’ABSOLU ! Mais bordel de foutre dieu, dans l’absolu, ça n’a aucun sens ! La comparaison entre deux parties, une mise en face à face, est TOUJOURS conjoncturelle, à moins de comparer deux choses identiques, ce qui est totalement impossible ! Pourquoi ? Parce que TOUT est en perpétuel mouvement !

Juger, c’est donner une valeur en fonction d’une norme pré-définie par la caste dominante. C’est placer sur une échelle de valeur des faits, des êtres ou des situations qui, si on utilise la raison, n’ont rien à voir. Le BAMBOU n’est pas le CHÊNE, comment les juger ?

Le jugement n’est pas relié au mental mais aux émotions, contrairement à ce que veut nous faire croire notre conditionnement. Ce n’est qu’un asservissement de la fonction d’analyse du mental par les émotions. L’émotion principale chez les mammifères étant la Peur.

Le 5 des épées pour se retrouver

Le 5 d’épée dans le tarot de Marseille suggère une solution. Imaginez que d’un côté de la carte, vous avez BAMBOU et de l’autre, CHÊNE. Maintenant, au milieu, la 5 ème épée, le 5 ème élément, vous, le pèlerin qui cherche la transcendance ou à défaut, simplement à comprendre un peu tout ce bordel que les psyxxx n’arrivent pas à résoudre.

L’ÉPÉE ne choisit pas l’un ou l’autre, elle ne se courbe pas vers la droite ou la gauche. Elle reste verticale, alignée sur SON axe central, impartiale, implacable, immuable.

D’ailleurs le 5 d’Epée pré-figure déjà la réponse au choix qui va être fait dans la lame LES AMOUREUX (le 6). Il ne choisit pas ! Ou plutôt si ! Il choisit la VERTICALITÉ et pointe vers le sommet. C’est BAMBOU et CHÊNE qui se plient vers lui, pas l’inverse !

Et bien il en va de même avec la carte / concept de la maîtrise du Mental – LA COMPARAISON – CHÊNE et BAMBOU sont deux entités DIFFÉRENTES ! Vous ne pouvez pas juger l’un par rapport à l’autre. Par contre, en restant au centre, en investissant pas (ou peu) votre émotionnel, vous verrez les points communs. C’est là que votre mental supérieur vous aidera à faire le choix le moins nuisible en fonction du moment et de l’action à mener ! AJNA, si vous êtes centré (donc Présent), vous permettra de Voir à quel point toutes choses finissent par se relier dans le cercle rouge.

Voir l’excellent film de Melville avec A.Delon et Bourvil

he-kabbale-5eme-lettre

Le 5, accepter la divine vacuité dans toute chose

Comme la semaine dernière, la carte de la COMPARAISON fait appel à l’énergie mystique du 5 – Le Pape du tarot de Marseille ou La Vacuité, pour celui d’Osho. Je vous le disais la semaine dernière à propos de L’EXCLUSION, le 5 intègre en lui le 2 et le 3. Il fusionne en lui la sagesse statique du 2, la Papesse, Vishudda, et le dynamisme créatif, la mise en forme de l’énergie du 3, l’Impératrice, Svadhiṣṭhana. Une fois cette fusion réalisée entre impulsion et détachement, tout devient possible. Le Cercle sans fin apparaît, la Vacuité dont tout émerge et qui contient toute chose.

Mais le 5 est aussi lié au Hé de la Kabbale. HE, c’est le souffle divin, d’après Virya. L’Energie présente en tout et mettant en mouvement toute chose, depuis l’amibe jusqu’aux planètes et aux étoiles. On retrouve d’ailleurs là dedans la notion d’Orgone de W. Reich.

Puisqu’on est dans le mystique, on peut également souligner que le 5 ème jour, pour les religions Abrahamiques (Juifs, Chrétiens et Musulmans), est celui où Dieu fit apparaître toute vie sur Terre – sauf les humains qui attendront le 6ème jour, va savoir pourquoi ? Peut-être qu’ils avaient rencard le Vendredi soir …

Dans ce 5, dans ce souffle divin, on retrouve l’unité que suggère le 5 des Épées. Cette partie de nous au delà du jugement bien – mal, vrai ou faux, réel et imaginaire. Le 5 des Épées se place et reste au centre du rhombe. Comme le Chaman reste au centre de la roue des éléments. Il choisit et pourtant ne prend pas parti !

La Nuit est-elle mieux que le Jour ? Le concret est-il plus vrai que l’abstrait ? La Poésie mieux que le rôti ? La vérité c’est bien, le mensonge c’est mal ? Si vous avez une réponse, essayez d’imaginer votre vie sans un des deux éléments. Et oui, c’est pas terrible !

C’est le défi que nous demande LA COMPARAISON : Observer, jauger, analyser pour choisir de manière détachée. Le piège de la semaine : juger A par rapport à B en fonction de valeurs émotionnelles issues de notre conditionnement !

Mots-clés : DIFFÉRENCIATION – ASSOCIATION -RAISON

Renaud

voir aussi sur la même lame du tarot d’Osho

Cet article a 1 commentaire

  1. Merci pour vos billets hebdomadaires qui chaque fois me donne de nouveaux éclairages. Comme vous je pense vraiment que le tarot n’est ni blanc ni noir contrairement à ce que 90% des sites sur le sujet montre. Merci donc aussi pour cette impartialité.
    Pierre M.

Laisser un commentaire

quinze + 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×

Panier